Pin It

ImageIran manif - Le régime des mollahs a pendu trois hommes ce matin dans la ville d'Ahwaz, les accusant d'avoir posé des bombes dans cette capitale de la province du Khouzistan.

C'est l'agence de presse IRNA qui a rapporté la nouvelle.

Avec les 8 pendaisons d'hier, cela porte à 37 le nombre des exécutions au mois de septembre en Iran, dont de nombreux prisonniers politiques pendus sous prétextes de délits de droits communs.
 

Pin It

ImageLCI, 12 septembre - Direction l'Iran. La prison d'Evine de Téhéran est aussi célèbre et aussi sinistre qu'Alcatraz.

Evine c'est un haut lieu de la révolution. Mais c'est rare qu'on puisse visiter le bâtiment. Des journalistes ont pourtant eu la surprise d'y être invités et dans la cour, ça tombe bien, ils ont rencontré un de ces immigrés qui a eu la mauvaise idée de rentrer au pays. Un de ces suspects que les tribunaux islamiques accusent en ce moment d'espionnage. Il s'appelle Kian Tajbakhsh. Il est Américain, il est sociologue. Il est enfermé depuis 4 mois et il espère bien que son calvaire se termine, qu'il soit bientôt relâché.

 

Pin It

ImageMme Radjavi a qualifié la nouvelle vague d'exécutions de tentative désespérée des  mollahs pour supprimer les soulèvements populaires et condamné le silence de la communauté internationale et de l'UE

CNRI - Le régime des mollahs a pendu sept prisonniers en public identifié comme étant Ali Orang, Davoud Talebi, Majid Barzkar, Majid Monami, Mohammad Bameri, Omar Bameri et Mehdi Versent-Shekhi à Mahan une ville du sud de l'Iran,  a annoncé l'agence de presse officiel Fars le 12 septembre.


 

Pin It

Deux hommes ont été pendus en Iran selon la presse locale. L'agence de presse officielle a rapporté qu'un prisonnier nommé Mohammad Hosseinzadeh a été pendu en public dans la ville sainte de Qom, dans le centre du pays.

Pin It

Le régime iranien a pendu huit personnes, dont sept en public.

L'agence de presse d'Etat Fars a annoncé que sept hommes ont été pendus en public à Mahan dans la province du sud-est de Kerman ce matin. Cette région a été le théâtre de heurts entre les forces de sécurité du régime et des groupes locaux ces derniers mois. Les pendaisons interviennent  une semaine après que le chef de la police de Mahan ait été tué dans la ville.

 

Pin It

CNRI - M. Khalil Chaltchi, un prisonnier politique de 65 ans, accusé de soutenir la principale opposition iranienne, les Moudjahidine du peuple d'Iran (l'OMPI), est incarcéré dans la sinistre prison d'Evine depuis l'an 2000. Il est en mauvaise santé et ces dernières semaines, son état s'est sérieusement détérioré. M. Chaltchi a besoin de soins médicaux urgents en raison de graves maladies.


 

Pin It

Iran Manif - Avant la rentrée scolaire et l'ouverture des écoles, le régime des mollahs a arrêté et convoqué des enseignants dans diverses villes du pays, a annoncé Radio Farda le 7 septembre.

Pin It

ImageCinq syndicalistes iraniens arrêtés en août après s'être rendus à la maison du chef du syndicat des conducteurs d'autobus, lui aussi détenu, sont accusés d'action contre la sécurité nationale, a déclaré dimanche un de leurs avocats.
La femme du chef du syndicat a par ailleurs expliqué qu'il lui avait été interdit de rencontrer son mari depuis son interpellation.

Pin It

Un homme a été pendu en public à Chiraz pour un vol à main armée.
Simultanément avec cette exécution, Ahmad Siavoch-Pour, le chef de la justice de la province de Fars a indiqué la nécessité de renforcer la justice pour combattre les troubles de l'ordre public.
  
Pour augmenter la sécurité, cet homme a été exécuté, car il était un voleur armé, qui faisait des barrages dans la région, créait l'insécurité, la terreur et des affrontements avec les agents de police.
Il a été condamné à mort et pendu en public.

(Association des prisonniers en exil 25 août 2007)

Pin It

Maryam Radjavi : L'Union européenne porte une lourde responsabilité en gardant le silence face à ces crimes contre l'humanité

Image235 prisonniers pendus ces 8 derniers mois selon les médias officiels

Les bourreaux des mollahs ont pendu aujourd'hui 17 prisonniers à Machad, dans le nord-est du pays, a annoncé la télévision d'Etat, accusés d'être des « corrompus sur Terre ». Il s'agissait de Massoumeh Aramideh, Rahandel Chiri, Gholam-Hossein Saljoughi, Hossein Gholami, Seyed Hossein Hosseini, Reza Davoudi, Mohsen Afchar-Barji, Hassan-Reza Saidi, Esmaïl Khochkerdar, Charaf-aldine Golmajdi, Mahmoud Hafezi-Far, Mohammad Sara'i, Javad Khayat-Azad (alias Khayatzadeh), Reza Jafari-Zadeh, Ali Naderian et Mohammad Saïd Zabi-Allah-Habibi.