Pin It
ImageLe régime en Iran a arrêté et torturé des parents de membres  du principal groupe d'opposition iranien, les Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI) pour être allé les voir en Irak, a dit l'OMPI dans un communiqué le 1er avril.

Ces derniers mois ont vu la multiplication des arrestations de parents de Moudjahidine du peuple, qui se sont rendus à la Cité d'Achraf en Irak, qui abrite des milliers de membres de l'OMPI au nord-est de Bagdad, ajoute le communiqué.

Pin It
ImageL’adjoint du procureur de la province du Kurdistan a annoncé à la famille de Mahmoud Salehi, que malgré la caution versée pour sa libération, il sera maintenu en prison, écrit le site Dastrandj en persan, le 4 avril.

Son fils a déclaré qu’après plusieurs demandes, les autorités avaient mis comme condition que son père brise sa grève de la faim. Mahmoud Salehi avait accepté et le 31 mars, le procureur avait demandé une caution de 40 millions tomans (400.000 euros). Cependant quand la famille est allé verser l’argent le 2 avril, l'adjoint du procureur lui a dit que tant qu’il sera responsable de la justice de cette province, Salehi ne serait pas relâché.


 

Pin It
  Selon l’association des Militants des Droits de l'Homme en Iran, les prisonniers de la section 12 des prisonniers politiques de la prison centrale d'Oroumieh, dans l'ouest de l'Iran, qui protestaient contre les conditions de vie en prison, ont été matraqués par les forces de sécurité le 2 avril.

Dix d’entre eux, militants azeris, kurdes et de la minorité religieuse Ahl-Hagh, ont été transférés vers des lieux inconnus. Il faut savoir qu’ils ont entamé une grève de la faim lors de leur transfert.

Pin It

ImageAkram Mahdavi, 32 ans, mère d’une jeune fille de 17ans, a été accusée d’homicide sur la personne de son mari de 74 ans. Cela fait quatre ans et demi qu’elle est incarcérée à la terrible prison d’Evine à Téhéran.

Elle a été condamnée à mort et son verdict envoyé au service de l’application des peines. Elle devrait être exécutée ce mois-ci. La famille de son mari exige le paiement du prix du sang, mais les proches d’Akram ne sont pas en mesure de rassembler la somme exorbitante que la famille réclame.
 
Dans une lettre diffusée sur  le net  par  son avocat, elle demande qu’on l’aide à payer cette somme qui lui sauvera la vie. Dans son appel au secours elle déclare : Aidez-moi pour ma fille qui a besoin de sa mère et qui n’a plus aucun espoir dans ce monde.

Ci-joint l’adresse de site http://saveakram.blogspot.com/

 

Pin It
ImageNaser Qasemi (h), 23 ans                                        
Mohammad Reza Haddadi (h), 18 ans                     
Reza Hejazi (h), 19 ans                                            
Iman Hashemi (h), 18 ans                                        

Action Urgente  Amnesty International  -  Condamnés à mort pour homicide, Naser Qasemi, Mohammad Reza Haddadi et Reza Hejazi attendent tous trois en prison d'être exécutés. La peine de mort prononcée contre Iman Hashemi, également pour homicide, sera certainement approuvée de façon imminente.   Ces quatre jeunes hommes étaient tous âgés de moins de dix-huit ans au moment des faits qui leur sont reprochés. Ils risquent d'être pendus d'un moment à l'autre. Au stade actuel de la procédure, le chef des autorités judiciaires dispose du pouvoir de leur accorder un sursis.

Pin It
ImageComparés à 2007, les chiffres de janvier et février 2008 indiquent une nette poussée de la violence étatique en Iran :

Exécutions
2007 : 47
2008 : 59

Condamnations à mort
2007 : 78
2008 : 90

Exécutions politiques
2007 : 0
2008 : 8
 

Pin It
La commission des religions et de la liberté de culte du CNRI s’inquiète dans un communiqué des menaces qui pèsent sur la vie de l’ayatollah Rastegari, détenu politique en Iran :

Selon des informations dignes de foi en provenance de la prison d'Evine, la vie de l’ayatollah Yassoub-al-Din Rastegari Djouybari, qui a édité plusieurs ouvrages de sciences humaines et gréviste de la faim depuis deux semaines, est en danger.

Pin It
Selon des informations venant de la prison de Gohardacht dans la ville de Karaj (banlieue de Téhéran), l’état du Dr.Moustafa Alavi, un chercheur emprisonné, a empiré et malgré une recommandation de l'hôpital carcéral de le transférer dans un hôpital en ville pour un traitement d’urgence, Salari-Kia, le procureur adjoint de Téhéran et Hassan Zareh-Dahnavi dit « le juge Hadad », refusent son hospitalisation hors de la prison.

La famille du Dr.Alavi a tout tenté mais en vain. Elle a réclamé à Salari-Kia  l'ordonnance de l'hôpital carcéral, mais il a refusé de donner l’autorisation de transfert alors que le prisonnier est à l’article de la mort. Salari-Kia a ajouté qu'il devra rester en prison.

     

Pin It
Selon l’association des Militants des Droits de l’Homme, en date du 30 mars, M. Nabavi, 48 ans et père de famille, a été arrêté pour deuxième fois le 29 mars à Chahr-e- Rey, près de Téhéran. Il a été incarcéré à la sinistre prison d’Evine de la capitale.

M. Nabavi était journaliste à « Sarzamin-e-Arya » (la terre d’Arya, ancien nom de l’Iran). Ce magazine téhéranais était publié avec l’aval du ministère du Renseignement.  Mais au bout de trois numéros, les autorités iraniennes ont saisi le quatrième avant d’interdire l’hebdomadaire.  

Tous les responsables et journalistes dont  M. Nabavi ont été arrêtés pour « propagande contre le régime» en 2006. Ils ont tous été torturés et enfermés en isolement cellulaire. Ils avaient été libéré sous une caution très élevée.  

 

Pin It
ImageMahmoud Salehi, est actuellement en grève de la faim à la prison de Sanandaj, selon des informations de la ville kurde de Sanandaj dans l’ouest de l’Iran . il est représentant du syndicat des boulangers de Saghez, une ville voisine, est maintenu en détention bien qu’il ait fini de purger sa peine.pour protester contre son incarcération. M. Salehi avait été arrêté pour avoir défilé le 1er mai  à Saghez et condamné à un an d’emprisonnement.