Publié le : 4th mars 2021
Akbar-Bagheri

Akbar Bagheri

CSDHI – Les agents iranien du régime ont harcelé et torturé le prisonnier politique Akbar Bagheri a après son opération dans un hôpital.

De retour à l’hôpital, il va en quarantaine

Depuis son retour au pénitencier du Grand Téhéran, il est maintenu dans un endroit sale appelé « quarantaine. »

Après deux ans de douleurs persistantes et de refus de soins médicaux en prison, Akbar Bagheri a été transféré à l’hôpital Loghman de Téhéran le 20 février, pour être opéré des hémorroïdes.

Selon une source bien informée, la famille de Bagheri n’a rien su de son état, même après son transfert à l’hôpital. Les autorités pénitentiaires, avec des mesures de sécurité strictes, n’ont même pas permis à sa famille de passer des appels téléphoniques. Elles ont maintenu la famille dans l’ignorance totale de son état.

Menotté et enchaîné à son lit d’hôpital

Les agents du régime avaient menotté et enchaîné Bagheri à son lit d’hôpital pendant ses deux jours d’hospitalisation. Selon la même source, les médecins avaient déclaré qu’Akbar Bagheri devait marcher. Il devait suivre les instructions médicales après l’opération. Mais, il n’a même pas eu le droit d’utiliser la salle de bain de la chambre du patient.

Le 22 février, les gardiens de prison ont transféré le prisonnier politique en section de quarantaine. C’est là que sont détenus les nouveaux prisonniers et ceux qui sont soupçonnés d’avoir la COVID-19.

En raison de l’état physique du prisonnier et de son besoin de soins médicaux, la quarantaine est préjudiciable à sa santé. Elle le met en danger d’infection par la COVID-19.

Il souffre de plusieurs maladies

Le prisonnier politique Akbar Bagheri souffre d’anémie sévère, de problèmes digestifs, rénaux et hépatiques. Il avait auparavant développé une forte fièvre due à une récidive de sa maladie. La fièvre, l’anémie et une faiblesse physique sévère ont provoqué des douleurs musculaires et des insomnies.

Les forces du régime avaient arrêté Akbar Bagheri le 21 février 2018 lors d’un rassemblement d »épargnants spoliés devant le parlement à Téhéran. Puis, elles lui avaient confisqué son téléphone portable comme preuve de délit.

il avait ensuite été incarcéré à la section 209 de la prison d’Evine. Les autorités l’avaient alors détenu pendant 48 heures en isolement puis torturé et interrogé. En mars 2018, des agents l’ont transféré dans le quartier 4 de la prison d’Evine.

Sa famille paie la caution mais le régime ne le libère pas

Après quatre mois, la justice l’avait condamné à 9 ans de prison pour « rassemblement et collusion » et « propagande contre le régime ». La Cour d’appel avait fixé une caution de 250 millions de Tomans (50 000 €) pour sa libération temporaire. Au bout de trois semaines, lorsque sa famille a versé la caution, le juge qui présidait son procès avais mis fin à sa libération.

Le 15 mai 2019, les gardiens l’avaient transféré sans préavis d’Evine au quartier 2 du grand pénitencier de Téhéran.

Akbar Bagheri a une fille de six ans et une mère âgée, complètement dépendante de lui. Sa famille vit à Kermanchah. Elle ne peut lui rendre visite en raison de la distance.

Source : Iran HRM