Publié le : 5th novembre 2020

CSDHI - Les autorités iraniennes ont exécuté à la prison centrale de Yazd, en Iran, un prisonnier condamné à qisas (la loi du Talion) pour meurtre. Une nouvelle exécution à Yazd Selon Iran Human Rights, les autorités carcérales ont pendu ce prisonnier le dimanche 1er novembre 2020, au matin. Son identité a été établie. Il s’agissait de Heydar Ali Mohammadian qui était dans le couloir de la mort pour meurtre. Une source bien informée et connaissant les détails de son cas a déclaré à IHR : « Mohammadian était en prison depuis octobre 2017. Il était allé à la potence une fois avant l'année dernière mais avait réussi à gagner plus de temps auprès des plaignants pour payer la diyya (prix du sang). Il n'a pas pu payer l'argent dû à temps et sa condamnation à mort a été mise en œuvre. » Au moment de la publication, les médias nationaux et les autorités du régime des mollahs iraniens n’ont pas annoncé l'exécution de ce prisonnier. Selon le compte-rendu annuel d'Iran Human Rights, l’Iran a accusé au moins 225 des 280 personnes exécutées en 2019 pour « meurtre avec préméditation. » Comme il n'y a pas de distinction juridique entre le meurtre et l'homicide involontaire, qu'il soit volontaire ou involontaire en Iran, les personnes accusées de « meurtre avec préméditation » seront condamnées à la peine de mort, quelles que soient l'intention et les circonstances. (Source : IHR) Un détenu exécuté à la prison de Rajaï Chahr Les agents du régime a également exécuté un prisonnier à la prison de Rajaï Chahr, fin octobre. Il était accusé de meurtre. Nous avons identifié cet homme, il s’appelait Maysam. Les médias officiels ont rapporté que son cas a été examiné par le tribunal pénal n°1 de Téhéran. La famille de la victime ayant demandé un « qisas. » Selon les enquêtes, le régime l’a condamné à mort et le jugement a été confirmé par la Cour suprême. Les autorités iraniennes l’ont pendu la semaine dernière à la prison de Rajaï Chahr. (Site web Faratak News - 28 octobre 2020)CSDHI – Les autorités iraniennes ont exécuté à la prison centrale de Yazd, en Iran, un prisonnier condamné à qisas (la loi du Talion) pour meurtre.

Une nouvelle exécution à Yazd

Selon Iran Human Rights, les autorités carcérales ont pendu ce prisonnier le dimanche 1er novembre 2020, au matin. Son identité a été établie. Il s’agissait de Heydar Ali Mohammadian qui était dans le couloir de la mort pour meurtre.

Une source bien informée et connaissant les détails de son cas a déclaré à IHR : « Mohammadian était en prison depuis octobre 2017. Il était allé à la potence une fois avant l’année dernière. Mais il avait réussi à gagner plus de temps auprès des plaignants pour payer la diya (prix du sang). Il n’a pas pu payer à temps l’argent dû. Et puis, le régime a mis en œuvre sa condamnation à mort. »

Au moment de la publication, les médias nationaux et les autorités du régime des mollahs iraniens n’ont pas annoncé l’exécution de ce prisonnier.

Selon le compte-rendu annuel d’Iran Human Rights, l’Iran a accusé au moins 225 des 280 personnes exécutées en 2019 pour « meurtre avec préméditation. »

Comme il n’y a pas de distinction juridique entre le meurtre et l’homicide involontaire, qu’il soit volontaire ou involontaire en Iran, les personnes accusées de « meurtre avec préméditation » seront condamnées à la peine de mort, quelles que soient l’intention et les circonstances. (Source : IHR)

Un détenu exécuté à la prison de Rajaï Chahr

Les agents du régime a également exécuté un prisonnier à la prison de Rajaï Chahr, fin octobre. Le régime l’a accusé de meurtre.

Nous avons identifié cet homme, il s’appelait Maysam. Les médias officiels ont rapporté que le tribunal pénal n°1 de Téhéran a examiné son cas. La famille de la victime avait demandé un « qisas. »

Selon les enquêtes, le régime l’a condamné à mort et le jugement a été confirmé par la Cour suprême. Les autorités iraniennes l’ont pendu la semaine dernière à la prison de Rajaï Chahr. (Site web Faratak News – 28 octobre 2020)

Nouvelles associées