Pin It

Hateb Ameneh et Amin Zaheri Sari prisonniers arabes ahwazis iranCSDHI -Une prisonnière politique âgée de 20 ans, détenue dans une prison située dans le sud-ouest de l'Iran, a été sévèrement battue et maltraitée par les gardiens pénitenciers.

Selon un groupe iranien de défense des droits humains, Ameneh Zaheri Sari, détenue depuis sept mois à la prison de Sepidar à Ahvaz, a été grièvement blessée au coude.

Elle a été arrêtée en novembre dernier, un jour après l'arrestation de son frère et de son père.

Une source proche de sa famille a déclaré à l'agence de presse iranienne HRANA que, malgré sa blessure, elle était privée de soins médicaux.

On ne sait pas pourquoi elle a été battue par des gardiens de prison.

Ameneh souffre également d'un gonflement important dans certaines parties de son corps et, selon le médecin de la prison, elle aurait dû être conduite d'urgence à l'hôpital pour des examens médicaux. Mais les autorités carcérales ont refusé de la transférer à l'hôpital.

Selon certaines informations, les autorités ont refusé de la libérer malgré une ordonnance de libération sous caution.

Le père d'Ameneh, Hatab Zaheri Sari, ainsi que son frère Amin, ont été arrêtés le 5 novembre 2018 après avoir été convoqués par la 12ème chambre du tribunal révolutionnaire d'Ahwaz. Un jour plus tard, les forces de sécurité ont arrêté Ameneh, une étudiante en comptabilité, chez elle.

Le 16 mars, Ali, un autre fils de la famille, a été arrêté par des agents du renseignement pour des raisons inconnues et a ensuite été transféré à la prison de Sheiban.

Malgré plus de sept mois de détention, la famille est maintenue dans un état d'incertitude en prison en l’absence d’accusations claires.

Le régime iranien a arrêté des centaines d'Arabes iraniens dans la province du Khouzistan (sud-ouest) après l'attaque du 22 septembre 2018 contre un défilé militaire à Ahwaz, la capitale de la province du Khouzistan.

Dans une déclaration du 2 novembre, Amnesty International a déclaré que l'ampleur des arrestations à Ahwaz était extrêmement alarmante.

« Le moment choisi semble indiquer que les autorités iraniennes utilisent l'attaque d'Ahwaz comme une excuse pour attaquer des membres de la minorité ethnique arabe Ahwazi, y compris des militants de la société civile et des forces politiques, afin d'écraser la dissidence dans la province du Khouzistan », a déclaré Philip Luther, Directeur de la recherche et du plaidoyer d'Amnesty International pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord.

À l’époque, des militants des droits humains à Ahwaz ont signalé que 22 personnes dans différentes prisons d'Ahwaz avaient été pendues en guise de représailles à l’attaque.

Les exécutions auraient eu lieu le jeudi 8 novembre 2018.

Source : Iran News Wire