Publié le : 21st décembre 2020
Abdol-Basset-Khesht-baloutche-execute-iran

Abdol Basset Khesht, un baloutche exécuté en Iran

CSDHI – Après huit ans d’emprisonnement le régime a exécuté un prisonnier baloutche dans la prison centrale de Zahedan. Pourtant, les autorités judiciaires n’ont jamais prouvé son crime devant le tribunal.

Exécution d’un prisonnier baloutche

Le dimanche 20 décembre 2020, les autorités carcérales ont pendu un prisonnier baloutche du nom d’Abdol-Basset Khesht à la prison centrale de Zahedan. Il s’agit de la capitale du sud-est de la province du Sistan-Baloutchistan. Abdol-Basset, fils de Pir-Mohammad, était originaire du village de Banest dans le comté de Konarak.

La mise en oeuvre de l’exécution du prisonnier baloutche est intervenue brusquement et sans en informer sa famille. Les autorités pénitentiaires ne lui ont même pas accordé une dernière visite avec sa famille.

L’affaire de ce prisonnier est opaque et ses procès n’étaient pas publics.

Accusé et condamné à mort sans preuves

Les agents du régime ont arrêté et emprisonné Abdol-Basset Khesht, il y a huit ans, en 2012, pour le meurtre présumé d’un militaire. Il avait rejeté cette accusation à plusieurs reprises. Mais des agents des services du renseignement l’ont arrêté et placé en détention dans la prison centrale de Zahedan.

L’officier assassiné est mort à Dorahi Kahir à Konarak. Les forces du régime étaient à la recherche de l’agresseur. Abdol-Basset était présent sur les lieux à ce moment-là. Il s’est mis à courir et sa carte d’identité nationale est tombée par terre. Après un certain temps, les forces du régime l’ont arrêté.

Selon une source bien informée : « Le bureau du médecin légiste a appelé la famille d’Abdol-Basset Khesht dans la matinée du 20 décembre, pour les informer que les agents du régime l’avait exécuté et qu’ils devaient venir chercher son corps. »

Sa famille a ensuite transféré son corps de Zahedan à Konarak.

Le régime iranien a exécuté au moins 12 prisonniers la semaine dernière en Iran.

Depuis le mois de mars, il a exécuté au moins 245 prisonniers. Les autorités du régime effectuent de nombreuses exécutions en secret et le nombre réel d’exécutions est plus élevé.

L’Iran détient le record mondial du nombre d’exécutions par habitant. Au moins 308 prisonniers ont été exécutés entre septembre 2019 et octobre 2020. Parmi les personnes exécutées, on compte 8 prisonniers politiques et 16 femmes.

Source : Iran HRM

 

Nouvelles associées