Pin It
CSDHI -  Le régime des mollahs a arrêté quatre étudiants de l'université de Chiraz, le 3 janvier. Il s’agit d’Abdol-Jalil Reza’i, Kazem Reza’i, Mohsen Zarrin Kamar et Loghman Ghadiri Goltappeh. Les autorités du ministère du Renseignement (Vevak) évitent de répondre aux familles, et  le sort des détenus restait flou.

Pin It

ImageCSDHI - Le général Ahmad Reza Radan, commandant adjoint des Forces de sécurité de l'État (FSE) a annoncé mardi qu'un nouveau plan a été mis en œuvre pour intensifier la répression en Iran, a rapporté l'agence de presse officielle Fars.

Le plan mené sous couvert de « renforcement de la sécurité publique dans le pays » vise des vagues d’arrestations et de torture généralisée de ce que les mollahs appellent les « mal-voilées » et les « hooligan ». Radan avait annoncé peu avant que la milice paramilitaire du Bassij verrait ses pouvoirs renforcés pour réprimer la population.

Pin It
CSDHI- Un groupe de manifestants a attaqué jeudi matin la maison de  Shirin Ebadi et lancé des slogans contre elle, a annoncé cette avocate à l'AFP.
"Cent cinquante manifestants se sont rassemblés devant l'immeuble et ont scandé des slogans contre moi", a-t-elle déclaré.

Pin It

ImageCSDHI – Un détenu a été amputé d’une main à la prison de Kermanchah le 15 décembre, selon le journal gouvernemental Qods. L’homme non identifié, est accusé de vol. Outre sa mutilation, il a été condamné à 6 mois de prison et 30 coups de fouet.

Le procureur de Kermanchah a indiqué à la presse qu’il s’agissait d’un avertissement pour tous ceux qui troublent l’ordre. 
 

Pin It

ImageCSDHI - Selon les informations, le chef du poste de police numéro 101 de Tajrish,  à Téhéran, le colonel Nassir-Nejad, torture des détenus, selon deux hommes arrêtés et conduits à ce commissariat

Nassir-Nejad les a  pendus à menottes au plafond et sévèrement battus.
Ils ont été  également attachés à des chaises pendant des heures, durant lesquels ils ont reçu  des coups et des injures  alors qu'ils avaient les yeux bandés. (Agence Iran News du 10 décembre)

Pin It

ImageCSDHI - Une militante iranienne des droits de l'Homme, Nasrine Sotoudeh, a été empêchée mercredi par les autorités de se rendre en Italie pour y recevoir le prix d'une ONG italienne, a-t-elle dit à l'AFP.

"Après avoir reçu un tampon de sortie sur mon passeport à l'aéroport, j'ai été appelée et deux personnes travaillant pour le gouvernement m'ont confisqué mon passeport", a dit par téléphone Mme Sotoudeh.

L'activiste a précisé que son mari et ses enfants, qui l'accompagnaient, avaient été autorisés à quitter l'Iran pour recevoir à sa place le prix que lui a décerné l'ONG Human Rights International.

Pin It

 Image Redoutant les protestations étudiantes, Khamenei annule sa venue annoncée à la faculté des sciences et de l’industrie
- Arrestations d’étudiants

 CSDHI- Le conseil national de la Résistance iranienne a publié le communiqué suivant :

 Les agents de sécurité et des services de renseignement du régime des mollahs ont pris position dimanche matin devant toutes les portes de l’université de Téhéran et dans les rues adjacentes pour y instaurer un couvre-feu officieux. Une multitude d’agents patrouillaient dimanche aux environs des carrefours menant à l’université de Téhéran. Les forces de sécurité étaient déployées depuis l’avenue Taleghani, Qods et Enghelab, et depuis la place Enghelab jusqu’à la rue Vessal Chirazi.

Pin It
ImageCSDHI – Pour la célébration de la Journée des Etudiants, les forces de sécurité de l’Etat (FSE) ont tiré des gaz lacrymogènes sur les étudiants rassemblés à l'Université Bou Ali Sina (Avicenne) dans la ville de Hamedan, dans l’ouest de l’Iran.
 
Les agents des FSE ont tenté de repousser les protestataires de la faculté de sciences humaines à coups de gaz lacrymogènes. Mais ils ont rencontré une vive résistance des étudiants qui lançaient des slogans et entonnaient des chants liés aux protestations passées.

Les FSE ont reçu l’ordre d’empêcher tout rassemblement hors de la faculté.

L'an dernier, la Journée des étudiants avait été célébrée le 9 décembre. Des manifestations avaient éclaté à travers l'Iran, rythmées par des slogans hostiles au pouvoir et appelant à la libération des étudiants emprisonnés.

Pin It
ImageCSDHI - Des étudiants iraniens ont manifesté contre la politique du gouvernement dimanche à l'Université de Téhéran, malgré une forte présence policière, ont indiqué des sources étudiantes à l'AFP.
"Des milliers d'étudiants de différentes universités sont venus", a dit Mehdi Arabshahi, un membre d’un  association étudiante joint par téléphone. "Il y avait un contrôle strict (de l'accès par la police, ndlr), ils ne laissaient entrer personne, mais les étudiants ont cassé les grilles et sont entrés", a-t-il ajouté.

Pin It

CSDHI - Au cours des derniers jours de nombreux salons de coiffure à Ispahan ont été fermés pour la coupe de cheveux des garçons de style occidental. Toutes ces salons ont été fermés sur ordre des forces de sécurité des lieux publics. (Agence Iran News du 1 er décembre 2008)