Pin It

indice misère iran1CSDHI - En novembre 2019, « une guerre mondiale absolue contre le système » a été menée, selon le commandant de la milice du Bassidj, affiliée aux gardiens de la révolution (les pasdarans), Salar Abnoush, qui a joué un rôle direct dans la répression des manifestations nationales. et de tous ces Iraniens plongés dans une misère absolue. Désormais, ce n'est plus du seuil de pauvreté dont il est question mais bel et bien, du seuil de misère

« Comme j'étais alors dans la rue, je crois que seul Dieu nous a sauvés », a déclaré Salar Abnoush le 20 novembre 2019, selon l'agence de presse ISNA.

Dans son compte-rendu, Abnoush a révélé des vérités choquantes sur les lieux et dans les coulisses du soulèvement de novembre. Il a déclaré que tout le monde pensait que le Guide suprême Ali Khamenei soutiendrait les personnes démunies en raison de l'extrême pauvreté et des difficultés de la société. Cependant, Khamenei, au contraire, a approuvé l'augmentation du prix de l'essence et a stupéfié le monde !

« Plusieurs personnes se demandent pourquoi le Guide suprême a défendu les hausses du prix de l'essence. En réponse, nous disons que nous sommes tous en difficulté, mais qu'il l'était plus que nous. Sans les ordres du Guide suprême, les demandes des séditieux auraient été satisfaites. Parce qu'ils pensaient que le dirigeant s'opposerait à la pression exercée sur les faibles, mais il a délibérément déjoué leurs plans », a déclaré M. Abnoush.

Il a ensuite fourni une liste des réalisations du gouvernement pour améliorer l'industrie des bombes et des missiles et pour établir des relais extrémistes au Moyen-Orient.

« On a demandé à Abnoush pourquoi les gens sont confrontés à de nombreux problèmes de subsistance tandis que le gouvernement possède des missiles précis et la technologie NANO ? Les organes du pays n'ont pas connu de croissance incohérente, et il en reste une partie à désactiver », a répondu Abnoush, selon l'ISNA.

Quel était le rapport entre le chômage et l'inflation et l'intensité des protestations ?

Les incohérences mentionnées ont été la principale raison du soulèvement de novembre 2019, qui a conduit à une « guerre mondiale absolue » contre le système au pouvoir. En fait, ces incohérences sont le résultat de 41 ans de corruption et de répression systématiques, qui pourraient déclencher à chaque seconde une nouvelle vague de protestations contre le régime des ayatollahs.

De nombreuses protestations des Iraniens en 2018 et 2019 ont pour origine des problèmes économiques, notamment le taux élevé de chômage et de pauvreté parmi la jeune génération. La somme de ces paramètres est la « misère ». À cet égard, des organismes internationaux à but non lucratif ont fourni des rapports sur le niveau de misère en Iran en novembre 2019.

indice misère iran2L'indice de la misère en Iran depuis 1995, fourni par les statistiques de la Banque centrale d'Iran (CBI) et du Centre des statistiques

La montée de l'Iran dans le classement mondial de l'indice de la misère

Dans les années 1970, un économiste américain, Arthur Melvin Okun, a introduit l'indice de misère. En ajoutant deux indices de chômage et d'inflation aux évaluations précédentes, il a essayé de montrer les dépenses socio-économiques imposées aux gens ordinaires par les prix élevés et le chômage.

L'Iran a dépassé l'Argentine pour atteindre le deuxième rang mondial en termes d'indice de misère. Le Venezuela est toujours en tête, mais l'Iran a pris la deuxième place après l'Argentine avec un taux d'inflation de 41,1 % en novembre et un taux de chômage de 10,5 % à la fin de l'été 2019.

L'indice de misère de l'Iran est actuellement de 51,6 %. Le taux de chômage de l'Argentine est de 10,1 % et le taux d'inflation du pays est de 50,5 %, avec un indice de misère de 50,6 %.

