Pin It

athète migrent iranCSDHI - Les Iraniens migrant vers d'autres pays, cela n’a rien de nouveau. Les sportifs font partie des nombreuses personnes, de tous horizons, qui ont quitté l'Iran avec un statut d’étudiants, de professionnels ou de réfugiés, changeant finalement de nationalité, au cours des quatre décennies qui ont suivi la création de la République islamique en 1979.

Mais maintenant, cette vague de départs s'est accélérée.

Le record de départs de l’élite des sportifs iraniens a été battu l'année dernière. Les derniers exemples, la semaine dernière, sont la championne de taekwondo de l’Iran, Kimia Alizadeh, et Shohreh Bayat, la plus grande arbitre d'échecs du pays.

Kimia Alizadeh est plus qu'une simple grande sportive - elle a été la première femme iranienne à remporter une médaille olympique. Elle n'avait que 18 ans quand elle a remporté la médaille de bronze pour le taekwondo aux Jeux de Rio de Janeiro 2016. Après les Jeux olympiques, il a été révélé qu'Alizadeh était allée à Rio avec un ligament cruciforme blessé et la Fédération iranienne de Taekwondo a annoncé qu'elle souffrait du syndrome de Guillain-Barré ; par conséquent, elle pourrait ne pas être en mesure de retourner aux compétitions de championnat.

Le syndrome de Guillain-Barré est une maladie rare dans laquelle le système immunitaire de l'organisme attaque le système nerveux. La faiblesse et les picotements dans les extrémités sont généralement les premiers symptômes. Mais ceux-ci peuvent se propager rapidement, paralysant éventuellement tout le corps.

La capitaine de l'équipe iranienne de taekwondo, Mahro Komrani, a annoncé plus tard qu'Alizadeh était hors de danger et pourrait reprendre la compétition d'ici un an. Mais la Fédération iranienne de Taekwondo a expulsé Alizadeh et pendant plus de deux ans, elle n'a pas été autorisée à concourir ; puis une photo d'elle avec des sportifs néerlandais de taekwondo, dans laquelle elle ne portait pas le hijab obligatoire, a été publiée.

Le péché impardonnable

Aux yeux des mollahs, la présence d'une sportive iranienne ou d’un arbitre dans les compétitions internationales, sans voile, est un péché impardonnable. Avant elle, les médias officiels de la ligne dure avaient matraqué Dorsa Derakhshani, la deuxième femme grand maître d'échecs de l'histoire de l'Iran, pour avoir comparu sans voile lors d'un tournoi international.

Dorsa, 19 ans à l'époque, et son frère de 15 ans, Borna Derakhshani, ont joué pour l'Iran au Gibraltar Chess Festival en 2017. La nouvelle de leur participation a provoqué l'indignation des médias intransigeants car, comme l'a rapporté l'agence Fars, Dorsa ne portait pas de voile et Borna avait osé jouer contre un Israélien.

L'année précédente, le 23 décembre 2016, Dorsa a déclaré au site  Beyond Chess qu'elle avait trouvé le voile « dérangeant ».

« Une fois, j'ai porté une sorte de hijab officiel », a-t-elle ajouté, « car nous en avons différents selon les occasions, cela me dérangeait sérieusement car il était trop serré. D'un autre côté, en Iran, les gens savent et acceptent que les étrangers ne sont ni familiers ni particulièrement disposés à porter un voile. »

Après le tournoi d'échecs de Gibraltar, Ahmad Salek, un député du Parlement des mollahs, a déclaré « qu'il n'y a aucune raison pour que les personnes ayant une double nationalité, qui ne croient pas au système [de la République islamique], concourent sous le drapeau iranien ». Il est allé encore plus loin et a déclaré que les agences de sécurité iraniennes devaient s’occuper des frères et sœurs Derakhshani et les a exhortés à prendre des « mesures sérieuses » à leur encontre..

C'était suffisant pour que Dorsa décide de quitter l'Iran. Elle est partie aux États-Unis où elle concourt depuis trois ans.

Dorsa, bien sûr, n'est pas la seule sportive iranienne à avoir refusé le hijab. Shohreh Bayat, arbitre internationale de la Fédération internationale d'échecs (FIDE), est apparue la semaine dernière sans son voile au Championnat du monde d'échecs féminin à Shanghai.

Le père de Bayat a insisté sur le fait que la photo de Shohreh sans son hijab était simplement « un méfait [causé] par des photographes », dans des commentaires donnés à l'Agence ISNA. « Son foulard est tombé pendant un moment et les photographes ont pris des photos d'elle. Elle-même a été surprise par sa photo et après son retour, elle expliquera cela au président de la Fédération. »

Mais Shohreh Bayat a rejeté cette excuse et a annoncé qu'elle ne retournerait pas en Iran.

Le père de Bayat a déclaré plus tard, sur les commentaires d'un journaliste de l'ISNA le 10 janvier, que lui, la mère de Shohreh et même le chef de la Fédération iranienne des échecs avaient « fait de gros efforts pour la convaincre de revenir en Iran, mais qu'elle ne reviendra pas parce qu'elle a peur sa vie et sa carrière ici et veut continuer dans un autre pays, avec l'aide de la Fédération internationale des échecs. »

Exploiter le sport pour « exporter la révolution »

L'obéissance code vestimentaire obligatoire à l'étranger en tant que « ligne rouge » est fixée par le régime iranien - pas seulement par les autorités sportives. Le 11 mars 2013, dans un discours lors d'une réunion avec les médaillés olympiques et paralympiques iraniens, le Guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, a déclaré que « tout le monde devrait apprécier du fond du cœur la valeur des sportives qui participent dans les arènes sportives internationales avec un hijab et modestie. » Il a également félicité les sportives qui ne serrent pas la main du sexe opposé lorsqu'ils reçoivent une médaille. « Vous exportez la révolution iranienne dans le monde depuis l'arène sportive », a-t-il déclaré aux médaillés.

