Pin It

radio free europe nizan ruhollah zam iranCSDHI - Un journaliste iranien dont le travail sur Internet a contribué à inspirer des protestations économiques nationales en 2017 a été condamné à mort pour ses actions.

Ruhollah Zam est apparu dans des confessions télévisées ces derniers mois, reconnaissant ses méfaits et présentant des excuses pour ses activités passées. (Agence de presse Nizan)

Le porte-parole du pouvoir judiciaire, Gholamhossein Esmaili, a annoncé la sentence de Ruhollah Zam, mardi 30 juin 2020.

Le site web de Zam, AmadNews, et une chaîne qu'il a créée sur l'application de messagerie populaire Telegram informaient les gens sur le calendrier des manifestations et publiaient des informations embarrassantes sur les responsables iraniens.

Les manifestations de 2017 ont été le plus grand défi pour l'Iran depuis les troubles de masse post-électoraux de 2009 et elles ont ouvert la voie à des révoltes similaires en novembre 2019. Des milliers de personnes ont été arrêtées par la police lors des manifestations et 25 personnes ont été tuées.

Zam a vécu et travaillé en exil à Paris avant d'être attiré par le retour en Iran, où il a été arrêté en octobre 2019 dans des circonstances encore peu claires. Les autorités françaises ont « fermement condamné » cette décision.

Zam est ensuite apparu dans des confessions télévisées, il y a quelques mois, admettant ses méfaits et présentant des excuses pour ses activités passées.

Esmaili a déclaré qu'un tribunal révolutionnaire avait condamné Zam pour « corruption sur terre », une accusation souvent portée dans des affaires d'espionnage ou de tentatives de renversement du gouvernement iranien. La date de la condamnation n'est pas claire.

Zam peut faire appel de sa condamnation devant la Cour suprême.

Source : VOA