Pin It

avocate emprisonnée Soheila Hijab iranIran True - Invention d'affaires par les services secrets des pasdarans pour supprimer la voix de la combattante de la liberté et activiste des droits humains, Soheila Hijab. Il existe de nombreux cas comme le sien.

Elle a trente ans, elle est née dans les années 80, qu’on appelle la génération brûlée, elle n'a pas vu la guerre Iran-Irak, mais a ressenti une telle anxiété et la destruction de son peuple que même la lutte elle-même n'a pas pu la briser. Les privations de sa ville natale ont fait d'elle une femme que les grands hommes de nos jours respectent particulièrement ! Elle a été arrêtée pour la première fois à Chiraz en décembre 2018 et condamnée à deux ans de prison. Bien qu'elle ait été libérée après avoir purgé cinq mois à la prison Adel Abad de Chiraz, sa peine a été commuée. Elle a été arrêtée à nouveau dix jours plus tard par les forces du renseignement des pasdarans en tant que « partisane d'une organisation anti-régime ». Mais qui ne sait pas, sur le front des manifestants, des critiques et des opposants au régime iranien, s'il y a une marque de soutien et de coopération avec les organisations d'opposition au régime ou des espions et des saboteurs et des perturbateurs ! Elle a ensuite été arrêtée par les forces de sécurité en juin 2019 et transférée dans le quartier des femmes de la prison d'Evine. Peu de temps après, elle a été transférée dans l'une des maisons de sûreté des pasdarans, puis ramenée au quartier des femmes de la prison d'Evine quelque temps après. Enfin, le 15 mars 2020, elle a été libérée moyennant une caution de 3 milliards de Toman (environ 630 000 €) jusqu'à la fin du procès. Le 18 mars 2020, la branche 28 du tribunal révolutionnaire de Téhéran, présidée par le juge Mohammad Moghayeseh, l'a condamnée à un total de 18 ans de prison pour « propagande contre le régime, rassemblement et collusion, trouble de l'opinion publique avec intention d'émeute, et formation d'un groupe illégal ». Cinq de ces 18 ans étaient exécutoires. Elle est maintenant devenue une opposante que rien ne peut arrêter, pas même l'arrestation, la torture ou l'emprisonnement.

En juin 2020, après la fin de la session du tribunal et l'annonce de la confirmation de sa peine, elle a été arrêtée et battue à l'extérieur du tribunal par des agents des services du renseignement des pasdarans. Son ancien interrogateur l'a traînée par les cheveux sur le trottoir, l'a mise dans une voiture et a menacé de déposer une nouvelle plainte. Soheila Hijab, qui sacrifie ses bras et ses jambes cassés pour soutenir un camarade prisonnier, est la même belle et digne jeune femme dont les os ont déjà été écrasés de nombreuses fois sous la souffrance de son peuple, la destruction de l'Iran et l'oppression des pilleurs. Aujourd'hui, la République islamique sait qu'elle est du côté d'une force implacable qui n'abandonnera jamais ; aucune torture, aucun emprisonnement, aucune menace ne peut l'arrêter. Aujourd'hui, au vu du traitement infligé par la République islamique à ses opposants depuis 41 ans, il est temps d'intenter un procès, de menacer de la tuer et de faire pression sur elle par l'intermédiaire de sa famille. Le frère de Soheila est arrêté parce qu’il était son frère, la carte téléphonique de Soheila a été confisquée et elle a été laissée avec une main et un pied, blessés, dans la pièce des employés de la prison. Elle a été menacée de mort, mais elle continue de crier, envoie ses enregistrements vocaux et ses écrits hors de la prison et ne permet pas aux enfants de Satan de se jouer d'elle :