Répartition de l'indice de misère par province

indice misère iranprovinces3En septembre, un examen du taux d'inflation provincial annoncé par le Centre des statistiques d'Iran ainsi que de la répartition provinciale du taux de chômage montre que parmi les provinces d'Iran, l'indice de misère dans les provinces de Chaharmahal et Bakhtiari, Lorestan, Kurdistan, Khouzistan, Sistan-Baloutchistan, et Ilam a atteint plus de 60 %.

À cet égard, quatre provinces avec un indice de misère supérieur à 60 %, dont le Khouzistan, le Sistan-Baloutchistan, le Kurdistan et les provinces de Kohguilouyeh-et-Boyer-Ahmad figurent parmi les huit provinces qui ont connu les manifestations les plus sanglantes.

Par conséquent, le reste des protestations en Iran proviennent des régions les plus pauvres qui ont été privées des droits fondamentaux en plus de la répression systématique. Contrairement aux affirmations des responsables concernant leur soutien public aux personnes défavorisées, ces citoyens ont organisé la plupart des manifestations en 2019 et sont les victimes d'une corruption, d'un détournement de fonds et d'un népotisme effrénés.

Quel est le taux de misère dans les provinces d'Iran ?

Le manque d'informations et de statistiques précises et fiables est l'un des plus importants obstacles analytiques à l'évaluation de la situation économique de l'Iran. Cependant, il est possible d'obtenir une vue d'ensemble de la situation de la population à partir de certains détails fournis par plusieurs organes et instituts du régime iranien.

Les provinces de Lorestan, Kurdistan, Chaharmahal et Bakhtiari, et Kermanshah sont en tête du tableau de la misère, selon les dernières statistiques du Centre des statistiques d'Iran sur l'indice provincial du chômage et de l'inflation.

« Selon les dernières statistiques sur l'inflation et le chômage dans les provinces du pays, les études montrent que le taux de misère dans les provinces du Lorestan et du Kurdistan est dans la pire des situations », a écrit le site Tejarat News, le 3 mai.

L'inflation et le chômage sont deux indicateurs économiques importants dans l'examen du bien-être des personnes. L'inflation réduit le pouvoir d'achat des gens et le chômage les conduit à la pauvreté. En conséquence, l'indice de misère, qui est le résultat de la somme de l'inflation et du chômage, indique le niveau de bien-être de la population.

Les études de Tejarat News ont calculé l'indice de misère sur la base du dernier taux de chômage de l'hiver 2019 et du taux d'inflation d'avril 2020. Par conséquent, le taux de misère du pays a atteint 42,8 %, selon les études.

« Parmi les provinces du pays, la province de Lorestan est connue comme la plus pauvre avec un taux de misère de 53,8 %. Dans ce contexte, le taux de chômage est égal à 16,8 % et le taux d'inflation est égal à 37 %. Les provinces du Kurdistan et de Chaharmahal et Bakhtiari sont les suivantes avec un taux de misère de 51,6 % et 48,7 %, respectivement », a ajouté Tejarat News.

Notamment, les études ont révélé que la province du Fars, avec 36,2 %, est la province iranienne la plus riche, et que Semnan et Khorasan Razavi sont classés après le Fars avec un indice de misère de 38,8 et 39,1 %.

Taux de misère dans les 31 provinces iraniennes, et plus précisément, les provinces les plus pauvres et les plus riches

En réalité, les citoyens iraniens souffrent d'un virus économique qui les a laissés dans la misère, la pauvreté et le chômage au milieu de l'épidémie de coronavirus. Dans ce contexte, les pertes dues au virus économique qui s'est propagé par la mauvaise gestion et l'insuffisance des ayatollahs ne sont pas inférieures à celles du COVID-19.

D'autre part, les segments appauvris de la société sont directement exposés aux politiques économiques impitoyables des dirigeants. Cependant, cette tyrannie flagrante est susceptible de provoquer des protestations plus sévères que ce que les autorités ont connu en novembre 2019 et janvier 2020. Dans ce contexte, les remarques constantes des autorités qui s’accusent et s'avertissent les uns les autres au sujet des prochaines manifestations violentes prouvent la situation instable de la société iranienne.

Source : Iran Focus (site anglais)