Pin It

organisme de secours iranCSDHI - Des orphelins et les femmes sans abri. Des fugueurs. Les personnes n'ont pas les moyens de se faire soigner. Des personnes privées de salles de classe et d'éducation. Des enfants de drogués. Des familles pauvres qui vivent avec des colis alimentaires. Des femmes chefs de famille, qui essaient de monter une affaire.

Toutes ces personnes, et bien d'autres encore, dépendant de la Société de l'Imam Ali, du nom complet de l'organisme de secours populaire des étudiants de l'Imam Ali, également connu sous le nom de la Société des étudiants contre la pauvreté.

Cette ONG étudiante non partisane a été créée en 1999 et est aujourd'hui une organisation caritative de secours bien établie qui compte des milliers de bénévoles et plusieurs bureaux en Iran. Sa position semble soudainement menacée, trois de ses membres les plus anciens ayant été arrêtés brusquement cette semaine et languissent maintenant en prison.

Selon une déclaration de la Société de l'Imam Ali, dans l'après-midi du dimanche 21 juin, deux groupes d'agents de la force publique ont pénétré dans la maison du fondateur de l'organisation, Sharmin Meymandinejad. Ils avaient avec eux une plainte écrite déposée contre Meymandinejad par le camp de Sarollah, une branche du Corps des gardiens de la révolution islamique (les pasdarans).

Les pasdarans ont accusé Meymandinejad et d'autres membres fondateurs de la société d' « insulte au Guide suprême » ainsi qu’au fondateur de la République islamique. Morteza Kaymanesh, chef des médias de l'association, et Katayorn Afrazeh, son inspecteur par intérim, ont également été arrêtés pour « atteinte à la sécurité nationale ». Les forces de sécurité ont également fouillé les bureaux de la Société et ont confisqué des documents et des ordinateurs.

Les médias liés aux services de sécurité iraniens ont proclamé les arrestations et ont proposé une série de documents spéculatifs visant à les justifier. L'agence de presse Tasnim, contrôlée par les pasdarans, qualifiée la Société de l'Imam Ali d'organisation qui - sous prétexte d'utilité publique - a mis en place un réseau destiné à influencer diverses sphères de l'opinion publique. Entre-temps, le célèbre journal Kayhan est un article détaillé sur l'histoire de la famille de Sharmin Meymandinejad, qualifiant les membres de cette association de « bienfaiteurs criminels ».

Des associés de longue date horrifiés par la nouvelle des arrestations

La Société de l'Imam Ali fonctionne depuis plus de 30 ans. Elle compte dix mille bénévoles et, grâce à ses diverses activités caritatives et de sensibilisation, elle a aidé d'innombrables personnes - en particulier des femmes et des enfants - dans les régions défavorisées du pays. Elle gère également 33 "foyers iraniens" : des centres de soutien intégrés dans les communautés, offrant des services tels que thérapie et conseil, des cours d'éducation et des activités culturelles et sportives.

Les personnes qui se sont habituées aux services des bénévoles de la Société de l'Imam Ali sont horrifiées par la nouvelle de ces arrestations.

« Il y a vingt ans, se souvient une personne écrivant sur Twitter, ces bénévoles ont appris à ma mère à s'alphabétiser. Ma mère m'a envoyé à l'école, puis la Société de l'Imam Ali m'a aidé à obtenir ma licence. Ils m'ont donné un endroit où être et aider les autres, et maintenant que ses fondateurs ont été arrêtés, je me sens attaqué. »

Un volontaire de la ville de Qasr-e Qand, dans la province du Sistan-Baloutchistan, nommé Gohar, explique que le travail de la Société dans les zones d'une pauvreté indescriptible s'est avéré être une source de changement positif.

« l y a deux ans, se souvient-elle, une femme avec cinq enfants, dans un quartier défavorisé, est morte à cause de la pauvreté et de la malnutrition. On nous a dit que la famille ne pouvait même pas payer les funérailles.

« J'étais en contact avec des membres de la Société à Téhéran et je leur ai parlé de la situation. On m'a demandé de rendre visite aux enfants et de leur donner un peu d'argent pour aider à enterrer leur mère.

« Quand nous sommes arrivés, un des voisins m'a dit que cette femme n'avait pas mangé depuis plusieurs jours pour que ses enfants puissent avoir plus de grosses portions. Il m'a dit que le foie de la femme avait été gravement endommagé et que son poids était tombé à 47 kilos.

« Nous avons essayé de prendre soin des enfants. Leur père était un ressortissant afghan et aucun d'entre eux n'avait de papiers. Les compagnons de la Société de l'Imam Ali ont d'abord fait des efforts considérables pour que je puisse leur obtenir leur certificat de naissance.

