Publié le : 25th septembre 2020
manifestations-iran

La colère du peuple iranien contre les autorités au pouvoir

CSDHI – Les médias officiels iraniens ont averti de la méfiance généralisée des Iraniens envers le régime. Ils ont ajouté que celle-ci se transformerait en protestations nationales parce que le régime ignore les demandes du peuple.

La défiance des Iraniens pour le régime

S’exprimant sur le site Ensaf News, Saeed Hajjarian, un stratège politique « réformiste » iranien, a déclaré que les Iraniens avaient le droit de ne pas faire confiance au gouvernement.

L’ancien agent du renseignement qui a participé à la crise des otages de l’ambassade américaine alors qu’il était étudiant en 1979 a critiqué l’ancien président iranien Ahmadinejad et l’actuel président Rouhani pour leurs « mensonges. »

« J’ai dit à maintes reprises que le mensonge est l’une des causes principales de notre situation anormale et que la méfiance est l’une de ses conséquences », a-t-il déclaré.

« Les gens, qui font la queue pour 25 grammes de beurre, devraient tolérer ces choses et leur faire confiance ? », a-t-il déclaré à Ensaf News.

L’ancien conseiller politique présidentiel a déclaré que la première graine de méfiance a été plantée juste après la révolution en 1979.

« Le résultat est un État qui décroît et ne représente pas tout le peuple, ni même pas ses fondateurs et ses agents », a déclaré Saeed Hajjarian.

Une population appauvrie mais réaliste

Il a déclaré que les Iraniens étaient si malheureux et mécontents qu’ils « préféraient les emplois de travailleurs aux EAU et au Koweït à la citoyenneté iranienne. »

Hajjarian a évoqué la pauvreté généralisée en Iran. Il a déclaré que de nombreuses personnes ne pouvaient pas subvenir à leurs besoins caloriques quotidiens. Ils ne peuvent encore moins mener une vie normale.

« Malgré cela, on attend de ces personnes qu’elles fassent confiance au régime », s’est-il exclamé.

Hajjarian a affirmé que la « méfiance » des Iraniens était généralisée.  En effet, les gens pensent même que les départements de l’électricité ou de l’eau sont des « pillards » parce qu’ils « trafiquent les factures. »

Le stratège a déclaré que les Iraniens, qu’ils soient jeunes ou vieux, n’aiment pas les religieux. La plupart ne font pas la distinction entre les religieux affiliés au gouvernement et ceux qui ne le sont pas.

Très loin de la religion

Il a également fait référence à l’exécution précipitée du champion de lutte, Navid Afkari, et a déclaré que le régime « a été très irréfléchi » dans son exécution.

« Ils ont d’abord dit qu’il était un Mohareb (en guerre contre Dieu). Puis, qu’il était un meurtrier. Ensuite qu’il s’agissait d’une question personnelle et que la famille de la victime avait droit à un châtiment », a déclaré Saeed Hajjarian.

Il a dit que les Iraniens ne « faisaient pas confiance » au régime. Il pense que Navid a été tué sous la torture, ce qui a conduit à son exécution précipitée.

Les « perturbateurs » vont profiter de la division entre le gouvernement et le peuple

Un professeur d’université affilié au régime a déclaré sur le site web officiel, Etemad Online, que l’indifférence du gouvernement aux demandes de la population creusait un fossé entre le gouvernement et le peuple.

« Les perturbateurs vont s’installer dans cette division. Ils tenteront de renverser le gouvernement et de prendre le pouvoir », a ajouté Bijan Abdolkarimi.

Il a évoqué les grandes manifestations de novembre 2019 : « Nous verrons certainement d’autres manifestations de ce genre » à l’avenir.

« Je pense que le pouvoir politique iraniens n’a pas été capable de répondre aux demandes du peuple », a ajouté M. Abdolkarimi.

Source : Iran news Wire