Pin It

attaollah rezai internaute prison iranCSDHI - Un internaute iranien condamné à la prison l'an dernier par un juge lui-même sanctionné par les États-Unis en raison de son traitement sévère des opposants, a commencé à purger une peine de cinq ans de prison récemment confirmée par une cour d'appel. 

 

Lors d'un appel téléphonique lundi avec VOA Persian, une source iranienne proche de l'affaire a déclaré que le militant Ataollah Rezaï s'était rendu la veille aux autorités judiciaires iraniennes qui l'avaient convoqué à leur bureau de Téhéran. La source a déclaré que les autorités l'avaient transféré lundi à la prison de Langueroud près de la ville de Qom où il vivait, à 150 kilomètres au sud de la capitale iranienne, pour y purger sa peine.

Il a été arrêté à Qom en mai 2019 par la cyberpolice iranienne et libéré sous caution en août de la même année, en attendant son procès. La nature des activités en ligne qui ont conduit à l'arrestation de Rezaï est restée floue. 

Un tribunal révolutionnaire inférieur avait condamné le militant en décembre dernier pour trois chefs d'accusation : "rassemblement et collusion pour crimes contre la sécurité nationale", "outrage au Guide suprême" l'ayatollah Ali Khamenei, et diffusion de propagande anti-gouvernementale, selon les militants des droits de l'homme iraniens. Le tribunal a imposé des peines de cinq ans, deux ans et un an pour les trois chefs d'accusation, respectivement.   

La peine de prison effective de Rezaï est de cinq ans au lieu de huit, car en vertu de l'article 134 du code pénal iranien, les accusés purgent la peine de prison la plus longue dans les affaires impliquant des condamnations sur des accusations multiples. 

La source a indiqué à la VOA que l'avocat de Rezaï prévoit de faire appel du maintien de la peine de prison du militant devant la Cour suprême iranienne dans l'espoir d'obtenir une réduction de la peine. 

Source – Voice of America