« Nous avons encouragé la fille aînée, qui avait 13 ans et qui était sur le point de faire un mariage forcé, à réduire le nombre de bouches à nourrir, à suivre des cours de couture et de travaux de couture. Maintenant, vous ne croiriez pas à quel point la vie des familles s'est améliorée grâce au travail de cette même fille. Avec l'aide de mes amis sur les médias sociaux, je leur fais parvenir des commandes de couture. »

La dernière chose que Gohar a faite pour aider la famille a été de leur acheter un camion-citerne d'eau à garder en réserve, afin que les filles n'aient pas à parcourir de longues distances - de leur côté du village de Kohan-e Olya à l'autre bout du district - pour remplir leurs récipients d'eau.

Gohar explique que les volontaires de la Société de l'Imam Ali appelaient constamment de Téhéran pour s'assurer que les certificats de naissance étaient bien traités. Quel est l'intérêt pour eux, se demande-t-elle, de rechercher rigoureusement les bons documents pour une poignée d'enfants sans abri à l'autre bout du pays ? Comment une telle organisation pourrait-elle conspirer contre les gens ?

Ailleurs, avec l'aide d'autres volontaires, Gohar a distribué à plusieurs reprises de la nourriture et du lait en poudre dans les régions de Telang, Kajeh et Khash, et a également livré du matériel scolaire tel que des sacs, des chaussures et de la papeterie pour les enfants au début de l'année scolaire. Elle dit avoir également été témoin de la manière dont la maison de l'emploi Qasr-e Qand de la société de l'imam Ali dans la province du Sistan-Balouchistan a contribué à l'autonomisation des femmes balouches locales et les a motivées à en apprendre davantage en organisant des cours de couture et de broderie.

Quel pourrait être le motif ?

L'agence de presse Mashreq a écrit sur les activités des membres de la société Imam Ali : « Nous ne serons pas surpris s'il s'avère un jour que les dirigeants de cette association se livrent au trafic d'organes humains ou aident à la contrebande d'armes à des groupes terroristes à la frontière. »

Pour Mehdi Soleimanzadeh, qui a été bénévole pour la Société pendant ses études à Téhéran, cette déclaration est absurde. Les membres de ce groupe, dit-il, sont engagés, scrupuleusement moraux et bienveillants. « J'ai travaillé par intermittence avec ce groupe pendant près de trois ans, et pas une seule fois je n'ai été témoin d'un comportement inhumain, douteux, ou même ambigu. Je n'étais pas un membre à part entière, mais je pense que leur équipe travaille avec une mentalité saine et une motivation humanitaire. »

Se référant à la diffamation publiée par Kayhan le mardi 23 juin, Soleimanzadeh dit qu'il pense que la popularité croissante de la société de l'imam Ali dans le cœur des gens ordinaires dérangeait le régime.

« J'ai été choqué de lire les accusations », a-t-il déclaré. « Peut-être aurais-je été plus hésitant si je n'avais pas travaillé moi-même directement avec cette organisation. D'où vient tout ce ressentiment, cette jalousie et cette inimitié ?

À mon avis, ils considèrent toute activité indépendante – et toute popularité publique – comme une menace sérieuse pour eux-mêmes. Évidemment, le péché de la Société était de détourner l’argent qui était censé aller dans les poches des mollahs au nom de khums [une taxe islamique destinée à être redirigé vers des causes caritatives] et la zakat [contributions caritatives obligatoires], et de faire parvenir ces dons aux personnes réellement méritantes. »

Une historienne accuse l'insécurité du régime 

Mobina Azari, professeur d'université, est l'une des nombreuses personnes qui ont travaillé occasionnellement aux côtés de la société de l'imam Ali au fil des ans. « Je ne sais pas si je peux être qualifiée de bénévole ou non », dit-elle, « mais j'ai assisté aux cérémonies de la Société et j'ai reçu de celle-ci des tirelires que j'ai utilisées pour collecter les dons des personnes autour de moi. »

Elle dit que ce qui a attiré son attention dès le premier jour, c'est la facilité d'accès de ses membres aux nécessiteux et aux pauvres. « Notez la structure logique de l'organisation », dit-elle, « et l'étendue significative de sa couverture. Près de 10 000 bénévoles travaillent avec eux, et chacun de ces 10 000, qui ont une disposition bienveillante, interagit avec les autres membres de la société. C'est une sorte de vaste réseau social qui lutte contre la pauvreté croissante. »

Autant qu'Azari se souvienne, personne ne lui a jamais posé de questions sur sa religion ou sa foi pendant sa collaboration avec l'association Imam Ali. « Ils étaient plus humanistes.

