Pin It

retraite mollahs iranCSDHI - Compte tenu de la voix unifiée du peuple iranien contre l’exécution de trois manifestants, arrêtés lors des manifestations nationales de novembre 2019, le pouvoir judiciaire des mollahs s’est temporairement retiré de la pratique de la peine.

Par la suite, le 20 juillet, Babak Paknia, avocat de l’un des manifestants, a annoncé que le régime avait arrêté la punition.

« Nous avons transmis une demande (pour un nouveau procès) à la Cour suprême, qui l’a acceptée. Nous espérons que le verdict sera renversé », a déclaré M. Paknia.

Notamment, le régime iranien poursuit pour impliquer un espace de peur et de suffocation dans la société en suspendant plus de personnes sous des excuses différentes. Dans ce contexte, le gouvernement tente de freiner de nouvelles manifestations en exécutant les jeunes impliqués dans les manifestations de novembre 2019.

Après cette humiliante retraite, le chef du pouvoir judiciaire, Ebrahim Raisi, qui a bâti sa carrière sur le massacre de plus de 30 000 prisonniers politiques en 1988, a tenté d'intimider à nouveau la société. « Notre ligne rouge est le chaos et l'agitation dans le pays », a déclaré Raisi lors d'une réunion du conseil suprême de la magistrature le 20 juillet, « ils ne peuvent pas briser la volonté de la magistrature », a-t-il ajouté.

Dans ces circonstances, le régime tente de rendre les citoyens indifférents à la question par des remarques vagues et contradictoires. Cependant, les responsables évaluent également la volonté de la société de pratiquer la peine de mort par rapport aux manifestants. Ils craignent également de déclencher une nouvelle série de protestations.

Par exemple, le porte-parole du pouvoir judiciaire, Gholamhossein Esmaili, a d'abord rejeté l'affaire et, dans sa conférence de presse, il a déclaré qu'il n'avait pas vu la sentence. Plus tard, le 14 juillet, les médias officiels ont rapporté que la Cour suprême avait confirmé la peine de mort pour trois « émeutiers » détenus.

Le lendemain, l'agence de presse Fars, affiliée aux Gardiens de la Révolution (les pasdarans), a rapporté que, selon l'article 447, Raisi a annoncé que la sentence serait soumise à un nouveau procès et que la peine de mort avait été suspendue. Deux heures plus tard, l'agence de presse Mizan, affiliée au pouvoir judiciaire, a démenti les informations de Fars. « Selon l'article 447, Raisi peut reprendre le procès dans les cas où les avocats des délinquants font appel. »

En outre, les mollahs ont d'abord affirmé que la principale infraction de ces trois individus était le vol à main armée, et qu'ils méritaient la peine de mort. Plus tard, les responsables judiciaires ont déclaré que le délit avait été commis avec des armes autres que des armes à feu. Cependant, les avocats des accusés ont finalement annoncé qu'ils avaient consulté le dossier et qu'il n'y avait pas de mot sur le hold-up. Bien sûr, ils n'ont rien ajouté de plus en raison du « caractère sensible de la question. »

En fait, les autorités iraniennes ont été placées dans un dilemme difficile. D’une part, ils considèrent l’escalade des mesures de répression comme le principal moyen de maintenir leur dictature. En même temps, ils craignent de provoquer eux-mêmes un autre soulèvement.

Il convient de noter que le peuple iranien est exposé à d’intenses pressions économiques. Ils voient les autorités donner généreusement les ressources nationales de leur pays dans l’intérêt des étrangers. La population est témoin de la détermination des mollahs à tuer ceux qui protestent contre la hausse du prix de l’essence tout en envoyant une flottille d’essence au Venezuela.

Source : INU