Publié le : 4th septembre 2020
Zanest-Hassan-Nejad-avec-son-fils-iran

Zanest Hassan Nejad avec son fils

CSDHI – Les pasdarans ont battu et tué quatre porteurs transfrontaliers ou « Koulbars » dans la région frontalière occidentale de l’Iran.

Selon les groupes de défense des droits humains, les quatre hommes ont été pris en embuscade sans avertissement.

Quatre Koulbars abattus par les pasdarans

Le 2 septembre, Zanest Hassannejad, père de 25 ans, Zanko Ahmadi, âgé de 22 ans et Suroush Malekari ont été arrêtés par les forces frontalières. Une source a déclaré au site web des droits humains, Javaneha, que les trois hommes ont été brutalement battus. Ensuite, ils ont été abattus de trois balles chacun, comme lors d’une exécution. Selon les informations, les signes de coups étaient évidents sur leurs corps. Ceux-ci n’ont pas encore été remis à leurs familles pour être enterrés.

Un autre porteur qui s’appelait Jalal Khezri, 40 ans, a été tué par les pasdarans à Piranshahr. Son corps n’a pas non plus été remis à sa famille. Jalal était le père de trois enfants.

Le Centre de statistiques et de documentation de l’Organisation des droits humains Hengaw a signalé qu’au moins quatre Koulbars ont été tués. Il ajoute que 18 autres ont été blessés dans la région frontalière occidentale de l’Iran par les tirs directs des forces frontalières. Deux autres Koulbars ont été blessés après avoir été battus par les forces du régime.

Plus de 900 Koulbars ont été assassinés par le régime en 4 ans

Selon Hengaw, de 2016 à juillet 2020, au moins 937 Koulbars kurdes ont été blessés ou tués.

Les Koulbars sont des travailleurs qui transportent de lourdes charges à travers la frontière pour un maigre salaire.

A cause du manque de développement économique, de la pauvreté et du chômage qui croît dans l’ouest de l’Iran, davantage d’Iraniens sont ainsi contraints d’adopter cette dangereuse et difficile occupation. Le régime classe les Koulbars dans la catégorie des « contrebandiers » et les abat régulièrement.

Quand ils ne sont pas tués par les forces de sécurité, les Koulbars meurent sous des avalanches, d’hyperthermie et d’hypothermie. Ils chutent également de montagnes.

De nombreux Koulbars sont diplômés de l’université. Et plusieurs sont des athlètes nationaux qui ont été contraints d’occuper un emploi dangereux pour leur vie pour un maigre salaire.

Source : Iran News Wire

Nouvelles associées