Publié le : 22nd janvier 2021
Kaveh-Lotfolah-Afrasiabi

Kaveh-Lotfolah-Afrasiabi

The Washington Examiner, 19 janvier 2021 – Un politologue et auteur résidant à Boston a été arrêté et accusé de trafic d’influence pour le gouvernement iranien.

Kaveh Lotfolah Afrasiabi, 63 ans, a été arrêté lundi à son domicile de Watertown, dans le Massachusetts, et a comparu mardi devant le tribunal de district du Massachusetts. Il a été accusé d’un chef d’accusation de conspiration pour agir en tant qu’agent étranger non enregistré.

Afrasiabi est accusé d’avoir perçu secrètement une « partie importante » de ses revenus du gouvernement iranien pour son travail aux États-Unis depuis 2007 jusqu’à son arrestation ce mois-ci, selon des documents du tribunal. Le FBI a souligné que, durant son séjour aux États-Unis, Afrasiabi ne s’est jamais inscrit en vertu de la loi sur l’enregistrement des agents étrangers.

« Pendant plus d’une décennie, Kaveh Afrasiabi s’est présenté au Congrès, aux journalistes et au public américain comme un expert neutre et objectif sur l’Iran », a déclaré le procureur général adjoint John Demers dans une déclaration après l’arrestation d’Afrasiabi. « Cependant, pendant tout ce temps, Afrasiabi était en fait un employé secret du gouvernement iranien et de la Mission permanente de la République islamique d’Iran auprès des Nations Unies (IMUN) qui était payé pour diffuser leur propagande. »

Alors qu’il travaillait pour l’Iran, le politologue a fait pression sur un membre du Congrès américain et sur le Département d’Etat américain en faveur de politiques qui bénéficieraient à l’Iran, bien que le nom du parlementaire n’ait pas été divulgué dans les documents du tribunal, selon un communiqué de presse du Département de la Justice de mardi.

Afrasiabi est également accusé d’avoir conseillé des diplomates iraniens sur la politique étrangère américaine, d’avoir fait des apparitions à la télévision où il plaidait en faveur de la position du gouvernement iranien sur les événements mondiaux, et d’avoir écrit « des articles et des tribunes libres épousant la position du gouvernement iranien sur diverses questions de politique étrangère ».

Afrasiabi a contacté des responsables iraniens au sujet des « représailles » pour l’opération américaine de frappe de drones qui a tué le commandant militaire iranien Qassem Soleimani et le chef de la milice irakienne Abu Mahdi al Muhandis, selon un dossier judiciaire.

Il aurait conseillé dans un courriel que l’Iran « stoppe toutes les inspections et toutes les informations sur les activités nucléaires de l’Iran en attendant une condamnation [du Conseil de sécurité de l’ONU] du crime illégal des États-Unis ». Ce faisant, « l’ennemi serait effrayé » et « affaiblirait Trump et renforcerait ses adversaires », selon le courriel, disent des documents du tribunal.

Le Conseil national de la Résistance iranienne, un groupe dissident de premier plan qui appelle à un changement de régime, a salué cette arrestation mardi. Alireza Jafarzadeh, directeur adjoint du bureau du CNRI à Washington, a déclaré au Washington Examiner qu’il s’agissait d’une « action bienvenue et attendue depuis longtemps ».

« Malheureusement, au cours des trois dernières décennies, le régime iranien a dirigé un vaste réseau d’agents et d’agents opérationnels, dont beaucoup sont des ressortissants américains, en violation flagrante du droit américain », a déclaré M. Jafarzadeh. « L’impunité avec laquelle Téhéran a dirigé ses émissaires aux États-Unis les a encouragés ».

L’Iran va déployer 1 000 centrifugeuses supplémentaires et a déclaré qu’il prévoyait d’enrichir l’uranium à 20 %, ce qui constitue une nouvelle violation de l’accord nucléaire. Les États-Unis ont répondu à l’annonce de l’expansion nucléaire en imposant des sanctions encore plus sévères à l’industrie sidérurgique iranienne.

Afrasiabi risque jusqu’à 10 ans de prison s’il est reconnu coupable.