Pin It

ImageDes centaines d'étudiants iraniens ont manifesté dimanche pour protester contre l'emprisonnement de certains de leurs camarades après que le ministère des Renseignements eut annoncé la veille des arrestations à l'Université de Téhéran.

Les manifestants étaient affiliés au Bureau de consolidation de l'unité (BCU), une organisation d'étudiants réformateurs, selon l'agence Fars.

Un membre du BCU, Mehdi Arabchahi, qui participait à la manifestation, a dit à l'AFP qu'elle avait rassemblé au moins un millier d'étudiants.

Pin It

Plus de 600 étudiants de l'université de Mazandaran, dans le nord de l'Iran se sont rassemblés pour protester contre l'arrestation de leurs camarades, selon le bulletin de la faculté Amir Kabir du 4 décembre.

Ils brandissaient les pancartes où était écrit: "Libérez les étudiants emprisonnés", "Libérez les étudiants de polytechnique", "L'université n'est pas seule", " L'université est vivante".

Pin It

Image Plusieurs dizaines d'étudiants iraniens ont manifesté mardi à l'Université de Téhéran contre la politique du gouvernement, selon des agences iraniennes.

L'agence Isna, proche des milieux étudiants, a fait état d'une manifestation rassemblant environ 40 étudiants "indépendants", alors que l'agence Fars a parlé d'une centaine d'étudiants qualifiés de "marxistes".

Pin It

Trois hommes, identifiés comme étant Yahya Madadi, Ata'ollah Poulzehi et Hossein Safarlou, ont été pendus en public sur la place Motahari de la ville sainte de Qom. Un autre prisonnier non identifié a été envoyé au gibet dans la ville du sud-est de Zahedan, a rapporté l'agence de presse officielle IRNA le 2 décembre.

Le régime des mollahs a pendu cinq prisonniers dans le sud de l'Iran mercredi. Ils ont été identifiés comme étant Abdullah N., Mohammad Reza B., Alikhan N., Hamid B. dans les villes de Bam et Baft de la province de Kerman, dans le sud a rapporté l'agence Isna le 5 décembre.

Décembre commence avec 9 pendaisons en Iran.

Pin It

 La répression en Iran cette année a connu un tournant qualitatif, si on peut parler de qualité dans la férocité. Disons qu'une nouvelle étape a été franchie. Jusqu'à présent la violence s'étalait dans la rue, avec ici et là des raids visant les antennes paraboliques et les vidéos ou autres bouteilles d'alcool cachées dans les foyers.


 

Pin It

ImageLe régime iranien a pendu quatre prisonniers ce week-end. Trois hommes, identifiés comme étant Yahya Madadi, Ata'ollah Poulzehi et Hossein Safarlou, ont été pendus en public sur la place Motahari de la ville sainte de Qom. Un autre prisonnier non identifié a été envoyé au gibet dans la ville du sud-est de Zahedan, a rapporté l'agence de presse officielle IRNA dimanche.


Pin It

Quarante-cinq prisonniers dont un adolescent pendus le mois passé

CNRI - Les bourreaux des mollahs ont pendu un prisonnier identifié par son seul prénom d'Ahmad dans la ville centrale d'Ispahan, a annoncé le quotidien officiel Iran aujourd'hui.

Pin It

Le ministère iranien de la Culture a décidé de s'en prendre à la musique rap produite et jouée dans la pays, à cause de l'utilisation par les chanteurs de termes "obscènes", a rapporté l'agence officielle Irna.

Pin It

Un Iranien, a été pendu à Ispahan (centre), a rapporté mardi le quotidien gouvernemental Iran.
L'homme, identifié par son seul prénom Ahmad, a été reconnu coupable de trafic   d'opium.
Cette pendaison porte à 270 le nombre de condamnés exécutés depuis le début de l'année, selon un décompte établi par l'AFP à partir d'informations de presse. La plupart des pendaisons se déroulent en public.
Les autorités iraniennes ont nettement augmenté le rythme des exécutions ces derniers mois.
 

Pin It

Iran Manif - Les autorités iraniennes ont pendu samedi deux hommes , Chamseddin Darvakh Gorgich et Mahmoud Chah Pashtoun, sous prétexte de trafic de drogue dans une prison de Zahedan (sud-est) dans le cadre d'une vaste campagne répression, rapporte samedi l'agence officielle Irna.

Les autorités iraniennes ont nettement augmenté le rythme des exécutions ces derniers mois.

Cela porte à 26 le nombre d'exécutions au mois de novembre.