« Il est maintenant allégué que plusieurs membres ou bénévoles faisaient partie du groupe spirituel Erfan-e-Halgheh [disciples d'une forme de mysticisme qui sont persécutés en Iran]. Tout d'abord, qu'y a-t-il de mal à cela ? Deuxièmement, même en supposant que cela soit vrai, je suis toujours convaincue que cette question ne préoccupe personne – tout engagement religieux donné, du moins d’après mon expérience, n’est pas une condition de la coopération de qui que ce soit. Toute personne de quelque foi ou croyance que ce soit pourrait être bénévole si elle le voulait. »

Azari spécule que l'ampleur même de l'organisation est un sujet de préoccupation pour le système au pouvoir en Iran. D'une manière générale, l'activité du troisième secteur dans la population iranienne est passée de l'enregistrement auprès du ministère de l'intérieur à l'adhésion à des organisations et groupes internationaux : un signe potentiel de méfiance généralisée soit à l'égard du gouvernement dans son ensemble, soit à l'égard de sa capacité à gouverner. La Société de l'Imam Ali elle-même est enregistrée auprès du Conseil économique et social des Nations unies (ECOSOC) et ce, depuis 20 ans.

« Les bureaux de la société sont basés dans des universités », explique M. Azari. « Ce sont des endroits sensibles, et le nombre de bénévoles augmente de jour en jour, et la confiance des gens en eux est plus grande que celle de la Fondation de secours à l’imam Khomeini, ce qui aurait pu entraîner une réaction. »

Azari, historienne, souligne le fait que la plupart des soulèvements sociaux ont leur origine parmi les pauvres et les dépossédés. « La Société de l'Imam Ali a accès aux zones défavorisées et aux familles nécessiteuses à grande échelle, et elle mène diverses expéditions et cérémonies. Il est naturel qu'elle soit populaire parmi la population.

« Les pauvres d'Iran sont agités. Surtout dans la situation actuelle, où la vie des gens se détériore et où la pauvreté a atteint des niveaux records. La crainte que l'association soit en mesure d'offrir les conditions d'un changement, du cœur de ces communautés pauvres, est effrayante pour le régime. C'est pourquoi ils inventent naturellement une série d'accusations et d'étiquettes - ou enquêtent sur le passé des gens pour voir, par exemple, quelle était la position de leur grand-père - comme prétextes pour rendre ce système inefficace. »

La question qu'Azari soulève ici a également été reprise par Zia Nabavi, une militante civile et étudiante, qui a récemment écrit sur Twitter : « L'activité collective et organisationnelle de la Société de l'Imam Ali n'est pas de rassembler des individus et des forces dispersées dans un but précis, mais dans le pouvoir de cette association de construire des êtres humains. Ils sont menacés parce qu'ils ont interféré dans le projet d' « humanisation » et d' « unification » idéologique du gouvernement. »

Illégitimité aux yeux de la loi iranienne

La Société de l'Imam Ali affirme que les autorités ont jusqu'à présent refusé d'accepter l’avocat de Sharmin Meymandinejad, Morteza Kaymanesh et Katayorn Afrazeh. Elles n'ont pas non plus répondu aux questions concernant la situation actuelle des trois détenus.

La loi iranienne ne définit pas l'activité caritative comme un délit. Il n'y a pas non plus de réseautage à grande échelle - ni même de réseautage pour opérer des changements et influencer l'opinion publique. Il est infondé et illégal de poursuivre ou d'arrêter des individus sur la base de telles accusations. En outre, il est du devoir de l'appareil judiciaire et de sécurité de veiller à ce que les droits fondamentaux des individus soient respectés. Ils ne doivent être arrêtés qu'avec un mandat officiel. La personne arrêtée et sa famille doivent être informées du lieu de transfert et de détention. Dans le cas présent, cela n'a pas été le cas, et des informations ont également fait état du fait que Morteza Kaymanesh a été battu lors de son arrestation.

À l'heure actuelle, il semble donc que ces arrestations étaient illégitimes. L'imposition d'allégations contre Sharmin Meymandinejad, Morteza Kaymanesh et Katayorn Afrazeh dans les médias publics et le dépôt simultané d'une plainte contre eux constituent également une pratique déloyale. C'est un signe que le pouvoir judiciaire s'appuie sur le spectacle et la fabrication afin d'éliminer les menaces potentielles.

Source : IranWire