Pin It

ImageRahim Khorchidfar, chef des forces de sécurité de Qom a annoncé que ses agents avaient reçu le permis de faire feu sur les jeunes, dans le cadre de « la lutte contre la délinquance », a rapporté l'agence de presse Fars du 16 novembre.

Qualifiant tous les jeunes de hooligans, il a déclaré à l'agence : Les forces de sécurité ont un projet à long terme de lutte contre la délinquance et ces mesures ne seront pas limitées.

Pin It

Iran Manif - La justice des mollahs a condamné à mort trois personnes, dont une femme, Chabnam, âgée de 31 ans, à Téhéran, indique le quotidien Etemad Melli du 12 novembre.
Deux jeunes Ali et Mohammad qui avaient 16 et 14 ans à l'époque de leurs délits ont aussi été condamnés à mort.

Les condamnations des deux jeunes ont été confirmées par la cour suprême des mollahs et seront  bientôt exécutés.
 

Pin It

Iran Manif - Ce matin à l'aube trois jeunes ont été exécutés à la prison de Hamedan. Mohammad Reza Tork, 18 ans, faisait partie des victimes. Les mollahs l'ont arrêté pour un délit commis à l'age de 16 ans.

Les mollahs exécutent les enfants, parfois ils attendent que l'adolescent atteigne ses 18 ans pour le pendre. C'est ce qui s'est passé pour Mohammad Reza.

Il a été  envoyé le premier à la potence, à 6h du matin. Est venu ensuite Manoutchehr  Tork, 30 ans, et Safar-Ali Varmziar, 31 ans.
 

Pin It

Le régime inhumain des mollahs a exécuté en public deux prisonniers répondant aux noms de Saïd Moradi et Hamid Fallahi dans la ville de Sahneh, dans la province de Kermanchah (ouest de l'Iran). Ils étaient accusés d'être "Mohareb", ou ennemi de Dieu, une accusation sanctionnée par la peine de mort selon la loi du régime, a rapporté le quotidien officiel Mardomsalari jeudi.


 

Pin It

ImageIran Manif - Le 10 novembre, les agents des mollahs ont lancé une attaque planifiée sur le lieu de culte des  Derviches de la ville de Boroudjerd au centre de l'Iran. Ils y ont mis le feu et l'ont rasé avec un bulldozer. Ils ont également procédé à une rafle très violente qui a fait de nombreux blessés parmi les Derviches.

. Au moins 400 agents de la milice du Bassidj avaient été déployés. Ils ont incendié le lieu de culte, puis en ont détruit les murs, et se sont rués à l'intérieur à coups de machettes et de sabres, faisant de très nombreux blessés, dont beaucoup ont été arrêtés. 
 

Pin It

CSDHI - Des étudiants de l'université des Sciences et de l'Industrie de Téhéran ont perturbé le discours d'Ahmadinejad en criant "libérez des étudiants emprisonnés", malgré les lourd dispositif de sécurité.

Selon le site gouvernemental Djahan du 12 novembre, au moment de la visite d'Ahmadinejad,  les pancartes appelant à la libération des étudiants emprisonnés sont apparues les unes derrière les autres, remplissant tout à coup l'espace universitaire.
 

Pin It

ImageIran manif - Devant le nombre croissant de prisonniers dû aux vagues d'arrestations, le régime des mollahs construit des prisons à tour de bras. Dans la province de Guilan, dans le nord de l'Iran,  c'est trois nouvelles maisons d'arrêt qui sont en train de sortir de terre, annonce l'agence de presse Irna le 11 novembre.

 

Pin It

ImageDans une Action Urgente du 2 novembre 2007 (AU 286/07) sur le mauvais traitement de prisonniers d'opinion en Iran, Amnesty International parle du massacre de 1988 de 30.000 prisonniers politiques Moudjahidine du peuple - dans leur écrasante majorité -considérant qu'il s'agit là de crimes contre l'humanité.

Pin It

ImageDes dizaines de personnes ont été blessées et arrêtées quand la police iranienne et les forces spéciales ont lancé un assaut contre une loge de musulmans Soufis dans le sud-ouest de l'Iran après un affrontement entre des Soufis et des membres d'une mosquée chi'ite voisine, ont déclaré les autorités et des témoins dimanche.

Des forces paramilitaires liées à la force d'élite des Gardiens de la révolution de la République islamique ont échangé des tirs avec des Soufis, alors qu'elles venaient en renfort à la police samedi pour prendre le contrôle d'une loge Soufi, où le groupe organise des cérémonies dans la ville de Boroujerd, ont dit des témoins.


 

Pin It

ImageAmnesty International - Sep personnes ont été arrêtées par des responsables du ministère du Renseignement, à la fin du mois d'août et au début du mois de septembre, parce qu'elles avaient participé à une cérémonie marquant le 19e anniversaire des massacres de prisonniers perpétrés en 1988, au cours desquels des milliers de prisonniers politiques avaient été exécutés. Le 29 août, des proches des victimes se sont rassemblés à Khavaran, dans le sud de Téhéran, près d'une fosse commune où certains des prisonniers ont été enterrés