Pin It

ImageTéhéran, 8 novembre - L'Iran est de nouveau revenu aux pires moments de la répression sociale et culturelle, selon un ancien vice-ministre de la Culture et de l'Orientation islamique chargé des médias, disant que la liberté de la presse été rabaissé au niveau du milieu des années 1990.

 

Pin It

ImageTéhéran, 1er novembre - Le ministère iranien des renseignements a annoncé l'arrestation mardi de plusieurs individus impliqués dans deux attentats à la bombe dans la province du Khouzistan, peuplée principalement de la minorité ethnique arabe, dans le sud-ouest de l'Iran.

L'agence de presse officielle Fars a cité un communiqué du ministère disant que trois de ceux qui avait eu un rôle direct dans les attentats avaient reconnu avoir fait ces opérations pour créer des divisons ethniques.

 

Pin It

ImageTéhéran, 31 octobre - Le procureur général de la ville de Bojnourd, dans le nord-est de l'Iran a déclaré à l'agence de presse officielle IRNA, que la police de la ville a lancé une nouvelle campagne de répression contre les mannequins de présentation dans les magasins de vêtements et le grand bazar.

Moussa-al-Reza Pirgazi a annoncé que jusqu'à présent 262 boutiques de vêtements avaient été inspectées et que 65 mannequins féminins avaient été saisis.

 

Pin It

ImageTéhéran, 27 octobre - Mardi après-midi dans la ville kurde de Mahabad, dans le nord-ouest de l'Iran, des milliers de personnes ont manifesté, contre la condamnation à mort d'un jeune activiste.

La manifestation a éclaté après que Mostafa Rassoul-Nia ait été condamné à mort pour avoir tué un agent des forces de sécurité de l'Etat (FSE) durant des protestations anti-gouvernementales plus tôt cette année.

 

Pin It

Téhéran, 23 octobre - Dans la province du Guilan, dans le nord de l'Iran, le procès à huis clos d'un commandant des gardiens de la révolution et de cinq de ses complices pour l'assassinat d'un responsable local de la ville de Racht, a commencé a-t-on appris dimanche.

Le corps décapité de Nasser Peiravi, chef du bureau des ressources naturelles de la province du Guilan, avait été retrouvé dans la forêt près de la ville de Someh-Sara le 6 mai.

 

Pin It

ImageTéhéran, 25 octobre - Lundi un journal gouvernemental a annoncé qu'un jeune de 22 ans de la ville de Varamine, au sud de Téhéran, a été exhibé dans les rues et condamné au fouet pour « trouble à l'ordre public ».

Le jeune, identifié uniquement par son prénom Hachem M. (alias Hachem Sagui) était accusé de « troubles à l'ordre public », de consommation d'alcool, de danger pour la sécurité nationale et de bagarres, a écrit le journal Keyhan.

 

Pin It

ImageAFP, Paris, 24 octobre - Reporters sans frontières exprime lundi "son indignation face au comportement des autorités iraniennes", affirmant que le journaliste iranien dissident Akbar Ganji a "été placé en isolement dans un quartier spécial" de la prison d'Evine à Téhéran.
La femme d'Akbar Ganji, Massoumeh Shaffie, ainsi que l'un de ses avocats, Me Molai, ont rendu visite au journaliste le 17 octobre dernier.

 

Pin It
ImageTéhéran, 21 octobre - L'Iran a été classé comme pire violateur des libertés de la presse au Moyen-Orient par le gendarme international des droits de la presse, Reporters sans frontières (RSF). RSF l'a classé 164e sur 167 dans son index de 2005.

 


« L'Iran (164 e) a une fois de plus le pire bilan de la région en matière de liberté de la presse avec sept journalistes emprisonnés et quatre autres en liberté provisoire et en danger d'être renvoyés en prison à tout moment », écrit cette ONG.

Pin It

ImageTéhéran, 22 octobre - La presse officielle a publié samedi que plus de 2000 « fauteurs de troubles » ont été arrêtés dans la province de Téhéran ces neuf derniers jours.

Le chef de la police de la province de Téhéran, le général Reza Zareï a été cité disant que les individus avaient été arrêtés dans le cadre d'une nouvelle campagne de répression dans la province.

   

Pin It

ImageTéhéran, 20 octobre - Un journal gouvernemental a publié que le chef du judiciaire iranien l'ayatollah Mahmoud Hachemi Chahroudi a interdit toute permission de sortie aux « ennemis de la République islamique», y compris les prisonniers politiques et les « fauteurs de trouble ».

Sous les nouveaux règlements, les prisonniers ne recevront plus de permission de sortie temporaire pour des raisons diverses, indique le journal Kayhan.