Pin It

ImageTéhéran, 25 octobre - Lundi un journal gouvernemental a annoncé qu'un jeune de 22 ans de la ville de Varamine, au sud de Téhéran, a été exhibé dans les rues et condamné au fouet pour « trouble à l'ordre public ».

Le jeune, identifié uniquement par son prénom Hachem M. (alias Hachem Sagui) était accusé de « troubles à l'ordre public », de consommation d'alcool, de danger pour la sécurité nationale et de bagarres, a écrit le journal Keyhan.

 

Pin It

ImageAFP, Paris, 24 octobre - Reporters sans frontières exprime lundi "son indignation face au comportement des autorités iraniennes", affirmant que le journaliste iranien dissident Akbar Ganji a "été placé en isolement dans un quartier spécial" de la prison d'Evine à Téhéran.
La femme d'Akbar Ganji, Massoumeh Shaffie, ainsi que l'un de ses avocats, Me Molai, ont rendu visite au journaliste le 17 octobre dernier.

 

Pin It
ImageTéhéran, 21 octobre - L'Iran a été classé comme pire violateur des libertés de la presse au Moyen-Orient par le gendarme international des droits de la presse, Reporters sans frontières (RSF). RSF l'a classé 164e sur 167 dans son index de 2005.

 


« L'Iran (164 e) a une fois de plus le pire bilan de la région en matière de liberté de la presse avec sept journalistes emprisonnés et quatre autres en liberté provisoire et en danger d'être renvoyés en prison à tout moment », écrit cette ONG.

Pin It

ImageTéhéran, 22 octobre - La presse officielle a publié samedi que plus de 2000 « fauteurs de troubles » ont été arrêtés dans la province de Téhéran ces neuf derniers jours.

Le chef de la police de la province de Téhéran, le général Reza Zareï a été cité disant que les individus avaient été arrêtés dans le cadre d'une nouvelle campagne de répression dans la province.

   

Pin It

ImageTéhéran, 20 octobre - Un journal gouvernemental a publié que le chef du judiciaire iranien l'ayatollah Mahmoud Hachemi Chahroudi a interdit toute permission de sortie aux « ennemis de la République islamique», y compris les prisonniers politiques et les « fauteurs de trouble ».

Sous les nouveaux règlements, les prisonniers ne recevront plus de permission de sortie temporaire pour des raisons diverses, indique le journal Kayhan.

Pin It

ImageTéhéran, 19 octobre - Mardi, des milliers d'étudiants de l'université libre de Nadjaf Abad ont manifesté sur le campus contre les nouveaux règlements sur la ségrégation sexuelle.

La manifestation, cependant a tourné à la violence quand les forces de sécurité ont attaqué 7000 étudiants. Beaucoup ont été enfermés de force dans des salles de l'université.

 

Pin It

ImageTéhéran, 18 octobre - Une femme a été condamnée à mort dans la capitale iranienne lundi, a rapporté aujourd'hui un journal officiel.

La femme, identifiée par son seul prénom de Raheleh, est accusée d'avoir tué son mari qui la trompait avec une femme plus jeune, écrit le journal Djavan.

 

Pin It

Téhéran, 17 octobre- Un quotidien gouvernemental a publié lundi qu'un jeune homme de 23 ans a été tué  dimanche, par neuf balles d'un agent des Forces de sécurité de l'Etat (FSE).

Vendredi, Seyyed Mostafa, a été arrêté par la police alors qu'il était en train de conduire sa voiture en compagnie d'amis, peut-on lire dans le quotidien Hamchahri.

Pin It

ImageTéhéran, 18 octobre - Un quotidien officiel a écrit mardi, que les étudiantes de la cité universitaire de l'université Chahid  Behechti situé à Téhéran, ont lancé un mouvement de protestation contre les coupures d'eau.

Les étudiantes se sont mises à manifester devant la cité dimanche soir, précise le journal Djomhouri Eslami. Elles ont brûlé des papiers et mis le feu à des pneus tout en scandant des slogans demandant la démission du président de l'université.

 

Pin It

ImageTéhéran, 15 octobre - Un quotidien officiel a annoncé samedi, qu'un tribunal à Téhéran a condamné une femme à la lapidation pour adultère et un homme Afghan à la peine de mort et à 100 coups de fouet pour meurtre.

La femme identifiée par son prénom Soghra, a été accusée d'adultère et d'avoir aidé l'Afghan, prénommé Alireza, à tuer son mari, lui aussi un Afghan. Soghra a maintenu son innocence tout au long du procès, selon le journal Etemad.