Pin It

Amir Kabir University étudiant manifestations journée étudiante 7 décembre iranCSDHI - Des étudiants iraniens ont organisé des rassemblements de protestation dans au moins 10 universités contre la répression brutale du régime contre les manifestations à l’échelle nationale lors de la Journée des étudiants en Iran.

Les étudiants à l'Université de Téhéran, de l'Université Tarbiat Modares de Téhéran, de l'Université des arts de Téhéran, de l'Université Allameh Tabataba'i, de l'Université technologique Amir Kabir de Téhéran, de l'Université Beheshti de Téhéran, de l'Université Chamran dans la ville sud-ouest d'Ahwaz, de l'Université Nonshirvani dans la ville septentrionale de Babol , de l'Université de Kashan dans la province centrale d'Ispahan, et des étudiants en sciences médicales dans la province du nord-ouest de Tabriz ont tenu des rassemblements de protestation le 7 décembre 2019.

Et cela malgré la forte présence des forces de sécurité autour des universités, en particulier à Téhéran.

Des étudiants iraniens ont scandé contre la répression brutale dont le régime a fait preuve contre des manifestants non armés lors des manifestations nationales qui ont éclaté le 15 novembre après que le régime a triplé le prix de l'essence.

Plus de 1 000 manifestants ont été tués, au moins 4 000 blessés et 12 000 détenus.

Des étudiants de l'Université de Téhéran ont scandé pour la libération des prisonniers politiques.

« Les rues ont été inondées de sang et la liberté a été sacrifiée », ont-ils chanté en brandissant des pancartes à la main.

Ils ont également scandé « malgré la prison, les fusils et les matraques, nous ne nous retirerons pas » et « Mon frère martyr, je remplis continue ton chemin ».

Ils ont également scandé contre le chef du pouvoir judiciaire en Iran, Ebrahim Raisi, qui a prononcé un discours à l'Université de Téhéran.

Raisi est méprisé par les Iraniens en raison de son rôle dans le massacre de plus de 30 000 prisonniers politiques en 1988.

Des informations indiquent qu'il a été amené à l'université en secret alors que la salle où il devait prononcer un discours était remplie d'étudiants pro-régime et d'affiliés du régime amenés avec des bus d'autres régions.

Les étudiants ordinaires n'étaient pas autorisés à entrer dans la salle.

Des étudiants de l’université de Téhéran ont également scandé contre Raisi lors de leur rassemblement pour son rôle dans la répression brutale du régime contre les manifestations de novembre.

Journée étudiante en Iran

Le mouvement étudiant et la Journée des étudiants en Iran ont toujours joué un rôle important dans l'arène politique iranienne.

En 1941, avec l'abdication de Reza Shah et l'occupation de l'Iran par les forces alliées, l'Université de Téhéran est devenue la clé des campagnes contre l'autoritarisme et l'ingérence étrangère.

Le mouvement étudiant a poursuivi son activisme jusqu'à ce que trois étudiants soient abattus par les troupes du Shah le 7 décembre 1953, lors d'une manifestation anti-Shah à l'Université de Téhéran pour protester contre la visite du vice-président américain Richard Nixon avec le Shah.

En mémoire des trois étudiants assassinés ce jour-là, 16 Azar (le 7 décembre) est depuis onnue sous le nom de « Journée des étudiants ».

La célébration annuelle de la Journée étudiante a été supprimée pendant le règne du Shah.

Après la révolution de 1979 qui a porté la République islamique au pouvoir, le gouvernement a utilisé la Journée des étudiants comme une expression de la désapprobation de la nation à l'égard de la politique américaine.

Mais cela s'est rapidement transformé en une menace contre le régime et le rassemblement des étudiants iraniens ordinaires ce jour-là a été supprimé depuis.

Source : Iran News Wire