Publié le : 18th mars 2020

coronavirus prisonnières iranCSDHI – Les prisonnières politiques ont été exclues de la directive judiciaire consistant à accorder un congé aux prisonniers et prisonnières, en raison de l’épidémie de coronavirus.

Comme elles ont moins accès aux ressources médicales, elles sont plus à risque que les autres.

Golrokh Ebrahimi Iraee et Marjan Davari risquent d’être infectées par le coronavirus. D’après les informations communiquées par la prison de Qarachak à Varamin, où les deux détenues politiques sont emprisonnées, leur codétenue soupçonnée d’avoir contracté le coronavirus a été testée positive.

Les familles des prisonnières politiques ont demandé à plusieurs reprises aux autorités pénitentiaires et au pouvoir judiciaire d’accorder un congé temporaire à leurs enfants, mais leurs demandes ont été vaines.

Le père de la prisonnière politique Atena Daemi a également annoncé que les autorités de la prison d’Evin ont rejeté sa demande d’accorder un congé temporaire à sa fille qui souffre de diverses maladies en prison.

M. Hossein Daemi a écrit au chef du pouvoir judiciaire, qui l’a placé en détention, ainsi qu’au procureur et procureur adjoint chargés de surveiller les conditions des prisonniers politiques responsables de la vie de sa fille.

Parvin Advaii et Farideh Veisi ont également entamé une grève de la faim depuis le 9 mars 2020 au Centre correctionnel de Sanandaj pour protester contre leur statut incertain et contre le refus des autorités de leur accorder un congé temporaire.

Parvin Advaii est une défenseuse des droits des femmes et des enfants à Marivan, au Kurdistan iranien. Elle est condamnée à deux ans de prison.

Dans les nouvelles de la prison de Zanjan, les détenues risquent d’être infectées par le coronavirus.

La mère de la prisonnière politique Narges Mohammadi a envoyé sa lettre au chef du pouvoir judiciaire Ebrahim Raisi dans laquelle elle disait que la vie de sa fille était en danger.

Mme Ozra Bazargan a déclaré que les autorités de la prison de Zanjan ont refusé d’acheter des désinfectants même lorsque Narges Mohammadi a proposé de les payer.

Le prisonnier politique et militant des droits humains Narges Mohammadi souffre de problèmes gastro-intestinaux et pulmonaires. Elle a été brutalisée et transférée du quartier des femmes d’Evine à la prison de Zanjan où elle est détenue avec des criminelles de droit commun.

Des familles de prisonnières politiques kurdes ont signalé que le parquet et les services du renseignement de différentes villes kurdes avaient rejeté leur demande de libération temporaire de leurs proches pendant l’épidémie.

La vie de certaines détenues politiques qui souffrent de graves complications cardiaques et gastro-intestinales sont particulièrement en danger car elles ont été privées de soins médicaux et même après l’épidémie du coronavirus. Parmi elles, Zeinab Jalalian, condamnée à la prison à perpétuité dans la prison de Khoy, dans la province de l’Azerbaïdjan occidental. Elle souffre de diverses maladies, dont des migraines et une aggravation de sa maladie oculaire appelée ptérygion.

L’hygiène est loin d’être conforme aux normes internationales dans les prisons iraniennes. La véritable dimension de l’impitoyabilité et des crimes du régime clérical se manifeste le mieux dans l’abandon de centaines de milliers de prisonniers qui sont sans défense contre ce virus.

Mardi 17 mars 2020, au soir, le nombre de décès dus à l’épidémie du coronavirus a été estimé à environ 5 950 dans 194 villes d’Iran.

Source : Iran HRM

Nouvelles associées