Pin It

A 15h15, heure locale, la police irakienne a attaqué les portes d’entrée au nord et à l’est du camp d’Achraf en plus des portes à l’ouest du camp. A l’entrée d’Achraf les membres des Moudjahidines sont tabassés à coup de matraques et de barres métalliques. Majid Moïni et Sadegh Lari ont été blessés et Homayoun Dayhim et Gholamreza Behrouzi ont été emmenés par les forces irakiennes alors qu’ils avaient perdu connaissance sous la violence des coups.

Le nombre des blessés augmentent et au moins 10 personnes ont été blessées alors qu’elles s’interposaient devant les bulldozers et les voitures de police qui pénétraient dans la Cité.

Secrétariat du Conseil national de la résistance iranienne
Le 28 juillet 2009

Pin It

CSDHI - A 16h00 heure locale, l’attaque des forces de la police irakienne contre les résidents de la Cité d’Achraf à coups de gaz au poivre et de gaz lacrymogène et des tirs incessants de grenades sonores s’est intensifiée. A la porte d’entrée d’Achraf, les forces irakiennes ont lancé une charge violente à coups de matraques contre les Moudjahidine du peuple. Une des portes d’entrée a été détruite par un bulldozer. Les Moudjahidine Mohammad Reza Chelcheraghi et Mohammad Reza Chahsavandi ont été blessés par la violence des coups, selon les informations reçues.

Secrétariat du Conseil national de la résistance iranienne
Le 28 juillet 2009

Pin It

CSDHI - A 15h00 heure locale, les forces de police irakienne ont lancé une attaque sur Achraf en tirant des gaz au poivre. Les bulldozers de la police ont démoli le portail d’entrée et les forces à pied attaquent de divers côtés pour pénétrer dans Achraf.

 

Pin It

Elles ont ammené des bulldozers, des voitures de pompiers et des ambulances, en vue d'une attaque

CSDHI - le conseil national de la résistance iranienne a publié le communiqué suivant : Mme Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, a annoncé par le biais d’un communiqué à Rome :
Simultanément avec le soulèvement du peuple iranien contre le fascisme religieux, les résidents d’Achraf en Irak, membres de l’organisation des Moudjahidine du peuple d’Iran (OMPI), ont annoncé aux autorités irakiennes et américaines que, comme les autres Iraniens en exil et volontaires, ils souhaitent et sont prêts à retourner dans leur patrie sous des conditions précises.

Pin It

ImageCSDHI - Davoud Sadri, était employé et âgé de 27 ans. Il était originaire de la cité Andicheh de la ville de Karadj, près de Téhéran. Il a été tué avec sept autres personnes le 16 juillet, par des agents qui tiraient sur la foule depuis le toit de leur centre répressif au carrefour de la rue Azadi et de la rue Jenah de Téhéran.

La famille a récupéré son corps au bout de six jours à l’ hôpital Imam Ali Chahriar, contre une somme de 350.000 tomans pour la balle et 6 millions de Tomans pour le corps.

Les agents du régime ont exercé des pressions sur le père de Davoud Sadri pour qu’il dise que son fils était un milicien et qu’il avait été tué par les manifestants. Ils lui ont promis, s’il collaborait, de payer le prix du sang de son fils et de le déclarer «martyr».

Pin It

CSDActive ImageHI - Un étudiant arrêté lors de manifestations en Iran en juillet est mort en prison, a rapporté un journal dimanche. Il s'agit du deuxième décès en prison annoncé ces derniers jours.

Amir Javadifar, "un étudiant en gestion industrielle (dans la ville de) Qazvin est mort en prison", a annoncé le journal Etemad, ajoutant que sa famille avait été contactée pour venir recevoir le corps dimanche à 09H00.

Amir Javadi-far, 24 ans, qui est mort sous la torture, avait été arrêté le 9 juillet, au 27 e jour du soulèvement.

Pin It

CSDHI  - Le fils d'un conseiller de Mohsen Rezaï, candidat malheureux à la présidentielle iranienne, a été tué, rapporte samedi un site internet réformiste.
Il est mort dans la prison de Téhéran où il était détenu après son arrestation en marge des troubles post-électoraux.  Le site internet Moshakerat ne donne aucune précision sur la date ou les circonstances de sa mort. Les autorités n'ont pas souhaité confirmer ni commenter cette information.

Mohsen Ruholamini avait été arrêté le 9 juillet lors des manifestations de l'opposition, qui conteste la réélection de l'ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad à la présidence. «On avait dit à sa famille qu'il serait libéré prochainement. Mais les autorités ont informé sa famille jeudi soir de son décès», selon le site internet.

Le jeune homme de 25 ans était le fils d'Abdolhossein Ruholamini, un conseiller du quatrième candidat à la présidence, Mohsen Rezai, ancien chef des Gardiens de la révolution.

Pin It

ImageCSDHI - Samedi 25 juillet, les parents des personnes arrêtées lors des récentes manifestations en Iran continuaient leurs actions de protestation devant devant le tribunal et la prison d'Evine à Téhéran. Ils demandaient des informations sur l'état de santé et la situation de leurs proches. Au tribunal des mères criaient: "qu'avez-vous fait avec nos enfants pour nous les rendre morts et dans cet état?!". Sur la vidéo les parents courageux, en majorité des mères, crient "Allah-o-Akbar" pour être entendus des détenus et "Libérez les prisonniers politiques" à l'adresse des autorités.

Cliquez sur  le lien ci-dessous pour voir le clip
http://ncr-iran.org/images/stories/2009/video/20090725-evin.wmv

Pin It

CSDHI - Des milliers de Téhéranais ont manifesté ce samedi 25 juillet dans la capitale aux cris de "honte aux forces répressives" et "mort au dictateur" en défilant au croisement de Mir Damd et Vali-Asr.

http://ncr-iran.org/images/stories/2009/video/20090725-protest.wmv

 

Pin It

CSDHI  -le conseil national de la résistance iranienne a publié le communiqué suivant : Au 43e jour de l'insurrection nationale, des milliers de Téhéranais ont manifesté sur les places Vanak et Vali Asr contre le régime des mollahs aujourd'hui selon le département social de l'organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI) à l'intérieur de l'Iran.Les manifestants criaient « Honte aux forces de sécurité » et « Mort au dictateur », alors qu’ils marchaient au carrefour Mir-Damad et Vali Asr, à environ 19h00, heure locale. Les forces anti-émeutes et autres ont attaqué les milliers de manifestants sur la place Vanak vers 19h30 et battant sauvagement les gens. Un groupe de forces anti-émeutes a sauvagement lynché une jeune fille de 17 ans avant de la livrer aux agents en civil. Les forces de répression ont attaqué les gens en colère qui protestaient contre les brutalités et les ont frappés à coups de matraque.