Publié le : 3rd mai 2019

khamenei nouveau chef pasdarans iranCSDHI – De nombreux experts et spécialistes ont discuté du récent changement de direction de la garde révolutionnaire iranienne (les pasdarans) par le guide suprême, Ali Khamenei.

Le moment choisi pour ce changement est frappant. Cela s’est passé quelques jours à peine avant l’entrée en vigueur du second cycle des sanctions américaines contre l’Iran. De toutes les sanctions précédentes, le nouveau module de mesures sera le plus important.

Les circonstances de ce changement suggèrent que le nouveau chef Salami et l’ancien dirigeant Jaafari sont fondamentalement les mêmes en termes de positions radicales. Les deux font ce que le guide suprême leur dit de faire. Ni l’un ni l’autre n’ont leur mot à dire sur l’escalade et le calme dans les conflits avec le reste du monde.

Par conséquent, je pense que la décision de Khamenei peut provenir de son sentiment que Salami est mieux adapté pour mettre en oeuvre ses instructions dans la prochaine phase suivante.

Khamenei a fondé sa décision sur ce qu’il a appelé la nécessité de changer la direction de ses milices terroristes et l’expérience du major général Hussein Salami, « en raison de votre compétence et de votre précieuse expérience dans l’administration publique et de votre réponse aux diverses responsabilités des organismes révolutionnaires, djihadistes et populaires de la Garde révolutionnaire islamique (les pasdarans) ».

Selon le guide suprême, le général Jaafari a demandé que ce changement soit effectué en raison de son désir de « travailler dans le domaine culturel et de jouer un rôle dans la guerre douce ». Il a ensuite été nommé à la tête d siège culturel et social Baqiyatullah Al-A’zam.

Le récit est cependant douteux. Le commandant des Gardiens de la Révolution n’a pas exprimé son désir de se retirer à ce moment précis. Khamenei semble avoir voulu garder un moral élevé parmi la milice terroriste, alors il a inventé l’histoire selon laquelle Jaafari voulait être libéré.

Entre 2007 et 2019, Jaafari était responsable des gardiens de la révolution. L’homme a servi au-delà de la période habituelle de direction de la milice, qui dure généralement dix ans. Néanmoins, il n’a toujours pas terminé l’intégralité de la période de prolongation approuvée par Khamenei en juillet 2017. Son mandat devrait durer jusqu’en 2020.

La demande de Jafaari de mettre fin à son mandat juste un an avant la fin de son mandat, de ne pas prendre sa retraite, mais de passer au soft power, n’a aucun sens.

À mon avis, les raisons du changement de commandant des pasdarans n’ont rien à voir avec le rôle de ces derniers dans d’autres pays. La force Qods dirigée par le général Qassem Soleimani est responsable de cela.

Le changement est peut-être lié au rôle des pasdarans à l’intérieur de l’Iran et à la capacité du pays à se défendre en cas d’attaque militaire surprise.

Sous le nouveau chef, le niveau d’agressivité de la Garde révolutionnaire ne va pas changer. La position radicale de Salami envers les États-Unis et Israël, par exemple, fait partie du jeu de rôle des mollahs.

De plus, Khamenei est celui qui donne le ton entre l’escalade et la désescalade pour tous les membres du régime iranien. Khamenei dirige le système avec une main de fer.

Les déclarations intransigeantes de Salami à plusieurs reprises ne différaient pas de celles d’autres anciens et actuels commandants des pasdarans.

Si cette modification est destinée à envoyer un message menaçant à l’extérieur, Khamenei a peut-être envoyé le mauvais message. Le message apportait le contraire de ce qu’il voulait. Beaucoup, y compris moi-même, sommes convaincus que le changement de direction des gardiens de la révolution à ce stade révèle le niveau élevé d’anxiété, de panique et de peur parmi les dirigeants iraniens.

Peut-être Khamenei a-t-il réduit la prochaine étape à la guerre psychologique et aux menaces verbales entre l’Iran, d’un côté, et Israël et les États-Unis, de l’autre. Mais il ne faudrait pas pour cela promouvoir le commandant adjoint de la milice et destituer son patron.

La position de Salami en tant que commandant adjoint des Gardiens de la révolution ne l’a pas empêché de faire des déclarations menaçant Israël. Les généraux des pasdarans ont souvent fait des déclarations incendiaires, mais aucun d’entre eux n’a osé lancer une seule attaque contre Israël, en dépit des nombreuses et violentes attaques aériennes qu’ils ont subies dans leurs camps en Syrie.

Le remplacement de la direction des pasdarans a probablement été provoqué par un sentiment de danger imminent dans l’esprit des mollahs. Tout leur régime est en danger.

Toutes les preuves suggèrent que le régime est confronté à la crise la plus grave de son histoire. Sa seule issue est de respecter les conditions fixées par les États-Unis.

Ecrit en anglais par Salem Al Ketbi. Il est un analyste politique, chercheur et écrivain d’opinion émirati. Membre de @ChathamHouse et @londonpressclub.

Source : INU