Au nom du vrai juge
Salutations aux consciences éveillées. Moi, Soheila Hijab Bidsorkhi, avocate et militante des droits humains de la province de Kermanshah, qui a été transférée illégalement à la prison de Qarchak à Varamin par l'interrogateur, j'ai une question du pouvoir judiciaire, j’espère qu’on y répondra s’il y a un homme de conscience dans ce système injuste. Pourquoi intenter plusieurs fois un nouveau procès pour une affaire fausse et illégale et délivrer plusieurs fois une caution ? Combien de fois une fausse ordonnance a-t-elle été émise pour une fausse affaire, qui aurait été émise pour mon accusation « actions contre le régime », la même affaire a été réouverte avec une caution supplémentaire de 2 milliards de Toman à nouveau ? J'ai été convoquée à Téhéran pour mon appel. Après avoir quitté la cour d'appel, j'ai été arrêtée dans la rue par les services du renseignement des pasdarans et battu de la manière la plus brutale en public, et j'ai été transférée à la prison de Qarchak à Varamin. Des affaires fausses et contraires aux faits, fabriquées par les illusions de l'interrogateur ! L'interrogateur qui est un officier du renseignement des pasdarans et qui se met à la place du juge, et sans aucune preuve et justification légale a abusé et harcelé mentalement et physiquement de moi, il m'a profané, moi, une avocate ! Cet interrogateur illégal fait quelque chose comme un kidnapping et se considère comme le tout-puissant du pays et criminalise tout ce qui est basé sur ses illusions ; C'est comme si le pays n'avait pas de loi et de pouvoir judiciaire.

L'interrogateur a menacé de m'enlever physiquement, et pour atteindre ce but, il m'a placé dans la prison de Qarchak à Varamin, parmi les prisonnières violentes. Les prisonnières atteintes de toutes sortes de maladies, en particulier la COVID-19, sont maintenues dans le même pavillon que moi. L'eau potable est salée et la situation alimentaire et sanitaire est épouvantable. Des prisonnières comme moi, qui sont des avocates et des militantes des droits de l'homme, sont délibérément détenues dans une prison aussi horrible pour nous rendre malades mentalement. Je le répète, l'interrogateur de cette affaire illégale, sans aucune raison ni preuve, et uniquement sur la base de son délire, est en train de monter un dossier contre moi et m'a illégalement et délibérément transférée à la prison de Qarchak à Varamin, pour réaliser mon meurtre, faute de quoi j’aurai été emprisonnée dans la prison d'Evine et libérée sous caution avec deux grosses cautions. Si je dois être maintenue en prison, je dois être transféré à la prison d'Evine. Je demande une enquête très urgente sur cette affaire fausse et illégale, et je demande à la justice d'intervenir dans cette affaire et d'enquêter sur les faits afin que je puisse être transférée à la prison d'Evine dès que possible, alors que j'ai le droit d'être libérée sur la base de ces lourdes cautions.

Soheila Hijab Bidsorkhi, avocate, juin 2020.

Mais la République islamique, comme tous les systèmes totalitaires démagogiques, s'accroche toujours à la même vieille façon de penser. Dans sa dernière tentative pour réprimer l'une de ses opposantes les plus obstinées, elle a mis à exécution ses menaces et entend monter un nouveau dossier contre Soheila Hijab et s'apprête à en finir avec elle définitivement. Et qui peut mieux répandre ce sophisme que l'agence de presse Fars, proche des pasdarans ? Le mercredi 8 juillet, leur site web a publié un rapport intitulé « Arrestation d'une ancienne accusée de sécurité avant un acte terroriste », qui a également été publié par Donyay-e-Eqtesad, citant Fars. Selon eux, « début juin, les services du renseignement du pays ont eu connaissance d'une série d'actions de sabotage de l'une des anciennes accusées dans le pays ; une jeune femme nommée Soheila H.B. a repris ses activités anti-révolutionnaires et contre la sécurité et, tout en communiquant avec des éléments dissidents et des saboteurs expatriés, a pour nouvelle mission de faire sauter la résidence de l'imam de la prière du vendredi de sa ville natale ». Le compte-rendu dit que les fichiers audio et les lettres de Soheila sortant de prison lui permettent de « jouer les victimes » et de « discréditer le pouvoir judiciaire de la République islamique ».

Le système judiciaire défectueux et corrompu qui ne porte que le nom et le symbole de la justice, est un trou noir qui s'approfondit, s'assombrit et devient de plus en plus horrible chaque jour. Il détruira enfin ce cercle vicieux qu'est la République islamique, avec toutes ses vaines luttes pour maintenir sa mainmise sur le pouvoir. Il l'enverra à la poubelle de l'histoire avec toutes ses calomnies et ses oppressions. Soheila Hijab se multipliera chaque jour dans l'esprit de tous les vrais Iraniens, dans mon regard et dans le vôtre, et le cri de justice et de liberté non seulement ne sera jamais, jamais étouffé, mais sera répercuté par le nombre de tous les humains, les amours et les espoirs, encore et encore et encore et encore.

Il existe de nombreux cas comme celui de Soheila, dont la voix ne parvient pas à sortir des hauts murs des trous d'enfer de la République islamique, le Hijab de Soheila n'en est qu'un exemple.