Publié le : 2nd janvier 2020

Houshmand Alipour condamné mort iranCSDHI – L’Iran a condamné, dimanche 29 décembre 2019, un prisonnier politique kurde à mort, a annoncé le 1er janvier 2020 un groupe kurde de défense des droits humains.

Le réseau kurde des droits de l’homme a déclaré que Houshmand Alipour avait été condamné à mort par le tribunal révolutionnaire de Sanandaj. L’homme de 25 ans a été accusé d’être membre d’un groupe dissident kurde.

Selon Amnesty International, Houshmand Alipour a été arrêté par les forces de sécurité, le 3 août 2018 et détenu au secret pendant des semaines. Houshmand et un autre homme arrêté avec lui ont été contraints de faire des aveux forcés, qui ont été diffusés à la télévision nationale quatre jours plus tard, le 7 août.

Amnesty a déclaré que les hommes n’avaient guère accès à leur famille et n’avaient pas accès aux avocats de leur choix.

À l’époque, le père de Houshmand a déclaré qu’il avait été « soumis à de graves tortures » pour avouer qu’il avait attaqué une base militaire à Saqez, dans l’ouest de l’Iran. Mostafa Alipour a déclaré que son fils n’était impliqué dans aucune opération armée.

Le tribunal a inculpé Alipour de « Baghi », terme arabe qui signifie révolte armée.

Houshmand Alipour a été transféré à la prison centrale de Saqez, 110 jours après son arrestation. Il a passé 110 jours au centre de détention du renseignement de Sanandaj. Sa famille n’a été autorisée à lui rendre visite qu’une seule fois pendant toute la durée de son incarcération.

Les derniers prisonniers politiques exécutés par le régime iranien étaient les prisonniers politiques kurdes Ramin Hossein Panahi et leurs cousins, Loghman et Zaniar Moradi. Ils ont été exécutés dans la prison de Rajaï Chahr, près de Téhéran, le 8 septembre 2018.

Les trois jeunes hommes ont également été torturés pour faire de faux aveux et ils ont été condamnés à mort lors de procès extrêmement injustes.

Source : Iran News Wire

Nouvelles associées