Pin It

CSDHI -samedi, 04 novembre 2006  - Selon des informations reçues, le régime des mollahs étend sa répression dans les universités iraniennes en ne permettant pas aux activistes de s'inscrire dans les établissements supérieurs. Le régime les a taxés d'étudiants « marqués ».

 

Pin It

ImageIran - jeudi, 02 novembre 2006 - Le chef des forces de sécurité de l'Etat du Grand Téhéran le général Ahmad-Reza Radan, a annoncé la création de « commissariats pour femmes » à Téhéran.

Par ailleurs, le directeur de l'organisation carcérale du pays, Ali-Akbar Vessaghi a déclaré : "A présent, les prisons du pays comptent 140.000 prisonniers ... mais seuls 10.000 à 20.000 sont dangereux pour la société si on les relâche » (quotidien officiel Ressalat du 31 octobre).
 

Pin It

Image20minutes -MARDI 24 OCTOBRE 2006 - Le nouveau quotidien iranien modéré Rouzegar (« Le Temps ») n'aura vraiment pas duré très longtemps. Les autorités ont déjà décidé d'interdire ce journal, lancé il y a une semaine, officiellement parce qu'il « ressemblait » trop au quotidien Shargh, interdit en septembre.

Pin It

ImageCSDHI 24 octobre 2006   - Alors que leur régime est de plus en plus soumis aux feux des critiques et qu'il s'enfonce dans l'isolement international, les mollahs redoublent d'efforts pour couper les sources d'informations de la population.

Pin It

    
ImageRSF vendredi, 20 octobre 2006  - Reporters sans frontières condamne la vague d'interpellations de journalistes proches des réformateurs, et demande la libération immédiate de tous les professionnels des médias détenus dans le pays.

Pin It

ImageCSDHI - Des échauffourées ont eu lieu entre les étudiants et la garde de l'Université Amir Kabir de Téhéran, indique l'Agence estudiantine de la presse iranienne, Isna.
Les incidents ont commencé alors que les étudiants avaient l'intention d'organiser un meeting contre les élections à l'Assemblée des Experts, dans l'amphithéâtre de l'université, quand la garde de l'université leur a barré la route.
Les étudiants qui reprenaient constamment des hymnes patriotiques, réclamaient la libération des prisonniers politiques.
« Le climat universitaire devient de plus en plus répressif et policier », déplore notamment un communiqué de la mouvance estudiantine.

Pin It

Image CSDHI- En Iran, un hebdomadaire qui paraît dans le sud du pays, Safir Dachtestan, a été interdit pour « insulte » du chef suprême de la dictature religieuse iranienne. C'est le Procureur de la ville de Bouchehr qui a interdit cette revue, indique l'Agence iranienne de la presse du Travail, Ilna.

Pin It

     
Image • Les fournisseurs de services contraints de réduire le débit d'Internet
• Pour les opposants, cette initiative va gêner l'évolution du pays

The Guardian, Téhéran, 18 octobre2006  - Robert Tait - Le gouvernement islamique d'Iran mène une nouvelle bataille dans sa guerre contre l'opposition politique nationale et l'influence de la culture occidentale en interdisant l'accès à l'Internet haut débit.

Dans une nouvelle mesure dirigée contre les utilisateurs d'Internet estimés à 5 millions dans le pays, les fournisseurs de services ont reçu l'ordre de réduire la vitesse d'Internet à 128 kilobits par seconde et l'interdiction de proposer des packs de connexion rapide. Cette initiative décidée par l'organisme de contrôle des télécommunications d'Iran va restreindre le téléchargement de musiques, de films et d'émissions de télévision étrangères, les autorités reprochant à ceux-ci de saper la culture islamique chez la jeune génération. Celle-ci va également empêcher les groupes d'opposition politique de s'organiser en téléchargeant des informations sur le net.

Pin It

       
ImageCSDHI - Selon les relations publiques du commandement des forces de sécurité de la  riche province pétrolière du Khouzistan dans le sud-ouest de l'Iran, du 23 août au 23 septembre dernier, 1442 personnes ont été arrêtées « dans le cadre de la lutte contre les stupéfiants et déférées au parquet ».

Pin It

ImageOroumieh, 26 mai - Au moins six manifestants contre le gouvernement ont été tués par les forces de sécurité lors d'émeutes jeudi soir dans la ville de Naqadeh, au nord-ouest de l'Iran, selon des dissidents.
L'incident s'est produit alors que plus de 1000 Iraniens azéris ont pris part à une manifestation devant le bureau du gouverneur.
Les manifestants en colère ont mis le feu au bureau du gouverneur et à l'antenne locale du ministère de la Culture et de la Guidance islamique.