En avril 2019, Sadaf Khadem, la boxeuse iranienne qui était montée sur le ring en France sans hijab, a demandé et obtenu l'asile dans ce pays.

« Après avoir été informés que si Sadaf Khadem retournait en Iran, elle aurait des ennuis, nous avons décidé qu'elle devait rester en France et ne pas retourner en Iran », a déclaré Mahyar Monshipour, ancien champion de boxe iranien et membre de l’équipe française de boxe féminine qui a entraîné Sadaf Khadem.

La défaite est acceptable ; se mesurer en compétition aux Israéliens ne l’est pas

Ce ne sont pas seulement les sportives qui ont fui l'Iran. Il semble que juste après le hijab, l'interdiction de concourir contre des sportifs israéliens soit un facteur plus important pour l'exode des grands sportifs iraniens.

En février 2019, Mobin Kahrazeh, membre de l'équipe nationale iranienne de boxe, a demandé l'asile en Autriche. Il a déclaré à IranWire qu'avant de quitter l'Iran pour des compétitions internationales, les responsables sportifs lui ont dit qu'il devait intentionnellement perdre des matchs afin d'éviter de concourir contre des boxeurs israéliens.

« Ils ont dit que « s'il y a un Israélien dans votre groupe, perdez au premier match. » J'ai dit : « Je ne perdrai pas. Je n'ai pas pratiqué pendant des années pour aller perdre le premier match. Je vais me battre. » Ensuite, il a reçu des menaces et a décidé de demander l'asile à l’Autriche au lieu de retourner dans son pays d'origine.

Mais le cas le plus connu semble être Saïd Mollaï, champion du monde de judo qui s'est rendu en Allemagne après avoir reçu l'ordre de perdre intentionnellement en demi-finale aux Championnats du monde de Tokyo 2019, afin d'éviter un match potentiel en finale contre le judoka israélien Sagi Muki. Dans ses entretiens avec la Fédération internationale de judo (IJF) et les médias de langue persane en dehors de l'Iran, il a parlé de la pression exercée par les autorités iraniennes pour empêcher les sportifs iraniens de jouer contre les Israéliens.

À la suite du récit de Mollaï, en septembre 2019, l'IJF a officiellement suspendu la Fédération iranienne de judo. Mollaï a obtenu l'asile de l'Allemagne. Il se bat maintenant en tant que membre de l'équipe de judo mongole.

Alireza Firouzja, le prodige des échecs iraniens, est la troisième célèbre personnalité sportive qui a quitté l'Iran en raison de l'interdiction de concourir contre les Israéliens. Firouzja n'avait que 13 ans lorsqu'il a vaincu Ehsan Ghaem-Maghami, le premier grand maître d'échecs iranien. Il a, par la suite, obtenu victoire après victoire et remporté des titres qu'aucun joueur d'échecs iranien n'avait auparavant remportés.

En décembre 2019, Firouzja était le joueur adolescent, numéro 2 au monde et a remporté la médaille d'argent au Championnat du monde d'échecs rapide et Blitz à Moscou, après avoir concouru sous le drapeau de la Fédération internationale des échecs (FIDE). Il a décidé de ne pas concourir sous le drapeau iranien en raison de l'interdiction de concourir contre les Israéliens. Firouzja et son père ont ensuite déménagé en France et il a depuis changé de nationalité.

Peu de temps avant que Firouzja ne change de nationalité, le ministère iranien des sports avait ordonné à la fédération iranienne d'échecs d'empêcher les membres de son équipe nationale de se rendre à Moscou, probablement parce que les chances étaient élevées que les joueurs d'échecs iraniens et israéliens se mesurent les uns aux autres.

« Le sport est séparé de la politique »

N'oublions pas Mohammad Rashnonezhad, le judoka iranien avec six médailles d'or asiatiques, qui a demandé l'asile aux Pays-Bas en 2017 après que des responsables de la Fédération iranienne de judo lui aient fait pression pour éviter de rivaliser avec les Israéliens. En novembre 2019, il a annoncé qu'il participerait au Grand Prix de Tel Aviv en janvier 2020, en tant que membre de l'équipe des réfugiés de la Fédération internationale de judo. Dans un article Instagram annonçant sa décision de venir à Tel Aviv, Rashnonezhad a déclaré qu'il espérait représenter positivement les athlètes iraniens et le peuple iranien, et montrer que « les sports indépendants de la politique. »

Ce ne sont là que quelques-uns des nombreux athlètes iraniens qui ont quitté l’Iran. La politique iranienne domine sans relâche le sport - chassant de nombreux athlètes talentueux. D'autres facteurs incitatifs sont la crise économique et la mauvaise gestion généralisée dans le pays. Au total, il semble maintenant que l'exode des sportifs iraniens s'accélère.

Source : IranWire