Pin It

prison fashafuyeh iranCSDHI - Le Grand Pénitencier de Téhéran, également connu sous le nom de prison de Fashafouyeh, a été construit en 2000, principalement pour détenir les suspects et les détenus condamnés pour des infractions liées à la drogue. Mais le pouvoir judiciaire l'a utilisé illégalement ces dernières années pour incarcérer des militants et des opposants politiques.

 

Avec une capacité officielle de 15 000 détenus, le pénitencier, située dans le canton de Fashafouyeh, à 30 km au sud-est de Téhéran, est le plus grand centre de détention du pays.

Les témoignages d'anciens prisonniers font état de tortures et de conditions inhumaines, notamment la surpopulation, l'insalubrité des espaces de vie, l'insuffisance de la nourriture, une chaleur intolérable avec des ressources en eau très limitées et le refus de soins médicaux aux détenus.

Un récent article du quotidien Etemad online décrit comme suit les conditions de vie dans le grand pénitencier de Téhéran :

Cette prison accueille 13 950 détenus accusés de corruption, de vol, de consommation d'alcoo, de fraude, de contrebande, de contrefaçon, de transfert de biens d'autrui et d'acquisition de biens illégaux.

Ici, personne ne reçoit de conseils, mais un prisonnier a dit : "Les gens entrent dans cette prison comme des lézards et en sortent comme des alligators."

La prison compte cinq quartiers, que les prisonniers appellent "brigades". Les première et quatrième salles sont consacrées à des unités de vol, de méfaits et de punitions. Les quartiers deux et cinq sont réservés aux condamnés pour délits financiers. Le quartier 3 est la quarantaine pour les nouveaux arrivants.

Le quartier 1 compte 5 000 prisonniers. Le quartier 2, 2 000 prisonniers. Le quartier 3 en a 2 000. Le quartier 4 a 5 000 prisonniers, et le quartier 5 en a 3 000.

Iran Fashafuyeh PrisonMafia des lits

La répartition des équipements de base comme les lits, les réfrigérateurs, les téléviseurs et la machine à laver ne suit aucune règle standard dans ces unités.

Ces installations ne sont même pas suffisantes pour accueillir un cinquième des prisonniers actuels. La prison a été construite en 2000 et a été envisagée pour 15 000 prisonniers.

Mais aujourd'hui, cette prison de 100 hectares, vieille de 20 ans, est considérée comme une entreprise lucrative de "vente de lits", où les nouveaux arrivants doivent attendre une semaine pour se laver et se baigner.

On rapporte également que certains prisonniers n'ont pas de lit et parfois plus de 200 personnes dorment à même le sol.

Les nouveaux détenus doivent dormir sur le sol de la salle de prière ou dans le couloir adjacent aux douches.

Un prisonnier a déclaré que le "trafic de lits" est un phénomène répandu dans tous les services de la prison. Les prisonniers doivent payer un loyer chaque semaine pour leur lit et qu'ils sont "obligés de dormir côte à côte comme des livres dans une étagère". Il a déclaré que le montant total de la caution pour les lits est de 40 millions de rials. C'est plus courant dans la section des condamnés financiers car dans d'autres parties de la prison, les gens sont si pauvres qu'ils ont du mal à acheter de l'eau potable.

La section des condamnés financiers comprend des intellectuels, des médecins, des professeurs et des gestionnaires. Certains ont purgé leur peine, mais les juges refusent de les libérer.

Un autre prisonnier a déclaré que la prison est pleine de toutes sortes de mafias. Il y a une mafia pour les lits, une mafia pour les médicaments, pour les frais postaux, pour le bain, et bien sûr pour les toilettes. Il y a même une mafia pour l'air respirable.

Monnaie de cigarettes

La clé pour résoudre tous les problèmes est la cigarette.

Un prisonnier a dit : Il y a actuellement 6 000 détenus qui ne sont pas en mesure de rembourser leurs dettes. Il y a des gens qui ont été emprisonnés pour avoir volé 50 noix, une bouteille de yaourt à boire, un porte-chaussures ou pour 500 000 tomans. Ce sont les pauvres en prison. Dès qu'ils entrent dans la prison, ils demandent à être le maire du quartier. Le maire signifie ici concierge. Ils balayent le hall du quartier et lavent les douches et les toilettes le matin ; leur salaire est calculé avec des cigarettes.

Les cigarettes sont la monnaie de la prison. Avec suffisamment de cigarettes, vous pouvez déplacer un gardien de prison. Tout ce que vous pouvez imaginer, la cigarette peut le faire pour vous.

Un prisonnier a dit qu'un voyage aux toilettes vous coûtera 10 mégots de cigarettes. Pour le bain, vous donnez une boîte de cigarettes.

Un vivier de maladies

La prison est criblée de différentes maladies, dont la gale, la grippe, l'hépatite, la tuberculose et le sida. Tout le monde est dépressif, psychotique et fou, et la méthadone soulage les douleurs.

Tous les détenus, y compris les prisonniers politiques, sont confrontés à de graves dangers pour leur santé en raison de la consommation généralisée de cigarettes et de l'existence de toutes sortes de drogues illicites.

Et ce qui est important, c'est que ces révélations sont faites par une publication étroitement contrôlée par le régime. La situation réelle est bien pire, surtout pour les détenus politiques, qui sont torturés de diverses manières.

Il faut souligner que ce n'est qu'une petite partie de l'état déplorable du grand pénitencier de Téhéran qu'Etemad a révélé.

Le système judiciaire iranien utilise le Grand Pénitencier de Téhéran pour incarcérer des dissidents et des manifestants condamnés pour des raisons politiques.

Le mois dernier, le département d'État américain a classé la prison comme une entité responsable d'"exécutions extrajudiciaires, de torture ou d'autres violations graves des droits de l'homme internationalement reconnus".

Source : Iran Human Rights Monitor