Publié le : 10th mai 2019

Mohammad Javad Zarif ministre affaires étrangères iranCSDHI – Le ministre des affaires étrangères du régime iranien, Mohammad Javad Zarif, a de nouveau tenté de faire croire, à tort, que le régime iranien était modéré concernant les repressions lorsqu’il est apparu sur CBS dans l’émission « Face the Nation », le week-end dernier.

Il a fait valoir que la récente désignation par les États-Unis du corps des gardes de la révolution islamique (les pasdarans) comme groupe terroriste indiquerait au peuple iranien que les États-Unis ne sont pas un partenaire de négociation « digne », et a déclaré que la campagne de pression maximale de Trump consistait à « faire pression sur le peuple iranien, pas le gouvernement ».

Il a déclaré : « Lorsque le peuple iranien subit des pressions, il ne répond pas par la soumission, il réagit par la résistance. Il veut que nous le représentions.

Toute ces fanfaronnades montrent que le régime iranien a peur.

S’il est vrai que le peuple iranien réagit avec résistance lorsque des pressions sont exercées, la pression est exercée par les mollahs et non par les États-Unis et le peuple iranien le sait. C’est pourquoi un chant populaire durant leur soulèvement de 16 mois a été : « Notre ennemi est ici, ils mentent quand ils disent que ce sont les États-Unis ».

Le régime iranien a perdu beaucoup d’argent depuis que les États-Unis se sont retirés de l’accord sur le nucléaire l’année dernière et ont réimposé des sanctions, mais le peuple iranien n’a jamais vu cet argent de toute façon. Le régime l’a gaspillé dans les missiles balistiques, les groupes terroristes et le bellicisme régional.

C’est pourquoi 33 % des Iraniens vivent en dessous du seuil de pauvreté, selon la Chambre de commerce du régime, et que le fossé entre les riches et les pauvres ne fait que s’élargir. (Les experts extérieurs estiment que la situation est bien pire.) C’est la raison pour laquelle des manifestations ont éclaté dans 160 villes depuis décembre 2017, qui ont fait au moins 50 morts parmi les manifestants, causés par les forces de sécurité répressives et au moins 8 000 arrestations. Le peuple iranien a appelé à la fin du régime avec le chant : « Khamenei, honte à vous, laissez le pays tranquille ».

Les Iraniens de toutes les professions, de tous les lieux et de toutes les classes sont descendus dans les rues pour protester contre le régime, et bon nombre d’entre eux ont fait la grève et ont refusé de travailler. Le régime a menacé d’exécuter des manifestants et des travailleurs en grève.

Lorsque des manifestations ont éclaté à la suite d’une grave sécheresse au cours de l’été 2018, qui a privé les Iraniens d’eau potable, le régime iranien a refusé l’aide extérieure, préférant que son peuple boive de l’eau sale. Lorsque les inondations ont frappé l’Iran en mars, des centaines de personnes ont été tuées, mais le régime a de nouveau rejeté l’aide extérieure.

L’objectif des États-Unis est d’exercer des pressions sur le régime afin qu’il revienne à la table pour un accord qui aborde tous ses comportements pervers. Le régime ne fera pas cela non plus, aider son peuple.

Source : Stop au Fondamentalisme