Publié le : 7th septembre 2020

CSDHI – Le condamné à mort, Navid Afkari, a été emmené dans un quartier de haute sécurité de la prison d’Adelabad en Iran.

Par ailleurs, ses deux frères, Vahid et Habib, ont été battus puis transférés dans le « quartier d’orientation ». C’est là que sont enfermés les prisonniers, en guise de punition. En conséquence, leurs contacts avec le monde extérieur sont limités.

Le quartier de haute sécurité

Le quartier où Navid Afkari est actuellement emprisonné est gérée par les forces de sécurité. Les prisonniers politiques y sont généralement transférés en guise de punition, aussi. Ils ne sont pas autorisés à contacter ou recevoir les visites de leur famille et ne peuvent pas quitter la section. De plus, ils n’ont pas facilement accès à l’extérieur. Néanmoins, ils peuvent être autorisés à sortir une fois toutes les quelques semaines.

L’avocat de Navid Afkari a déclaré, samedi, à la chaîne Telegram Emtedad, que les trois frères Afkari ont été transférés de leurs cellules dans la prison Adel Abad de Chiraz, dans le sud-ouest de l’Iran.

« La famille Afkari a annoncé que Navid a été transféré dans la partie publique de la prison dès jeudi. Depuis lors, ils ont perdu le contact avec lui », a déclaré Hassan Younesi à la chaîne Telegram qui opère depuis l’Iran.

Les frères de Navid transféré dans un lieu inconnu

Younesi a déclaré que la famille a confirmé que ses deux autres frères ont été emmenés dans un lieu inconnu.

« Les familles des prisonniers ont le droit de connaître leur situation et leur santé », a-t-il souligné.

Le condamné à mort, Navid Afkari, un champion de lutte de 27 ans, a été arrêté avec ses frères, Vahid et Habib, à la suite des manifestations nationales d’août 2018. Puis, il a été accusé par le tribunal révolutionnaire de Chiraz d’avoir pris les armes contre le régime. »

Il a été condamné à une double peine de mort pour avoir prétendument tué un agent de la sécurité du régime. Vahid Afkari risque 54 ans de prison et 74 coups de fouet. Habib Afkari est condamné à 27 ans de prison et 74 coups de fouet. La condamnation à mort de Navid Afkari a été confirmée par la cour suprême du régime. Son appel a été rejeté.

Navid Afkari a été torturé pour faire des aveux

Les frères Afkari disent qu’ils ont été torturés psychologiquement et physiquement pour avouer des crimes qu’ils n’avaient pas commis.

Navid Afkari a écrit une lettre de la prison d’Adelabad. Il y décrit les horribles tortures physiques et psychologiques infligées par les autorités du régime.

« Pendant environ 50 jours, j’ai dû endurer les tortures physiques et psychologiques les plus horribles. Tout d’abord, ils m’ont battu avec des bâtons et des matraques, frappant mes bras, mes jambes, mon abdomen et mon dos. Ensuite, ils m’ont enfoncé un sac en plastique sur la tête jusqu’à l’étouffement. Enfin, ils m’ont aussi versé de l’alcool dans le nez », lit-on dans la lettre.

Dans un enregistrement audio qui s’est échappé de la prison, Afkari a répété qu’il n’avait tué personne. D’ailleurs, les images de la télévision en circuit fermé sur lesquelles le tribunal a fondé son verdict prouvent son innocence. Dans le message audio, il dit qu’il a dû avouer le meurtre sous la torture.

Condamnation internationale de la peine de mort

La décision d’exécuter Navid Afkari a donné lieu à une vague de protestations et de critiques en Iran et dans le monde entier.

Le président américain Donald Trump a demandé à l’Iran d’annuler la condamnation à mort de Navid Afkari. « Aux dirigeants de l’Iran, j’apprécierais grandement que vous épargniez la vie de ce jeune homme. Et que vous ne l’exécutiez pas », a tweeté M. Trump jeudi.

Le Département d’Etat américain a mis en ligne deux tweets. Il condamne la peine de mort prononcée contre ce jeune athlète iranien par le prétendu pouvoir judiciaire du Guide suprême Ali Khamenei.

« Navid Afkari est un jeune homme qui lutte pour la fierté nationale. Contrairement au régime de Khamenei qui a longtemps privé le peuple iranien de ce sentiment. Les voyous de Khamenei ont torturé Navid à un tel point qu’ils l’ont forcé à avouer. Non satisfaits de leurs efforts pour détruire la dignité de Navid, ils l’ont condamné à mort », peut-on lire dans le tweet en persan.

Sur Twitter, son hashtag dépasse tous les autres

Le hashtag créé pour exhorter les autorités iraniennes à abandonner la peine de mort a dépassé tous les hashtags en langue persane sur Twitter, le 2 septembre. En un mot, il s’est classé parmi les dix premiers hashtags en langue anglaise.

Source : Iran HRM

Nouvelles associées