Publié le : 24th avril 2021

pauvrete-iran

CSDHI – Le régime iranien a brûlé le sol du pays. Et tandis qu’il approche de sa fin, ses responsables deviennent de plus en plus hideux. L’une de ces personnes est le président Hassan Rouhani. Lui, comme le Guide suprême du régime, ne peut s’arrêter de mentir. D’ailleurs, il y trouve un intérêt particulier et une spécialité.

Pour les responsables du régime, c’est l’arrogance mondiale qui a causé tous les problèmes de l’Iran

Les responsables du régime imputent tous les problèmes du pays à « l’arrogance mondiale. » C’est-à-dire au gouvernement américain, suivi par le Royaume-Uni. Mais ils ne reconnaissent pas leur propre responsabilité dans tous ces désastres.

Ainsi, maintenant, les tables et les poches des gens sont vides. Et, des millions de jeunes sont sans emploi. Les retraités, après une longue vie de dur labeur, doivent protester pour leur salaire minimum. Car celui-ci est trois fois inférieur au seuil de pauvreté. Le coronavirus tue le pays et les gens. Et pendant ce temps, le régime essaie de vendre le vaccin au lieu de le distribuer gratuitement. Le pays est confronté à une croissance économique négative, à l’inflation, à la pauvreté et à la misère, etc.

Rouhani a déclaré le 20 avril 2021 : « Au cours des trois dernières années, les ennemis de ce pays ont cherché à créer une famine dans le pays par le biais d’une guerre économique. Le gouvernement n’a pas permis de satisfaire cette demande de l’ennemi en fournissant et en distribuant suffisamment de nourriture dans le pays. » (ISNA, 20 avril 2021)

Mais un média officiel a récemment exposé la responsabilité du régime dans la famine du peuple.

« Maintenant, les poches du gouvernement sont coupées des revenus des exportations de pétrole. Il ne peut pas subventionner suffisamment de blé et de farine. Et pour des raisons politiques, il ne veut pas perdre son monopole sur l’achat de blé produit localement. Par conséquent, le processus de contrebande de farine et de blé va s’accélérer (aussi).

La contrebande va se développer

« Le prix du blé importé à un taux de change libre est plus élevé que le prix d’achat garanti. Par conséquent, la situation se dirige vers une pénurie de blé. Les experts du marché du blé avertissent le gouvernement depuis un certain temps. En effet, s’il n’y a pas d’équilibre entre le prix d’achat national du blé par le gouvernement et le prix d’exportation du blé, il y a une possibilité de réduction de cette denrée, qui est celle des pauvres. Aussi, nous devons faire attention à ce qu’il n’y ait pas des émeutes à cause du pain. » (Jahan-e-Sanat, 20 avril 2021)

Ces expressions sont tellement honteuses que même l’un des médias les plus radicaux qui appartient à Khamenei, Kayhan, ne pouvait plus les supporter. Dans un article intitulé « Il n’a pas honte, car il ment tellement et fabrique tant de mensonges », il a attaqué son propre gouvernement. Puis, il a dit :

« Rouhani a répété l’histoire ancienne de certains hommes d’État et a déclaré : « Au cours des trois dernières années, les ennemis ont essayé de créer la famine dans le pays en utilisant la guerre économique. Mais nous n’avons pas permis à la famine de s’installer. La veille, Jahangiri avait également déclaré : « Le gouvernement a connu l’une des années les plus difficiles après la révolution en termes de recettes de change. Mais elle n’a pas permis à l’inflation iranienne de devenir une inflation vénézuélienne. »

Et la corruption plonge le pays dans la misère

Il a relaté la corruption massive du gouvernement. Celle-ci est bien sûr la principale source de la misère du pays. Il a écrit :

Le gouvernement avait tellement de réserves de change qu’il a, une fois, dépensé 18 milliards de dollars et une autre fois, environ 24.8 milliards de dollars soit directement à 4200 tomans (prix officiel de la monnaie) soit en les allouant à ceux qui ont introduit illégalement les importations sur le marché libre ou bien les produits importés ont été vendus à des prix libres.

« Il en va de même pour la vente aux enchères de 60 tonnes d’or, les salaires astronomiques, le transfert d’usines gouvernementales à prix cassé à ses personnes préférées. »

Et un autre quotidien officiel pointant du doigt la situation misérable du pays et les discours du président a déclaré : « Il est triste que cela arrive dans un pays comme l’Iran, qui regorge de ressources humaines et naturelles. Et face à cela, nous voyons la fierté du président du pays comme s’il n’y avait pas de famine ! » (Asr-e-Iran, 21 avril 2021)

Puis le quotidien Aftab-e-Eghtesadi a mis en garde l’ensemble du régime contre une révolution. Il a écrit : « Ahmad Tavakoli (ministre du Travail) a déclaré que 60 % des gens sont en dessous du seuil de pauvreté. Le gouvernement doit entendre la voix des assujettis, sinon il se passera quelque chose qui ne devrait pas arriver. » (Atafab-e-Eghtesadi, 20 avril 2021)

Source : INU