Pin It

COVID 19 IranCSDHI - Les responsables iraniens de la santé ont averti le 7 avril 2020 que l'Iran allait devoir affronter une augmentation des cas de COVID-19 dans les prochains jours.

Un responsable de la santé à Ispahan a averti hier que de nouveaux cas de coronavirus étaient en augmentation dans le centre-ville.

« Le manque de lits de soins intensifs et de respirateurs est un problème à Ispahan », a déclaré Arash Najimi, porte-parole des sciences médicales d'Ispahan à l'agence de presse Fars.

Le responsable de la santé a déclaré que le 5 avril, 145 nouveaux patients ont été admis dans les hôpitaux de la ville, 113 personnes ont été libérées et 185 patients étaient dans un état critique aux soins intensifs.

« Lorsque le nombre de patients hospitalisés est supérieur à ceux qui sont libérés, cela indique que l'épidémie prend une lente ascension », a ajouté Najimi.

Il a également déclaré que si l'augmentation des cas se poursuivait à Ispahan, le nombre d'infections augmenterait encore plus que les chiffres actuels.

Najimi a déclaré que depuis le début de l'épidémie, 6 500 patients suspectés avoir contracté le COVID-19 ont été hospitalisés dans la ville.

Le chef de la commission d’épidémiologie du COVID-19 du ministère de la santé a également déclaré que certaines personnes ne respectaient pas la réglementation COVID-19 et que le pays serait « définitivement » confronté à une augmentation de cas de coronavirus dans les prochains jours.

Le commandant du quartier général de COVID-19 à Téhéran a déclaré aujourd'hui que les cas de COVID-19 allaient augmenter la semaine prochaine.

Alireza Zali a déclaré que le régime n'avait pas encore imposé de règles strictes pour le COVID-19.

Il a déclaré que cela était dû au fait que les habitants de Téhéran qui étaient partis dans le nord de l'Iran pour les vacances du Norouz allaient revenir chez eux.

Malgré ces avertissements, le gouvernement iranien a annoncé que les entreprises reprendraient leur travail samedi.

Lors d'une réunion télévisée le 5 avril, M. Rouhani a déclaré que les activités économiques « à faible risque » reprendraient dans toutes les provinces sauf la capitale à partir du 11 avril.

En raison de la pauvreté généralisée en Iran, les habitants sont obligés de choisir entre leur gagne-pain et leur santé, car le régime n'a pas fourni d'aide substantielle aux familles en difficulté pendant la crise du coronavirus. Des millions de personnes sont obligées de quitter la sécurité de leur maison et de se rendre au travail pour joindre les deux bouts.

Le porte-parole du ministère de la santé, Kianush Jahanpur, a déclaré à la télévision officielle aujourd'hui que 133 autres personnes étaient mortes du virus pendant la nuit, ce qui porte le nombre de morts à 3 872. Près de 4 000 personnes infectées sont dans un état critique, a-t-il ajouté.

Le Conseil national de la Résistance iranienne, un groupe d'opposition qui annonce le nombre de décès quotidiens dus au virus, a déclaré qu'au moins 20 400 personnes étaient mortes depuis le début de l'épidémie en Iran.

Source : Iran News Wire