Pin It

Image Hassan Hekmat Demir, membre de l'organisation kurde Pejak opposée au régime iranien, a été pendu. Le journal kurde Asso qui rapporte la nouvelle le 8 janvier, précise qu'il avait été blessé au moment de son arrestation et que ses blessures étaient si graves qu'il avait perdu l'usage de sa jambe en prison. Malgré l'intervention des organisations de défense des droits de l'homme, le régime des mollahs ne l'a pas épargné, ajoute le journal.


Ce n'est que plusieurs jours après sa mise à mort et à causes des demandes répétées de ses  proches sur son état de santé, que le régime a reconnu sa pendaison, mais il refuse toujours de rendre le corps.

 

Pin It

ImageSalari-Kia, le procureur adjoint de Téhéran  s'est dit favorable à la peine de mort des personnes arrêtées dans le cadre du plan de sûreté publique : « Si ces détenus sont condamnés à mort, ces verdicts devront suivre leur cours judiciaire, mais cela ira vite. »

Dans une interview avec l'agence de presse Fars, il a ajouté : "En ce qui concerne la sécurité publique on ne peut pas trouver quelqu'un qui s'y oppose. Aucun des responsables ne s'opposent dans le principe à ce plan pour augmenter la sécurité dans la société. Nous aussi dans la système judiciaire nous y croyons et nous l'appliquerons."

Pin It

ImageDe nombreuses familles d'étudiants arrêtés lors des récentes manifestations, tentent depuis deux semaines de faire libérer leurs enfants, maintenus dans des conditions très dures à la prison d'Evine dans la sinistre section 209 réservée aux prisonniers politiques.

Les familles tentent depuis deux semaines de faire libérer leurs enfants. Ils ont manifesté devant le tribunal où ils se sont vus interdire le droit de visite en prison, devant la représentation de l'ONU à Téhéran, où ils ont pu voir le représentant, malgré un déploiement de force impressionnant.

Pin It

ImageLe régime des mollahs  multiplie les exécutions dans le pays.  Mojtaba and Mohammad-Hossein, ont été pendu en public le 9 janvier dans la ville de Jahrom (sud), a rapporté le journal Iran.

Jomhouri Eslami a aussi annoncé l'exécution de Mohammad Reza Sadeghirad et Ali Kord-Roudgarmi  le 8 janvier dans la ville de Tonekabon dans le nord de l'Iran.

Pin It

Aujourd'hui encore trois hommes ont été pendus dans la province de Khorassan du sud (est de l'Iran). C'est la ville de Birjand qui a servi de théâtre à cette scène macabre.

L'agence de presse Fars qui a fait l'annonce, n'a précisé ni l'âge, ni l'identité des victimes, ni même si l'exécution avait été publique ou non. 
 Janvier affiche donc à son 9e jour, 21 exécutions.

Pin It

ImageIran Manif - Les bourreaux des mollahs ont pendu en public deux prisonniers nommés Abulfazl R. et Abulfazl M. dans la ville centrale d'Arak, a rapporté hier l'agence de presse Fars. Cela fait 18 exécutions depuis le début de l'année.

Les condamnations des démocraties occidentales se font toujours attendre. Peut-être faudra-t-il passer le cap des 30 exécutions en 15 jours pour obtenir une réaction. En attendant le peuple iranien n'en finit pas de payer le prix de la complaisance et des pressions des lobbies pétroliers.
 

Pin It

A la suite d'une vague de répression et d'arrestations par le régime des mollahs dans la province du Khouzistan dans le sud-ouest de l'Iran la semaine dernière, Maryam Radjavi, présidente élue de la Résistance iranienne, a exprimé sa sympathie aux familles des victimes des arrestations par les Forces de sécurité de l'Etat (FSE).

Pin It

ImageCinq hommes ont été amputés de la maindroite et du pied gauche en Iran pour vol à main armée et prise d'otage à Zahedan (sud-est), a rapporté dimanche l'agence Isna.

M. A. Jalali, A. B. Righi, A. Righi, A. R. Roudini et D. Pahlevan, ont
 été reconnus coupables "d'action contre Dieu" et "corruption sur terre"
 en ayant participé à des vols à main armée et prises d'otages, a
 annoncé le parquet de Sistan Balouchistan, dont Zahedan est le chef-lieu.
C'est la première fois au cours de ces dernières années qu'on assiste à
 la pratique de l'amputation contre plusieurs personnes à la fois.

Pin It

ImageDeux hommes ont été pendus, dans le nord-ouest de l'Iran, a rapporté dimanche l'agence semi-officielle Fars. 


Abolfazl R., un ancien policier renvoyé pour mauvais services, a tué un
homme avant de violer sa fille en se faisant passer pour un policier.
Dans le second cas, Abolfazl M. a tué deux personnes.

La première pendaison a eu lieu publiquement et la seconde en prison.
Depuis le début de l'année, 16 personnes ont été pendues en Iran, selon
 la presse.


Au total, 298 personnes ont été exécutées en 2007, selon un décompte
 effectué par l'AFP à partir d'informations de presse et de témoignages,
 contre 177 en 2006, selon Amnesty international.

Pin It

Des heurts ont éclaté entre la population de Zahedan et les agents de sécurité dans une manifestation, a rapporté le site de Voice of America.

Selon les informations, le 3 janvier, des forces de sécurité à bord d'un véhicule sur la place Kossar de Zahedan, ont tiré sur des jeunes qui portaient des jerricans d'eau. Les trois adolescents ont été blessés, dont un gravement.