Publié le : 20th octobre 2020
exécutions en iran

Quatre exécutions en une seule journée

CSDHI – Les autorités iraniennes ont pendu quatre prisonniers dans les prisons de Rajaï Chahr et de Qa’en, respectivement dans les provinces d’Alborz et du Sud du Khorasan, à l’aube du 13 octobre. La justice avait condamné quatre des victimes à la peine de mort. Elle les accusait d’homicide présumé et de Moharebeh [guerre contre Dieu] pour vol à main armée. Ces quatre personnes faisaient partie des dix prisonniers que les autorités carcérales ont transférés en isolement le 11 octobre.

Et de plus, le pouvoir judiciaire les a condamnés au cours de procédures injustes. Chacun d’entre eux a une histoire poignante, révélant la cruauté de la justice iranienne. Ces victimes étaient Mohammad Yadi, Mehdi Ali, Saman Yamini et Mehrshad Barahuei.

Mohammad Yadi était dans le couloir de la mort depuis 12 ans alors qu’il n’avait rien fait

Mohammad Yadi n’avait commis aucun crime. Il a accepté la responsabilité du crime de son frère pour le libérer. Son frère a réussi à s’échapper du pays. Cependant, il est mort dans un accident au Royaume-Uni.

Mohammad est resté dans le couloir de la mort pendant 12 ans. Le plaignant et le tribunal savaient que Mohammad était innocent. Mais les forces de sécurité du régime l’ont capturé et l’ont pendu.

Le tribunal a acquitté Mehdi Ali, mais pas le noeud coulant

Mehdi Ali avait volé des bijoux et le régime l’a condamné à la peine de mort. Le tribunal a finalement accepté son repentir, et les plaignants lui ont pardonné. Il attendait que le tribunal le libère. Mais, étonnamment, les gardiens de prison l’ont emmené à la potence.

Sasan proteste, le tribunal exécute les deux frères

L’histoire de Saman Yamini était elle aussi poignante. « Les agents du régime ont arrêté Saman et son frère Sasan pour le meurtre d’une vieille femme lors d’un vol. Le tribunal a d’abord condamné Sasan à mort et Saman à la prison à vie. Sasan s’est plaint de cette sentence. Finalement, la cour d’appel a condamné les deux frères à mort en raison de l’influence du plaignant », a déclaré une source.

« Les autorités ont exécuté Sasan il y a deux ans. Aujourd’hui, ils ont pendu Saman. Elles les ont tués tous les deux alors que la médecine légale a confirmé que la victime est morte d’une crise cardiaque et de peur », a ajouté la source.

Un prisonnier baloutche exécuté illégalement

Les autorités iraniennes ont exécuté un prisonnier baloutche, Mehrshad Barahuei, dans la prison de Qa’en, au nord-est de l’Iran, pour trafic de drogue. « Mehrshad n’avait pas d’antécédents criminels. Compte tenu de la loi abolissant la peine de mort, la peine de transfert non armé d’opium – de quelques kilos à des centaines de kilos – est un emprisonnement. Il n’aurait pas dû être exécuté », a déclaré une source.

Selon l’article 4 du code pénal, toute personne qui transfère et conserve plus de cinq kilos d’opium est passible d’une amende de 30 à 50 millions de dollars [100-166,66 dollars] et de 10 à 25 ans de prison.

Les responsables iraniens utilisent en effet les exécutions comme un moyen de créer une société terrifiante. Dans ce contexte, alors qu’ils sont confrontés à de nouvelles protestations sociales, ils tuent à la hâte. Les personnes tuées avaient été condamnées dans le cadre de procédures judiciaires déficientes. Sous le régime des ayatollahs, le pouvoir judiciaire condamne à mort des meurtriers présumés sans examiner les raisons et les preuves dans le cadre d’une procédure équitable.

Selon le centre des droits de l’homme « Non à la prison – Non à l’exécution », le gouvernement iranien a exécuté au moins 158 prisonniers en moins de sept mois. Ce nombre est distinct de celui des exécutions secrètes, des victimes de torture et de l’usage excessif de la force par les SSF dans les villes et aux frontières, entraînant des centaines de morts par an.

Source : INU

Nouvelles associées