Pin It

selon l’agence de presse officielle Fars , Mardi un ressortissant afghan a été exécuté à la prison de la ville le 20 mai d’Ispahan dans le centre de l’Iran.

L’homme âgé de 35 ans se prénommait Reza. Il était portier dans un centre médical
 

Pin It
 Les bassidjis iraniens (miliciens islamistes) vont organiser à partir de vendredi des patrouilles urbaines pour assurer l'ordre et faire face aux "éléments américains", un mois après un attentat meurtrier à Shiraz, a dit un responsable iranien cité mardi par l'agence Fars.

"A la demande de la population, les patrouilles vont commencer dans les quartiers et villes du pays à partir de vendredi", a annoncé le commandant Ahmad Zolgadr, responsable des opérations des bassidjis, milice qui dépend du corps des Gardiens de la révolution, l'armée d'élite du régime.
 

Pin It
 Le gouvernement iranien a confirmé mardi la détention d'Iraniens de religion bahaï, interdite en Iran, en les accusant d'avoir agi "contre l'intérêt national".

 "Il s'agit d'un groupe qui a agi contre les intérêts du pays et qui avait des liens avec des étrangers, particulièrement les sionistes", a dit le porte-parole du gouvernement, Gholam Hossein Elham, lors d'un point de presse.

Le Canada avait fait état vendredi de l'arrestation le 14 mai de six Iraniens "membres des Amis de l'Iran, un groupe qui coordonne les activités de la communauté bahaï".


Pin It

ImageBehnoud Choja’i n’a pas été pardonné. Le dernier délai pour obtenir sa grâce est passé, sans résultat. L’exécution de  cet adolescent avait été prévue pour le 7 mai,  mais repoussée d’un mois.

Le régime fait porter la responsabilité de cette exécution sur la famille de la victime, qui a refusé de pardonner Behnoud. Les mollahs refusent ainsi de se plier aux conventions internationale qui interdisent l’exécution des mineurs. Ils passent aussi sous silence les 90 autres mineurs qui attendent leur pendaison dans les couloirs de la mort dans les prisons iraniennes.
 

Pin It

Selon Iran Manif,  Kaveh Azizpour, 25 ans, un militant politique kurde, est mort à l’hôpital samedi 17 mai après une vingtaine de jours dans le coma, a rapporté le site AUT news.info. Selon la famille de Kaveh, il a fait un infarctus cérébral et trois périodes de coma à cause de la torture qu’il a subie en prison. 

Le site ajoute, en citant Assad Azizpour, le frère de Kaveh, qu’après sa dernière opération, Kaveh avait été traîné hors de l’hôpital, 48 heures après l’intervention chirurgicale, par les agents du ministère du renseignement sans tenir du tout compte des avertissements du personnel médical, pour être à nouveau interrogé.

Pin It

Le Figaro, 16 mai – L'arrestation sans motif, mardi, de six dirigeants de la communauté baha'ie, vient de susciter un profond émoi parmi les membres de cette minorité religieuse régulièrement persécutée en Iran. « Depuis l'arrivée au pouvoir de Mahmoud Ahmadinejad (juin 2005), on assiste à un durcissement. Il y a deux ans, une cinquantaine de jeunes Baha'is avaient déjà été arrêtés. Mais là, c'est la première fois que ce sont des coordinateurs importants de la communauté qui sont touchés en bloc », indique au Figaro Diane Ala'i, représentante de la communauté baha'ie auprès des Nations unies, à Genève.

Pin It

 Le président radical iranien Mahmoud Ahmadinejad a remplacé le ministre de l’Intérieur du pays, ont rapporté les medias officiels jeudi.

 Le mollah radical Mostafa Pour-Mohammadi a été limogé de son poste, une mesure anticipée depuis avril. Mehdi Hachemi a été nommé au ministère, selon le quotidien gouvernemental « Iran ».

Pin It

Le régime iranien a exécuté cinq jeunes de moins de 25 ans dans la cour de la prison de Qom.

Il s’agit de Morteza 21 ans, Hadi 24 ans, Djavad 24 ans, Hossein 19 ans et Mehdi 24 ans. 

Selon le journal officiel Etemad-Meli du 11 mai, les familles de ces prisonniers et d’autres, se sont rassemblés devant le tribunal de Qom et la cour suprême du pays pour protester contre l’exécution de leurs enfants.

Pin It

Selon le journal officiel Qods du 11 mai, un jeune de 18 ans a été condamné à mort à Karadj (banlieue de Téhéran). Il s'appelle Hessam

Pin It

Des familles d'ouvriers emprisonnés, arrêtés lors de la journée internationale du travail à Assalouyeh,  se sont installées sur la place principale de Bouchehr dans le sud de l'Iran pour protester.

Selon les informations reçues, cela fait plusieurs jours que ces familles protestataires s’y sont installées pour exiger de pouvoir rendre visite aux ouvriers détenus, mais le régime iranien ne leur a donné aucune réponse, selon le journal Dast-Ranj du 11 mai.