Publié le : 20th janvier 2020

responsables crash iranCSDHI – L’état-major des forces armées du régime iranien, sous le commandement suprême de l’ayatollah Ali Khamenei, est responsable de la tragédie aérienne qui a fait 176 morts.

Trois jours après que l’avion de passagers ukrainien 752 a été abattu à l’extérieur de Téhéran, tuant les 176 passagers à bord, les Gardiens de la révolution (les pasdarans) ont reconnu leur responsabilité et qu’ils l’avaient abattu avec un missile iranien. Mais en vertu de la loi iranienne, quelle institution ou organisation aurait dû réellement être en charge de la réglementation aérienne de la République islamique ? Et cet organe directeur était-il au courant de ce que les pasdarans avaient fait ?

Le transport aérien des passagers en Iran est soumis à la loi sur l’aviation civile et, depuis 1950, le ministère des routes est chargé de faire respecter les réglementations de l’aviation civile dans le pays. Une agence indépendante, l’Organisation de l’aviation civile iranienne, a été créée par le ministère des routes, dirigé par le vice-ministre des routes. Dans des circonstances normales en temps de paix, l’Organisation de l’aviation civile supervise la mise en œuvre des réglementations internes et des obligations internationales du gouvernement iranien en ce qui concerne l’aviation civile.

S’il y a un risque de guerre, de conflit militaire ou d’agression étrangère, l’autorité de l’aviation civile devrait soulever cette question avec le ministre des routes lors d’une réunion du cabinet.

Si, en raison de conditions militaires, des vols iraniens ou étrangers sont identifiés comme étant en danger, la fermeture de tout ou partie de l’espace aérien du pays sera envisagée, avec l’accord du cabinet. Cependant, dans le cas de la destruction de l’avion de passagers ukrainien, l’Organisation de l’aviation civile a annoncé à plusieurs reprises pendant trois jours que la tragédie était le résultat d’une défaillance technique.

En d’autres termes, le ministère des routes et l’organisation de l’aviation civile n’étaient pas au courant de la principale raison de l’accident. Quelques heures avant que l’avion ne soit abattu par des missiles des pasdarans, il avait lancé une attaque de missiles contre une base aérienne américaine en Irak.

Le général de division Amir Ali Hajizadeh, commandant de la garde aérospatiale, a déclaré le jour de l’attaque au missile qu’il était prévu que les États-Unis mèneraient une « contre-attaque » contre l’Iran, introduisant ainsi des « conditions de guerre » et la préparation de la défense aérienne du pays « au plus haut niveau » de danger et de préparation à l’intervention.

Le commandant de l’aérospatiale avait rapporté que l’opérateur du lance-roquettes, qui avait tiré sur l’avion de passagers, avait déclaré : « Nous avons demandé à maintes reprises que l’espace aérien soit dégagé des vols ; ces demandes ont été faites, mais certains de nos chers amis, pour une raison quelconque, n’ont pas suivi (ces instructions). »

L’organe responsable de l’abattage de l’avion de passagers dans cette situation était l’état-major des forces armées de la République islamique d’Iran, dirigé par le commandant suprême, l’ayatollah Ali Khamenei.

L’état-major aurait dû non seulement ordonner une interdiction des départs et arrivées des avions de passagers, mais même interdire à tous les avions de traverser l’espace aérien iranien, étant donné que le ciel iranien était techniquement sujet à la guerre et que cela constituerait un danger important pour les vols civils et la vie des passagers.

Le Conseil suprême de sécurité nationale aurait approuvé la fermeture de l’espace aérien du pays en raison d’un grave danger militaire, à la suite d’une demande en ce sens de l’état-major des forces armées. L’affaire a ensuite été communiquée au ministère des routes et de l’organisation de l’aviation civile. L’attaque aux missiles des pasdarans sur la base américaine en Irak était pré-planifiée ; ce n’était pas une décision soudaine ou un accident. Pour cette raison, l’état-major des forces armées, en tant que principal responsable, a eu amplement l’occasion d’ordonner la fermeture de l’espace aérien et d’appliquer les règles de sécurité.

L’état-major des forces armées est responsable de l’affaire, puis, en second, le Gouvernement est responsable.

Le président Hassan Rohani, qui est également président du conseil suprême de la sécurité nationale, était certainement au courant de l’attaque de missiles dirigée par les pasdarans sur la base américaine, et comprenait la probabilité d’un contrecoup potentiel américain et ses dangers. Rouhani n’a pas affirmé qu’il n’était pas au courant du plan d’attaque des missiles des pasdarans, mais il a déclaré qu’il n’avait pas été informé des détails de l’accident d’avion au cours des trois premiers jours de l’incident.

En outre, des responsables gouvernementaux placés sous son commandement avaient également informé le gouvernement iraquien du plan des pasdarans visant à lancer une attaque aux missiles sur la base américaine, ce qui signifiait que le gouvernement Rouhani était pleinement conscient du plan et de ses dangers pour la sûreté de l’aviation civile.

Le troisième niveau de responsabilité incombe au commandement aérospatial des Gardiens de la révolution (les pasdarans), qui a déployé son système de défense près de l’aéroport civil. Le système n’était pas connecté au réseau de défense intégré du pays et était placé sous les ordres directs des pasdarans.

Compte tenu de la proximité du système avec l’aéroport de passagers et du fait que les voies respiratoires étaient ouvertes aux aéronefs civils, l’opération dirigée par les pasdarans était imprudente et extrêmement dangereuse et négligente – entraînant la mort de 176 passagers.

L’incident meurtrier du 8 janvier est donc de la responsabilité des forces armées de la République islamique d’Iran, de l’état-major des forces armées, du gouvernement de la République islamique d’Iran et du commandement aérospatial du Corps des gardiens de la révolution islamique. Ces responsables doivent répondre au monde – l’organisation de l’aviation civile internationale, bien sûr, mais aussi les gouvernements dont les citoyens ont été tués dans l’accident d’avion et les familles de ces victimes.

Le Centre de recherche du Parlement iranien a publié des informations sur la tragédie. Intitulé « Erreur humaine dans le système de défense du pays visant les avions de passagers ukrainiens », il est jusqu’à présent resté confidentiel et n’a pas été rendu accessible au public.

Source : IranWire

Nouvelles associées