Pin It

violations drois humains iranCSDHI - Un organisme de surveillance des droits de l'homme en Iran a publié un document sur les violations des droits humains en Iran pour le mois d'août, ce qui rend la lecture horrible.

L'Iran est assiégé par des crises économiques, sociales et politiques et l'Iran Human Rights Monitor indique que, dans le but de faire taire la dissidence, le régime a intensifié sa répression contre les Iraniens.

Cela comprend l'exécution d'au moins 41 personnes, avec deux exécutions en public. Ces exécutions comprennent les prisonniers politiques, Abdullah Karmollah Chab, Ghassem Abdullah et Hamidreza Derakhshandeh. Il est important de se rappeler que le nombre exact d’exécutions est certainement plus élevé, car la plupart des exécutions en Iran se font en secret.

Le régime iranien a également continué à torturer des prisonniers. Plusieurs cas de passages à tabac et de coups de fouet ont été rapportés, notamment à la prisonnière d'opinion soufie, Elham Ahmadi, qui a reçu 74 coups de fouet avant sa sortie.

D’autres traitements inhumains de prisonniers se sont poursuivis, les autorités iraniennes refusant d'autoriser les soins médicaux aux prisonniers politiques Majid Assadi, souffrant de spondylarthrite ankylosante (SA), de problèmes digestifs et de troubles de la vue, et Arash Sadeghi, qui souffre d'un cancer et d'un bras droit paralysé en raison du manque de soins en prison.

Amnesty International a déclaré : « Le refus délibéré des autorités de fournir des soins médicaux à Arash Sadeghi constitue une torture au sens du droit international, dans la mesure où une telle privation inflige intentionnellement une douleur ou des souffrances aiguës au prisonnier, apparemment dans le but de le punir pour son activisme très médiatisé, en tant que défenseur des droits humains et en représailles de sa grève de la faim pacifique d'octobre 2016 à janvier 2017, qui a provoqué un tollé général dans son affaire. Le déni de son accès à des soins médicaux vitaux viole également son droit à la vie. »

Alors que Farangis Mazloum, mère du prisonnier politique Soheil Arabi, est maintenue en isolement illimité, le prisonnier politique Mohamamd Saber Malak-Raisi a été torturé pendant trois mois.

Le régime iranien a également réprimé des avocats et des défenseurs des droits humains en condamnant Saba Kordi Afshari à une peine de 24 ans d'emprisonnement pour avoir protesté contre le voile forcé. Ils ont également réprimé la liberté de religion en arrêtant au moins sept membres de la communauté bahaïe en Iran et ont renforcé la répression des minorités ethniques en arrêtant au moins 30 Kurdes, trois Arabes et un baloutche. Les forces répressives du régime ont également abattu au moins six porteurs kurdes et deux baloutches sous prétexte qu’ils faisaient de la contrebande, tandis que 10 autres porteurs kurdes ont été blessés.

Source : INU