Pin It

manifestants novembre 2019 iranCSDHI - Iran Human Rights News Agency (HRANA) a rapporté mercredi que la Cour Suprême d'Iran a confirmé les condamnations à mort de trois jeunes manifestants qui avaient été arrêtés par les forces de sécurité lors des manifestations de novembre 2019.

La confirmation des peines de mort prononcées contre Amir-Hossein Moradi, Saeed Tamjidi et Mohammad Rajabi, qui avaient tous été condamnés à des peines de prison, des coups de fouet et une condamnation à mort par le tribunal révolutionnaire pour diverses accusations portées contre eux, n'a pas été officiellement annoncée. Cependant, l'avocat de l'un des accusés dans l'affaire, qui ne voulait pas être nommé pour sa propre sécurité, a informé HRANA de la décision de la Cour suprême.

Les forces de sécurité ont identifié et arrêté Amir-Hossein Moradi à partir de séquences de vidéosurveillance lors des manifestations de novembre 2019. Il a été battu lors de son arrestation et de ses interrogatoires et il a été maintenu en isolement pendant un mois. Il a également été torturé et contraint de comparaître à la télévision officielle pour « avouer » qu'il avait mis le feu à des banques et des stations d'essence et endommagé des biens publics, avant même d'avoir été jugé et condamné par un tribunal. Moradi et les autres accusés de l'affaire se sont vus refuser l'accès à un avocat pendant la phase d'enquête.

Les deux autres, Mohammad Rajabi et Saeed Tamjidi, se sont enfuis en Turquie après l’arrestation de leur ami Moradi en Turquie. Bien qu'ils aient insisté sur le fait qu’ils étaient en danger en Iran parce qu’ils avaient participé aux manifestations, les forces de sécurité turques les ont renvoyés en Iran où ils ont été immédiatement arrêtés.

Les trois accusés dans cette affaire, tous âgés d'une vingtaine d'années, ont été accusés d'affiliation à l'organisation des Moudjahidine du peuple (OMPI/MEK) que l'Iran a désignée comme une organisation terroriste mais ont toujours nié les accusations.

Un autre accusé dans cette affaire, Mojgan Eskandari, a été condamné à la prison à vie pour des motifs similaires, tandis qu'un cinquième accusé dont le nom complet n'a pas été divulgué attend son procès.

Source : Radio Farda