Pin It

khamenei iranTownHall - L'Iran a libéré ses mandataires en Irak pour attaquer l'ambassade des États-Unis à Bagdad le dernier jour de 2019. Cela en dit long sur la nature du régime et des dirigeants de Téhéran et de leurs crimes contre l'humanité.

Le président Trump les a correctement tenus pour responsables. La conduite des ayatollahs dans le pays et à l’étranger est tout à fait malveillante. Point. Ils sont l'un des défis les plus urgents auxquels la communauté internationale doit faire face à l'aube de 2020.

En novembre, d'importantes manifestations ont éclaté en Iran. La réponse du régime a été d'une brutalité sans précédent. Le groupe international de défense des droits humains, Amnesty International a condamné « la fréquence et la persistance de la force meurtrière » déployée contre les manifestations pacifiques. Étonnamment, le nombre de morts a maintenant dépassé les 1 500. Plus de 4 000 personnes ont été blessées et plus de 12 000 sont incarcérées et risquent d'être torturées. Certaines informations indiquent qu'un certain nombre de manifestants arrêtés ont déjà été torturés ou tués. Pourtant, la communauté mondiale ne tient pas les autorités du régime, pour responsables de ces crimes contre l'humanité.

Il y a des récits déchirants. Dans la ville de Mahshahr, le Corps des gardiens de la révolution islamique (IRGC) est arrivé avec des chars et des véhicules blindés. Après que des manifestants non armés ont essuyé des tirs et se sont enfuis dans un marais voisin, les pasdarans les ont encerclés et a utilisé des mitrailleuses montées sur camion pour massacrer jusqu'à 100 personnes.

Dans d'autres villes, les pasdarans ont tiré sur la foule depuis les toits des bâtiments gouvernementaux. Et des vidéos montrent les pasdarans et d'autres forces de sécurité tirant dans le dos des manifestants en fuite. Vendredi dernier, la plus haute responsable des droits humains de l'ONU, Michelle Bachelet, a déclaré que les forces en question « tiraient pour tuer ».

Ce qui rend tout cet épisode encore plus effrayant, c'est que le régime iranien a coupé tout accès à Internet pendant environ la première semaine des manifestations. Il avait clairement l’intention de massacrer le plus grand nombre de personnes possible pour empêcher la propagation des manifestations.

Le principal groupe d'opposition, les Moudjahidine du peuple (/OMPI/MEK), était le mouvement le plus actif sur le terrain en Iran. En plus d'envoyer des vidéos et des informations crédibles, ses « unités de résistance » ont également dirigé et guidé les manifestations. Le 15 décembre, il a indiqué que 1 500 manifestants avaient été tués. Depuis lors, diverses agences de presse et responsables du département d'État américain ont cité les chiffres rapportés par l'OMPI comme sources.

Après la reprise de l'accès à Internet, en seulement quelques jours, plus de 20 000 messages ont atteint le département d'État américain, selon le secrétaire d'État Mike Pompeo.

L'OMPI, ainsi que sa coalition mère, le Conseil national de la résistance d'Iran (CNRI), ont également souligné que les manifestations n'étaient pas terminées. Certains responsables du régime ont reconnu que des arrestations étaient toujours en cours, tandis que les « leaders » du soulèvement ont été identifiés.

Le CNRI dit que des milliers de manifestants arrêtés sont détenus dans des conditions atroces. Les forces répressives du régime auraient transféré de nombreux blessés hors des hôpitaux et les auraient soumis à la torture. De nombreux détenus, y compris ceux de Chiraz, subissent des pressions pour participer à des « aveux » télévisés et dénoncer le soulèvement et l'OMPI. Amnesty International a demandé la libération des personnes arrêtées arbitrairement.

La répression est désormais pratiquement le seul facteur qui empêche le renversement des mollahs. Indépendamment du point de savoir si les décideurs occidentaux pensent qu'il vaut la peine de faire pression sur Téhéran ou de soutenir le changement de ce régime par le peuple iranien, il ne devrait pas être question de sa responsabilité d'arrêter un massacre s'il est en mesure de le faire. Lorsqu'il s'agit de défendre les manifestants iraniens et de les défendre contre la brutalité des ayatollahs, l'Europe devrait être au coude à coude avec les États-Unis.

Certains gouvernements peuvent penser qu'ils ont esquivé cette responsabilité simplement en attendant la fin des troubles. Il faut leur rappeler que les manifestations et les mesures de répression du régime sont loin d’être terminées. Et même si le soulèvement à l’échelle nationale était mis au pas, cela ne voudrait pas dire que les participants à ce soulèvement étaient soudainement en sécurité. Les prisons de l’Iran ont déjà dépassé leurs capacités, et le régime a menacé d’exécuter les responsables des troubles. Il y a fort à parier que dès que le monde se concentrera ailleurs, Téhéran remplira cette promesse.

C'est pourquoi la communauté internationale doit apporter une réponse permanente à la situation actuelle. Comme l'a exhorté le chef de l'opposition iranienne Maryam Radjavi, la communauté mondiale devrait exiger que le régime accorde le libre accès au pays aux experts des droits humains de l'ONU et à d'autres observateurs qui se sont engagés à protéger les droits des manifestants dans le monde entier. Les États-Unis peuvent jouer un rôle de premier plan à cet effet.

Tant que la communauté internationale ne pourra garantir efficacement que les politiques répressives de Téhéran appartiennent au passé, aucune nation libre et démocratique ne devrait volontairement s'engager dans des échanges commerciaux ou diplomatiques avec l'Iran. Le régime ne peut refuser cet ultimatum sans affirmer son intention de continuer à assassiner son propre peuple.

C’est un affront à l’humanité et un sérieuse manquement à la responsabilité morale de la communauté internationale de garder le silence face aux crimes commis contre l’humanité en Iran. L'ONU doit agir maintenant pour envoyer une mission d'enquête à Téhéran pour enquêter sur les crimes du régime. Les dirigeants de Téhéran doivent faire face à la justice, de peur que davantage de crimes contre l'humanité ne se poursuivent sans relâche.