Pin It

Le chef de la police iranienne a démenti dimanche qu'un ancien haut responsable policier ait été arrêté en compagnie de plusieurs femmes nues, en affirmant qu'il était détenu pour une faute plus "personnelle et mineure", a rapporté dimanche l'agence Fars.
Reza Zareïe, qui a supervisé une campagne de "moralisation" très sévère en tant que chef de la police de Téhéran, a été arrêté et fait l'objet d'une enquête sur des charges non précisées par le ministère de la Justice.

 

Pin It
Image le Conseil national de la Résistance Iranienne a publié le communiqué suivante :

Les quotidiens officiels ont rapporté le 15 avril que trois étudiants de l'université Amir Kabir de Téhéran (Polytechnique) ont été condamnés à la prison malgré un acquittement prononcé par un tribunal des mollahs en décembre 2007.

Le porte-parole du pouvoir judiciaire Alireza Jamchidi a annoncé leurs peines : « Majid Tavakoli, 30 mois de prison, Ahmad Qassaban 26 mois de prison et Ehsan Mansouri 22 mois de prison. »

Pin It
l'agence de presse officielle Fars   a annoncé mercredi  que  trois prisonniers  aux noms de Rasoul Mohammadi,  60 ans, Gholam Rahimi, 48 ans,  et Ismail Panjeh-Pour, 27 ans, ont été pendu dans la ville centrale d'Ispahan.

   
Pin It
ImageLe régime de l'Iran a pendu un homme mardi 15 avril à Gonbad Kavous dans le nord du pays, selon le site officiel Irib. Le prisonnier, identifié comme Abdollah A , a été pendu dans la prison de la ville.
Amnesty International a dit lundi dans son rapport annuel que le régime iranien avait exécuté au moins 317 personnes pendant l'année 2007. Beaucoup d'exécutions ont été effectuées en public.
 
Selon les chiffres annuels d'Amnesty International, au moins 1.252 personnes ont été exécutées dans 24 pays du monde. Plus d'un quart de toutes les exécutions connues dans le monde sont le fait du régime en Iran.
L'Iran sous le régime des mollahs est un des trois pays au monde qui exécute les enfants de moins de 18 ans.
Selon Amnesty, le plus jeune exécuté au monde est un enfant de 13 ans, par le régime des mollahs, en avril 2007.
En Iran au moins un homme a été lapidé l'an dernier.
Pin It
Six pompiers ont été emprisonnés pendant plus de 48 heures à la maison d'arrêt d'Ahmadabad, selon les sources de la résistance en Iran.  Ils ont été arrêtés pour avoir refusé de réprimer une manifestation ouvrière avec des canons à eau chaude à l'usine de pneus Kiyan (Alborz) dans la banlieue téhéranaise. Dans un mouvement de sympathie avec les ouvriers grévistes, les pompiers ont déversé l'eau chaude dans la rue.

Le régime iranien ne tolérera aucune mutinerie dans les rangs des fonctionnaires. Samedi dernier, les ouvriers on débrayé à l'usine Kiyan. Ils ont brûlé des pneus pour bloquer la route entre Téhéran et Islamchahr, dans la banlieue ouest, pour attirer l'attention des automobilistes. Les grévistes n'ont pas reçu de salaire depuis plusieurs mois.  
 
Pin It
ImageTrois leaders étudiants, détenus depuis mai 2007 pour insulte contre l'islam, ont écopé de peines allant de 22 à 30 mois de prison ferme, a déclaré mardi le porte-parole de la justice, Alireza Jamshidi, lors d'une conférence de presse.

Pourtant, en décembre, Ehsan Mansouri, Majid Tavakoli et Ahmad Ghassaban, de l'université Amir Kabir, l'une des plus prestigieuses du pays, avaient été innocentés en appel des accusations d'insultes aux "valeurs religieuses" et envers les "dirigeants de la République". Mais ils n'avaient pas été libérés.

Pin It
ImageSelon le site Javan du 13 avril 2008, trois jeunes ont été condamnés à mort à Téhéran.
Les trois jeunes condamnés à la peine du mort à Téhéran, se prénomment Kamal, Hussein et Ghassem.
Pin It
Les ouvriers de l'usine Zaabal de Chouchtar et de l'usine Amir-Kabir de Dacht-e-Azadegan ont débrayé

le Conseil national de la Résistance Iranienne a publié le communiqué suivante :

Les ouvriers de l'usine Haft Tapeh de canne à sucre à Chouch, dans le sud de l'Iran, ont passé leur cinquième jour de grève le 13  avril. Le 12 avril, les grévistes ont organisé une protestation devant les bureaux du patron de l'usine, Yaghoub Chafi'i, exigeant le paiement de leurs salaires impayés.

Pin It
ImageSamedi, le général Ahmad Reza Radan, chef des Forces de sécurité de l'Etat (FSE) du Grand Téhéran, a promis dans une interview à la télévision d'Etat,  davantage  de mesures répressives pour l'année à venir, comparé à l'année iranienne passée qui a commencé le 20 mars 2008.

« Pour la mise en vigueur de la sécurité publique et de l'éthique morale sur es points concernant les vêtements incorrects, les voyous, les petits trafiquants de drogue, les voleurs ainsi que la sécurité dans les parcs et tout ce qui concerne l'âme et l'esprit des gens, nous continuerons à nous en occuper avec vigueur pendant la nouvelle année 1387. Vous avez dû constater le comportement [inacceptable] de certains motards sur les routes et les soucis des automobilistes. Un autre secteur que nous prendrons en considération, en plus de la sécurité publique, sera la discipline sociale", a dit Radan.

Pin It
Selon des informations venues de l'intérieur de l'Iran, Mme Elham Yaghoubi, 30 ans, parente de prisonniers politiques exécutés, a été arrêtée à son domicile, accusée d’avoir organisé chez elle en septembre dernier une cérémonie du souvenir pour les victimes du massacre  des prisonniers politique de 1988. Elle a été incarcérée dans la section politique 209 de la prison d’Evine de Téhéran.
 
Rahmati, un interrogateur des services de renseignement, responsable de tous les interrogatoires des familles des victimes de 1988 a eu un rôle direct dans son arrestation. Il est aussi chargé de la torture.