Publié le : 7th septembre 2020
Arzhang_Davoudi-prisonnier-politique-iran.

Le prisonnier politique, Arzhang Davoudi

CSDHI – Cela fait des années que le vieux prisonnier politique Arzhang Davoudi a été envoyé en exil dans les prisons de Zabol et de Zahedan. Pourtant, le ministère iranien du renseignement tente d’effacer toute trace de lui afin d’empêcher quiconque de diffuser des informations le concernant.

Ballotté de prison en prison et caché en isolement

Le 26 août, on a découvert que Davoudi était en isolement dans la prison centrale de Zahedan. Il était délibérément privé de contact avec les autres prisonniers ou sa famille et amis en dehors de la prison.

L’homme de 67 ans est constamment déplacé d’une prison à une autre dans la province du Sistan-Baloutchistan. Le but étant de brouiller les pistes et les informations sur son lieu de détention et son état de santé.

L’état de santé de M. Davoudi est très préoccupante

Davoudi souffre de diabète chronique.  Et pendant les 16 années passées en prison, il a souffert de graves problèmes de santé. D’un part, il a partiellement perdu la vue et l’ouïe, d’autre part il a des fractures aux hanches, les jambes et à la colonne vertébrale, dues aux coups reçus.

Il n’y a eu aucun reportage sur Davoudi dans les médias depuis 2018. Il avait, alors, été précipité du deuxième étage – menotté et enchaîné – par Gholamreza Ghadir, le directeur adjoint de la prison de Zahedan. Cette horrible attaque est survenue après la convocation de Davoudi au bureau du directeur Mohammad Khosravi. La grave chute a entraîné une fracture de la hanche droite et du tibia gauche, la dislocation de ses omoplates. Qui plus est, il a subi des dommages à sa colonne vertébrale. Cela signifie qu’il ne pourra plus jamais marcher correctement.

Quand bien même il est isolé de tous, il continue d’encourager la lutte pour les droits humains

Depuis 2004, Davoudi a été emprisonné à la prison d’Evine, d’Ahwaz, de Bandar Abbas, de Gohardasht (Rajaï Chahr), de Zabol et à celle d’Oroumieh. Malgré cela, il n’a jamais cessé de dénoncer les violations des droits humains par le régime. En décembre 2017, il a envoyé un message de soutien aux manifestants du soulèvement national.

Il a déclaré : « Je vous aime tous. Je vous embrasse tous. Je compte sur vous tous pour construire un Iran libre, un Iran prospère, un Iran démocratique et un Iran rempli d’amour, de justice et de vie. »

Source : Iran Focus (site anglais)

Nouvelles associées