Pin It

fermeture magasins alimentation ramadan iranCSDHI - Les autorités iraniennes ont fermé, scellé et réprimandé des milliers de magasins et de restaurants pendant le Ramadan malgré la crise économique et le chômage croissant aggravés par l'épidémie du coronavirus.

Les médias indiquent que cette année, des fermetures massives de restaurants pendant le Ramadan ont eu lieu dans différentes villes d'Iran. La plupart des propriétaires de magasins venaient d'ouvrir leurs portes après la levée de la réglementation sur le coronavirus par le régime.

Un responsable de la police de la province de Markazi a déclaré que 22 magasins ont été fermés et 36 autres ont reçu des avertissements pour « non-respect des règles de la charia pendant le Ramadan ».

Javar Parvizi, qui a été cité par l'agence de presse officielle Mehr le 21 mai, a déclaré que 25 propriétaires de magasins ont été renvoyés devant la justice et que des poursuites ont été engagées contre eux.

Pendant ce temps, un chef de la police de Lorestan a déclaré que 284 restaurants ont été fermés et scellés les vingt premiers jours du Ramadan, a rapporté l'agence de presse officielle, ISNA, le lundi 18 mai.

Haji Mohammad Mehdiannasab a déclaré que la police a distribué des avertissements à 1 784 magasins et restaurants.

Mehdiannasab a déclaré le 18 mai que la police avait fermé 284 magasins et que 684 propriétaires de magasins avaient été contraints de donner des gages tandis que 453 autres avaient reçu des avertissements de fermeture. Il a déclaré que 46 personnes ont été arrêtées pour avoir mangé ou bu en public pendant les heures de jeûne.

Par ailleurs, le porte-parole de la police, Ahmad Nurian, a déclaré le 10 mai que la police avait réprimandé plus de 52 000 magasins pendant la première moitié du Ramadan et que 13 343 propriétaires de magasins avaient été contraints de s'engager à « suivre les coutumes du Ramadan ». En outre, 8 257 magasins ont reçu des avertissements.

Nurian a déclaré que 3 438 magasins ont été fermés sous scellés pendant cette période et que des poursuites ont été engagées contre certains des propriétaires.

Le porte-parole de la police a déclaré que la raison de la répression était « le non-respect des normes religieuses » et que les habitants mangeaient à l'intérieur et à l'extérieur de ces magasins.

A Gilan, le chef de la police de surveillance des lieux a déclaré que la police avait inspecté 2 909 magasins au cours des 10 premiers jours du Ramadan.

« 112 magasins ont été fermés et empêchés de poursuivre leurs activités parce qu'ils ne respectaient pas la charia », a ajouté Mehdi Najafipour dans des commentaires diffusés par l'agence de presse officielle, IRNA.

Le chef de la police de Dezful a déclaré que 10 magasins ont été fermés tandis que 12 magasins ont été contraints de s'engager à respecter la charia.

Manger en public pendant le jeûne n'est pas légalement interdit en Iran, mais les juges condamnent les gens sur la base d'une loi qui interdit tout acte « haram » en public.

En plus des mesures prises contre les établissements alimentaires, ces dernières années, on a signalé l'arrestation et l'emprisonnement de personnes qui mangent ou boivent en public pendant les heures de jeûne.

Source : Iran HRM