Publié le : 20th novembre 2020
Mohammad-Sadegh-Akbari-chef-justice

Mohammad Sadegh Akbari, président de la cour suprême

CSDHI – Le président de la Cour suprême d’une province du nord de l’Iran a annoncé que la justice réprimera avec fermeté les civils qui s’opposent à la police du vice.

De la fermeté contre celles qui ne respectent pas le code vestimentaire

Cette déclaration fait suite à plusieurs incidents au cours desquels des personnes se sont opposées à la police du vice. Celle-ci avertissait verbalement ou menaçait des Iraniennes qui ne respectaient pas le code vestimentaire.

« Personne n’a le droit d’utiliser des mots criminels ou d’avoir un comportement criminel contre les agents de la promotion de la vertu et de la prohibition du vice. Les autorités séviront de manière catégorique, rapide et ferme contre ces contrevenants », a déclaré Mohammad Sadegh Akbari dans des propos repris l’agence Fars.

Le régime iranien utilise le concept de la promotion de la vertu et de la prohibition du vice. Il lui permet de réprimer les libertés civiles. Cela lui permet aussi de fournir l’impunité aux groupes de justiciers affiliés au régime.

Répression contre les propriétaires de chiens

Le régime sévit également contre les propriétaires de chiens considérant cet animal « non islamique ».

Selon le chef de la police de la circulation à Ispahan, dans le centre de l’Iran, la justice a condamné plus de 500 conducteurs, à une amende au cours des six derniers mois pour avoir conduit avec des chiens.

Le 27 octobre, le régime a annoncé la création d’une branche judiciaire dans le nord de l’Iran. Celui-ci soutient les groupes d’autodéfense affiliés au régime. Ces derniers sont chargés de donner des avis à celles et ceux qui ne respectent pas les «lois morales ». Ces groupes, composés des miliciens du Bassidj, sont soutenus par le pouvoir judiciaire.

A la mi-octobre, l’imam du vendredi de Racht, qui représente également le Guide suprême dans la province de Guilan, a félicité le pouvoir judiciaire et la police pour leur soutien aux groupes de « justiciers ».

Falahati s’est également élevé contre la « promenade des chiens ». Il a affirmé qu’elle « enfreignait les normes ». Il a appelé le pouvoir judiciaire et la police à sévir contre les propriétaires de chiens qui les promènent en public.

Répression de toutes les conduites jugées immorales

Le 2 octobre, l’imam du vendredi à Ispahan a demandé la création de tribunaux spéciaux pour les cas de « conduite immorale. »

Tabatabaï-Nejad a déclaré que les juges doivent soutenir les justiciers qui harcèlent les femmes dans les rues.

Le régime a créé une branche « de la promotion de la vertu et de la prohibition du vice » au sein de l’appareil judiciaire. Cela lui permet de restreindre plus facilement les libertés civiles.

Source : Iran News Wire

Nouvelles associées