Pin It

iran coronavirus july9 iranIran True – La COVID-19 tue 221 Iraniens de plus et bat de nouveau le record quotidien de morts en 2 journées. La République islamique n'a aucun plan pour contrôler la situation, ce qui arrivera, arrivera !

Le bilan quotidien des décès dus à la COVID-19 a encore battu son record, seulement après 2 jours. Sima Sadat Lari, la porte-parole du ministère de la santé, a annoncé 2 079 nouveaux cas et 221 décès au cours des dernières 24 heures ! Elle a poursuivi en désignant les mêmes provinces qui étaient « rouges » et « alarmantes » hier. Mais elle ne s’est pas arrêtée là ! Elle a poursuivi : « Le virus se propage plus rapidement qu'auparavant dans le monde. » Bien que cela soit vrai, elle aurait dû mentionner que 143 jours se sont écoulés depuis l'annonce « officielle » de l'épidémie en Iran, plus que dans tout autre pays au monde, à l'exception de la Chine. Elle a peut-être oublié que la République islamique n'a rien fait pour arrêter la propagation du virus et qu'elle n'a fait qu'aggraver les choses avec des décisions officielles erronées et théocratiques ! Ils ont soit caché la crise pendant des SEMAINES, soit levé prématurément les restrictions. Pas de quarantaine, pas de véritable confinement au-delà des habituelles vacances annuelles du Nouvel An persan... La liste est longue ! Il est évident qu'il n'existe aucun plan pour contrôler la propagation du virus, pour la République islamique, le plan est : ce qui arrivera, arrivera !

Téhéran, la capitale la plus peuplée et la plus grande ville d'Iran, fait face à une crise pire que la première vague de la pandémie en février-mars. Tous les hôpitaux sont tenus d'accepter des patients même s'ils ne disposent pas tous de l'équipement nécessaire pour traiter les patients COVID-19. Même alors, la plupart d'entre eux sont à pleine capacité. D'autre part, le Dr Ali Zali, chef du Comité de lutte contre le coronavirus de Téhéran, a déclaré : « Malheureusement, nous ne sommes pas mentionnés comme « rouges » officiellement, donc nous n'avons pas certaines autorités pour imposer des restrictions ». Il a poursuivi en disant que les responsables devraient donner au comité de Téhéran plus d'autorité pour prendre les bonnes décisions ! Il a ajouté qu'à Téhéran, seuls certains centres à très haut risque ou les lieux de la prière du vendredi sont interdits, mais pour l'instant, cela ne suffit pas. Dans son interview d'hier soir à la télévision, il a déclaré : « Ce n'est pas une blague. Nous sommes en guerre. Si cela ne tenait qu'à nous, nous fermerions Téhéran pendant une semaine. »

Les provinces du nord de l’Iran, le Golestan et le Mazandaran, ont rejoint la liste des zones critiques. Les prières du vendredi, qui étaient organisées dans les zones « jaunes » jusqu'à la semaine dernière, sont maintenant totalement interdites au Golestan. Khamenei et les chefs religieux qui insistaient pour que les « rituels » reprennent dès que possible, malgré tous les avertissements des experts, accusent maintenant les gens d'être responsables du virus qui s'est déclenché ! Les responsables de Mazandaran mettent en garde les habitants contre l'augmentation du nombre de cas et d'admissions, menaçant à nouveau de réimposer des restrictions ! Pourquoi continueraient-ils à menacer au lieu d'agir, voilà la question qu'il faut se poser !

En attendant, le Dr Pezeshkian, membre de la Commission parlementaire de la santé de la République islamique, a réitéré sa suggestion antérieure et a déclaré : « Nous aurions dû mettre en quarantaine les épicentres lorsque tout a commencé ! Même maintenant, il est préférable que nous nous réunissions tous et que nous fermions le pays pendant un mois ! Ainsi, nous pourrons vaincre le coronavirus. Sinon, nous serons confrontés à de multiples pics à des moments différents, ce qui paralyserait encore plus notre économie".

Malgré tout cela, un nombre record de cas et de décès, Rouhani, le « Président de la République islamique » qui est censé protéger la vie des Iraniens, loue les actions de son administration jusqu'à présent, accuse les iraniens au sujet de la nouvelle vague de la pandémie et insiste sur le fait que les rassemblements « Laylatul Qadr » en mai ont été très bien gérés et que le comité de sécurité de la Force spéciale nationale devrait préparer des plans et des directives sur la façon d'organiser des rassemblements pour « pleurer l'Imam Hossein » en août. C'est plus important que d'avoir des plans pour le personnel de santé et les ressources hospitalières épuisés ! Toutes les provinces connaissent une pénurie d'infirmières et d'autres personnels de santé. Les masques sont à nouveau rares et leur prix a grimpé en flèche. Les kits de test sont difficiles à trouver alors que les autorités continuent d'insister sur le fait que l'augmentation des cas est principalement due à la « recherche active de cas » ! Souvenez-vous de l'époque où la République islamique était l'un des plus grands « exportateurs de masques, de ventilateurs et d'autres équipements de santé » dans la région ?!

Le directeur adjoint de l'université de médecine d'Iran annonce l'achèvement de la première phase du vaccin contre le coronavirus. Mais il n'a pas donné de calendrier précis pour les phases suivantes. Cela nous a rappelé un appareil unique en son genre, le « Mostaan 101 », le dispositif magnétique de détection des coronavirus inventé par les pasdarans, le 15 avril dernier. Nous attendons toujours leur conférence de presse pour répondre à quelques questions ! Le commandant en chef des pasdarans a tenu un autre discours sur le coronavirus aujourd'hui, « Nous ferons de notre mieux pour contrôler et gérer les conséquences de la crise COVID-19. » Un autre signal pour prendre une plus grande partie du budget pour ne rien faire !

Il est intéressant de noter que, contrairement au reste du monde, le taux de mortalité augmente en Iran et, malgré le fait que la plupart des hôpitaux du pays fonctionnent à pleine capacité, le nombre de cas est en forte baisse par rapport à hier ! Le nombre de patients critiques ne cesse d'augmenter, le taux de reproduction de base (R0) et les graphiques donnent l'image la plus précise à l'heure actuelle, bien qu'ils soient basés sur des données très suspectes et sous-estimées du ministère de la santé. Ce sont peut-être des chiffres pour nous, mais chacun d'entre eux est un être humain, l'être aimé de quelqu'un !

R0 : 1.30
Total : 250 458 (+2 079)
Nombre de morts : 12 305 (+221)
Guéris : 212 176
Critiques : 3 324 (+15)
Admis : 25 977 (-855)
Tests : 1 897 803 (Le nombre de laboratoires n'a pas été mentionné dans les actualités d'aujourd'hui. Les autorités ont peut-être enfin compris qu'il y a des divergences lorsqu'ils mentent).