Publié le : 24th mars 2021
Kamal-Sharifi

Kamal-Sharifi

CSDHI – Les agents du régime iranien ont conduit le prisonnier politique kurde Kamal Sharifi, dans un hôpital de Bandar Abbas pour une angioplastie. A l’issue de celle-ci, ils l’ont ramené à la prison de Minab sans avoir terminé son traitement.

Kamal Sharifi, victime d’une crise cardiaque

Une source informée proche du dissident kurde Kamal Sharifi a déclaré : « Le 7 mars, le prisonnier politique a fait une crise cardiaque. Les agents iraniens l’ont emmené à l’hôpital Payambar-e-Azam de Bandar Abbas pour une angioplastie. Il a dû être hospitalisé. Mais il a dû repartir à la prison de Minab, deux jours plus tard. »

La source a fait part de la surpopulation et du manque d’installations adéquates dans l’infirmerie de la prison. Ceci explique que le confinement de ce détenu met sa vie en danger.

Le droit international et le droit iranien imposent aux autorités pénitentiaires de fournir des soins médicaux adéquats. Le règlement de l’organisation des prisons d’État iraniennes stipule que, si nécessaire, les détenus doivent être transférés dans un hôpital situé en dehors de l’établissement pénitentiaire. L’ensemble des règles minima pour le traitement des détenus des Nations unies exige des autorités qu’elles transfèrent toutes les personnes détenues nécessitant un traitement médical spécialisé vers des établissements spécialisés, y compris des hôpitaux civils.

En refusant de soigner les prisonniers, les autorités intensifient leurs pressions sur eux

Cependant, les autorités iraniennes exercent régulièrement des pressions sur les prisonniers. Il s’agit notamment les prisonniers d’opinion et les prisonniers politiques. Elles leur refusent tout traitement médical.

De nombreux prisonniers sont tombés gravement malades. D’autres souffrent depuis longtemps de graves problèmes de santé non soignés dans les prisons iraniennes.

Prenons l’exemple du décès du prisonnier d’opinion Behnam Mahjoubi. Il est décédé le 21 février 2021 des suites de graves problèmes neurologiques non traités. En effet, les autorités iraniennes avaient refusé de fournir des soins médicaux cruciaux aux prisonniers d’opinion.

Condamné à 30 ans de prison, torturé et coupé de sa famille

Le prisonnier politique kurde Kamal Sharifi purge la 13ème année d’une peine de 30 ans d’emprisonnement à la prison de Minab, dans la province d’Hormozgan. Celle-ci se trouve loin de son domicile.

Les forces du MOIS ont arrêté ce prisonnier politique, originaire de Saqqez, dans l’ouest de l’Iran, le 25 mai 2008.

Au moment de son arrestation, les forces de sécurité ont ouvert le feu, tuant l’un de ses camarades. Il était détenu dans les services du renseignement de Sanandaj pendant six mois pour « appartenance au Parti démocratique du Kurdistan. » C’est là qu’ils l’ont interrogé. Il a subi des tortures physiques et mentales pour obtenir des aveux arbitraires. Depuis son arrestation, Kamal Sharifi n’a eu qu’une seule fois l’occasion de rencontrer sa famille après avoir entamé une grève de la faim peu après son transfert à la prison de Minab.

Source : Iran HRM