Publié le : 13th janvier 2021
khamenei

Le Guide suprême interdit les vaccins étrangers

CSDHI – En Iran, il ne se passe pas un jour sans qu’une triste nouvelle n’annonce une augmentation du nombre de décès dus à la Covid-19. De nombreuses personnes contractent le nouveau coronavirus dans tout le pays. Elles perdent la vie sans aucun soin médical. Plus tristement, les autorités ne se soucient ni de la vie et de la santé des gens, ni de leurs conditions de vie désastreuses.

Khamenei interdit l’accès aux vaccins étrangers au profit d’un vaccin national

Dans ces circonstances, le Guide suprême Ali Khamenei a cependant fait un pas de plus. Il a interdit aux citoyens l’accès à des vaccins étrangers fiables. « L’importation de vaccins américains et britanniques dans le pays est interdite », a-t-il déclaré le 8 janvier.

Il a également salué les efforts du gouvernement pour produire des vaccins nationaux Covid-19. En effet, il les a décrits comme une réalisation spectaculaire. En effet, de nombreux experts, dont des responsables de la santé, prévoient ouvertement que l’Iran fabriquera les vaccins nationaux, en masse, en juillet.

« La production de masse de ce vaccin nécessite certaines infrastructures et le vaccin Covid-19 en Iran commencera à être produit en masse en juillet ou août 2021 », a déclaré Yahya Ebrahimi, membre de la commission de la santé du Parlement (Majlis), le 29 décembre 2021.

Khamenei opposé aux vaccins étrangers

Khamenei a également déclaré son scepticisme à l’égard des vaccins étrangers. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) les a approuvés. Tandis que le porte-parole de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), Kianoush Jahanpour, a implicitement annoncé que Téhéran recherchait des vaccins incroyables.

« Le vaccin doit être approuvé dans le pays d’origine et les gens qui y vivent doivent l’utiliser », a déclaré M. Jahanpour le 1er janvier. Il a ajouté : « Les autorités ne peuvent pas dévoiler la date exacte d’importation du vaccin et celle du début du processus de vaccination. »

Le retard des autorités iraniennes se termine au détriment de la vie des citoyens. Au cours des dernières semaines, Téhéran a soulevé différentes excuses pour justifier son échec à acheter le vaccin. Le 7 décembre, le gouverneur de la Banque centrale d’Iran (CBI), Abdulnasser Hemmati, a fait une déclaration. Il a affirmé que les sanctions américaines interdisaient les transactions bancaires nécessaires à l’achat des vaccins Covid-19.

L’Iran prétend que les sanctions empêchent l’achat de vaccins

Quelques heures plus tard, un porte-parole de COVAX a rejeté les remarques d’Hemmati, annonçant : « Il n’y a aucune barrière de la part des États-Unis pour l’achat des vaccins Covid-19 par Téhéran. » De plus, un expert de l’ICU, Mohammad Reza Hashemian, a révélé que le gouvernement avait importé de nombreux biens malgré les sanctions.

« De nos jours, le gouvernement achète de nombreux produits étrangers. Et le vaccin n’est rien en comparaison. De toute façon, fournir le vaccin et lancer la vaccination pour un nombre important de personnes prendra du temps », a déclaré Hashemian le 6 janvier.

Auparavant, Mohammad Reza Mahboubfar, membre du siège national de la Covid-19, avait contesté les affirmations des autorités concernant les obstacles. « Les gens voient que dans des pays comme l’Irak et l’Afghanistan, la propagation du coronavirus s’est ralentie, grâce à l’utilisation des vaccins », a-t-il déclaré le 12 décembre 2020.

Le vaccin « national » iranien est « une blague » selon des pharmaciens

D’autre part, dans son édition du 30 décembre 2020, le quotidien Hamdeli a cité une lettre ouverte de 167 pharmaciens. Ils ont qualifié le vaccin iranien de « blague. » Cependant, le refus de Khamenei de se procurer des vaccins étrangers fiables s’inscrit dans la ligne d’une politique criminelle.

En mars 2020, Khamenei a décrit le coronavirus comme une « bénédiction. » Il a donc utilisé cette maladie mortelle pour réprimer toute objection et décevoir les manifestants. Dans ces circonstances, il a eu recours au coronavirus pour assurer son règne. Parce qu’il prévoit de nouvelles protestations en raison des échecs socio-économiques de son État.

Il espère que la prochaine administration américaine lui accordera des allègements économiques et atténuera ses dilemmes. Cependant, il semble négliger le slogan du peuple : « Notre ennemi est juste là, les autorités mentent en disant que ce sont les États-Unis. »

Source : Iran Focus (site anglais)