Pin It

ImageAFP, Téhéran, 19 avril - Le chef de la police de Téhéran, le général brigadier Morteza Talaie, a annoncé une nouvelle campagne contre les femmes mal voilées à l'approche de l'été, a rapporté mardi la presse iranienne.

"La police agira avec fermeté contre ceux (et celles) qui par leur comportement et leur habit perturbent la sécurité et l'ordre moral", a déclaré M. Talaie.
Il a ajouté que "30% des appels (des citoyens à la police) concernait des plaintes contre le mauvais port du voile et les comportements inappropriés" de la part des jeunes.
Chaque année, à l'approche de l'été, la police annonce une campagne contre le mauvais port du voile.

Pin It

ImageIran Focus, Téhéran, 17 avril - Des protestations hostiles au gouvernement ont éclaté vendredi dans la nuit à Ahwaz, dans la province du Khouzistan (sud-ouest du pays), faisant six morts, des centaines de blessées et de personnes arrêtées.

Ahwaz, proche de la frontière irakienne, est un foyer important de minorités ethniques et sa population en majorité arabe a déjà subi une répression sévère sous le régime des ayatollahs.

De violents affrontements ont éclaté quand des forces de sécurité de l'Etat ont été envoyées pour contenir les habitants en colère qui contestaient les plans officiels pour redéfinir la mosaïque ethnique de la province.

Pin It

ImageIran Focus, Téhéran, 16 avril - Un adolescent a été condamné à mort pour un crime qu'il aurait commis à l'âge de 17 ans, selon un quotidien officiel. Le garçon, nommé Saïd, sera exécuté prochainement, écrit le journal Etemad.

Il est accusé d'avoir poignardé un autre jeune de 17 ans, qui est mort à la suite de ses blessures, à Islamchahr il y a deux ans, à l'ouest de la capitale. La Cour suprême a confirmé la sentence qui devrait avoir lieu sous peu.

Un jeune de 17 ans et son père doivent être exécutés aujourd'hui à Ispahan, accusés de viol et de vol. Moussa Ali-Mohammadi et son fils Rassoul recevront d'abord chacun 74 coups de fouet puis seront pendus en même temps, le père en public et le fils dans la cour de la prison.

Pin It

ImageAFP, Téhéran, 14 avril - Un voleur à main armée, qui avait attaqué plusieurs banques à Ispahan (centre) et tué un policier, a été pendu en place publique jeudi matin dans la ville voisine de Najaf-Abad, a rapporté le quotidien du soir Kayhan.
Ghobad Siah-Mansour avait tué un policier lors d'un accrochage avec les forces de l'ordre, selon la même source.
Cette pendaison porte à douze le nombre d'exécutions depuis le début de l'année, selon un décompte tenu par l'AFP à partir de témoignages et d'informations de presse.

Pin It

ImagePresse Canadienne

Téhéran

L'Iran a rejeté mardi la demande canadienne d'enquête d'experts légistes internationaux sur le décès de la photo-journaliste montréalaise d'origine iranienne, Zahra Kazemi.

Un porte-parole de la justice iranienne a fait savoir que la demande canadienne n'était «pas conforme aux lois iraniennes et aux règles internationales». La justice de ce pays a la compétence voulue pour mener une éventuelle investigation, puisque Zahra Kazemi était citoyenne iranienne, a ajouté Jamal Karimirad. «En vertu des lois iraniennes, le fait qu'elle détenait aussi la citoyenneté canadienne ne niait pas sa citoyenneté iranienne.»

 

Pin It

ImageIran Focus, 14 avril - Un jeune homme en Iran s'est fait amputé hier de la main droite et du pied gauche, rapportait un quotidien officiel.

Le jeune, nommé Mohammad B., est incarcéré à la prison Karoun de la ville d'Ahwaz dans le sud-ouest du pays. Le journal Hanbastegui écrivait qu'il serait amputé aux premières heures de la matinée du 13 avril.

Le régime iranien a été condamné 51 fois par les Nations Unies pour l'ampleur de ses violations des droits de l'homme.

 


 

Pin It

ImageAFP, Téhéran, 13 avril - Deux Iraniens ont été pendus dans la prison de Yassouj (sud-ouest) pour le meurtre de trois personnes lors d'une rixe, a rapporté mercredi le quotidien Hambastegui.
Hatam Jarideh Kish, 38 ans, et Ali Fath Hemati, 50 ans, ont été exécutés lundi pour avoir tué deux hommes et une femme en 1997 au cours d'une bagarre dans un village de la province de Kohkilouyeh et Boyerahmad, a indiqué le journal.
Ces pendaisons portent à onze le nombre d'exécutions depuis le début de l'année, selon un décompte tenu par l'AFP à partir de témoignages et d'informations de presse.

Pin It

ImageIran Focus, 13 avril - Le quotidien officiel Iran a rapporté aujourd'hui qu'un père et son fils de 17 ans ont été condamnés à mort. Moussa Ali-Mohammadi sera pendu en public à Ispahan, dans le centre de l'Iran, samedi, et son fils de 17 ans Rassoul sera pendu en même temps dans la prison d'Ispahan. Les deux prisonniers recevront 74 coups de fouets avant d'être exécutés.

Le quotidien officiel Hambastegui a rapporté aujourd'hui que deux hommes, identifiés sous les noms de Hatam Jarideh Kich, 38 ans, et Ali Fath Hemati, 50 ans, avaient été pendus lundi dans la prison de Yassoudj, dans le sud-ouest de l'Iran.

 

Pin It

ImageLe Monde, 11 avril - Nez fracturé, crâne fendu, doigts cassés, ongles arrachés, orteil "en bouillie", vagin "complètement lacéré" témoignant d'un "viol brutal" : Shahram Aazam, ancien médecin à l'hôpital militaire de Baghiatollah à Téhéran, n'a pas épargné les oreilles sensibles, en racontant à la télévision, en direct d'Ottawa, les horreurs révélées par le corps de la photo-journaliste irano-canadienne Zahra Kazemi.

C'était le 26 juin 2003, aux urgences de l'hôpital, quatre jours après l'arrestation brutale de Zahra Kazemi lors d'une manifestation où elle prenait des photos. "Pour la première fois, je voyais un cas de torture" a dit le médecin, nouvellement réfugié au Canada.

 

 

Pin It

ImageIran Focus, 11 avril - La ville de Mahabad (dans la province du Kurdistan) a été placée de facto sous la loi martiale après trois jours de troubles et de nombreux affrontements entre la population et les forces de sécurité, qui ont fait une jeune victime de13 ans.

L'adolescent a été tué par un agent de sécurité qui l'a matraqué sur la tête, selon des témoins oculaires.

Les affrontements antre les protestataires et les forces de sécurité à Mahabad ont éclaté mercredi soir mais ont atteint leur apogée dans la nuit de jeudi à vendredi.