Pin It

infirmières iranCSDHI - La part des infirmières en Iran dans les ressources nationales du pays, ce sont la pauvreté et la misère tandis que les mollahs financent les groupes extrémistes et les régimes oppressifs par la capitale iranienne.

De nos jours, le peuple iranien déclare que les médecins, les infirmières et tous les travailleurs de la santé, sont des « anges », les nommant ainsi en signe de gratitude pour les efforts de ces personnes dévouées. Cependant, contrairement aux citoyens, le régime non seulement n'admire pas le personnel de santé iranien, mais il a se surcroît licencié de nombreuses infirmières.

Les infirmières iraniennes sont confrontées à d'énormes pressions physiques et psychologiques alors que ce travail est très difficile. Elles prennent souvent leur retraite après 20 ans de service dans de nombreux pays à travers le monde.

L’article 75 de la constitution des mollahs interdit aux femmes de faire des travaux pénibles et dangereux. Cependant, il ne considère pas les soins infirmiers comme un travail pénible et dangereux. À cet égard, en 2009, le parlement du régime iranien a adopté un projet de loi qui « excluait les infirmières de l'article 75 ».

En outre, le droit du travail du régime a déclaré que « les heures de travail des travaux durs et difficiles ne doivent pas dépasser six heures par jour et 36 heures par semaine. »

L'article 65 a également précisé que les travailleurs qui sont recrutés dans des emplois pénibles et dangereux devraient avoir cinq semaines de vacances par an.

Selon l'article 61 du droit du travail, « les travailleurs qui sont employés à des travaux pénibles et dangereux ne sont en aucun cas autorisés à faire des heures supplémentaires. »

Cependant, les infirmières iraniennes sont exclues de tous les articles mentionnés, malgré leurs salaires insignifiants. En particulier, le personnel de santé est confronté à davantage de difficultés et de pressions alors qu'il est aujourd'hui en première ligne contre le nouveau coronavirus et joue le rôle clé dans la lutte contre cette maladie inquiétante.

À cet égard, beaucoup d'entre eux ont perdu la vie sur ce champ de bataille. Le 21 mai, le vice-ministre de la santé, Qassem Janbabaei, a admis qu' « environ 10 000 membres du personnel médical du pays ont contracté la COVID-19 et malheureusement, plusieurs d'entre eux ont perdu la vie jusqu'à présent. »

En outre, dans une interview avec la chaîne de télévision publique Two, le chef du Conseil médical Mohammad Reza Zafarghandi a déclaré : « Le personnel médical a vraiment consacré sa vie et 170 personnes sont décédées. »

Plus tôt, le 29 février, le quotidien officiel Resalat a cité Mohammad Sharifi-Moghaddam, le secrétaire général de Nurse House, déclarant : « Concernant les statistiques des infirmières infectées, nous ne pouvons pas annoncer de chiffre. Les statistiques sont entièrement liées à la sécurité. »

De plus, les infirmières souffrent d'un manque de sécurité de l'emploi. Ces personnes dévouées espéraient avoir au moins la sécurité de l'emploi alors que le pays avait un grand besoin de leur service. Cependant, dans de nombreuses régions, y compris les zones désignées comme rouges, les infirmières sont préoccupées par le licenciement.

Dans la province de Gilan, dans le nord de l'Iran, « après 89 jours de travail acharné au milieu du coronavirus et dans les villes qui sont en code rouge, 560 infirmières bénévoles craignent d'être licenciées alors que les hôpitaux souffrent gravement de pénurie d'infirmières », a écrit l'agence de presse ILNA, le 9 mai.

Cependant, les infirmières ont rejeté le contrat de 89 jours et ont protesté contre leur licenciement. En plus de Gilan, le personnel de santé de la province d'Ispahan, au centre de l'Iran, a organisé un rassemblement devant le pouvoir judiciaire pour protester contre la discrimination, l'absence de réponse, la non-transparence et l'injustice.

Sharifi-Moghaddam avait précédemment annoncé que « le pays manquait de 100 000 infirmières », selon le site web Salamat News du 3 mai.

Le 11 mai, Asghar Dalvandi, le président de l'Organisation des infirmières, a déclaré que le pays manquait de 125 000 infirmières alors que des milliers d'infirmières sont au chômage, a écrit l'agence de presse ISNA, le même jour.

Le salaire des infirmières selon le droit du travail

Selon le droit du travail du régime, les infirmières devraient recevoir 158 euros par mois, ce qui représente 1918 euros par an dans la meilleure des situations. Cependant, elles ne perçoivent pas ce salaire insignifiant dans de nombreux cas, ce qui les a amenées à hausser le ton et à protester contre une loi injuste.

Dans d'autres pays, les infirmières perçoivent un salaire plusieurs fois supérieur à celui des infirmières iraniennes. Par exemple, ces personnes dévouées sont payées annuellement entre 48 400 et 158 000 euros aux États-Unis et au Canada. Cependant, le personnel médical iranien ne peut pas subvenir aux besoins de base de leurs familles et vit en dessous du seuil de pauvreté.

Source : INU