Publié le : 11th février 2021

CSDHI – Touraj Amini est un écrivain et chercheur iranien de l'époque du Qajar et du mouvement constitutionnel. Il est également bahaï. Le régime l’a incarcéré le 29 janvier, pour purger une peine de six mois de prison. Les mollahs l’ont accusé de « diffusion de propagande contre le régime » par ses livres et ses recherches. Selon une source informée, depuis deux jours, la famille d'Amini ne sait pas où on l’a emmené : « Touraj est convoqué au tribunal judiciaire et révolutionnaire de Karaj le 29 janvier et transféré en prison à partir de là. Néanmoins, sa famille ne sait pas dans quelle prison. Elle suppose qu'ils l’ont transféré à la prison centrale de Karaj, la ville où il vit. » Les agents du régime ont emmené le chercheur en prison car l'épidémie du coronavirus se développe à nouveau dans la ville. Amini n'a pas eu le droit de prendre ses effets personnels avec lui. « Nous pensons que de telles restrictions ont été imposées en raison de l'épidémie du coronavirus. Ne prendre aucun effet personnel signifie que les prisonniers doivent tout acheter au magasin de la prison, qui est souvent au prix du marché », a déclaré la source à IranWire. Amini a écrit plusieurs livres dont « Documents from Contemporary Iranian Zoroastrians », « Reopening the Relationship between Babi and Baha'i Religions with Iranian Intellectuals », et « The Relationship Between Religious Minorities and the Iranian Constitutional Revolution. » Les autorités iraniennes l’ont condamné pour diffusion de propagande à cause de ces livres. Ces derniers concernent principalement les époques Qajar (1789 à 1925) et Pahlavi (1925 à 1979) et ils n'ont rien à voir avec les 42 ans d'histoire de la République islamique. Touraj Amini est né en 1968, à Karaj. Il est marié et a une jeune fille. Comme les autres Bahaïs, il n'avait pas droit à l'enseignement supérieur, tout comme sa fille de 23 ans. Elle est aujourd'hui interdite d'université. Les bahaïs iraniens poursuivent des études supérieures par le biais d'une université non officielle ou « clandestine » qu'ils ont organisée et qui s'appelle l'Institut bahaï pour l'enseignement supérieur. Mais Amini s'intéresse depuis longtemps aux bourses d'études et à la recherche. Son livre « Documents from Contemporary Iranian Zoroastrians », publié en 2001 par l'Organisation iranienne des documents, examine les documents zoroastriens depuis le règne de Nasser al-Din Shah Qajar jusqu'au milieu du règne du Shah Muhammad Reza Pahlavi. Ses deux autres livres ont été publiés en dehors de l’Iran. Le 5 août 2019, lors d’un incident précédent, des agents du ministère du renseignement se sont rendus à la maison d’Amini à Karaj. Ils ont fouillé sa maison pendant des heures puis ils ont confisqué son ordinateur portable, la plupart de ses livres et ses manuscrits. Plus tard, en juillet 2020, le tribunal révolutionnaire de Karaj, a condamné Amini à un an de prison et deux ans d'exil pour ses recherches. Le tribunal s’est basé sur l'article 500 au sujet de la propagande contre le régime. Mais la cour d'appel de la province d'Alborz a réduit la peine à six mois de prison et a levé les deux ans d'exil. En ce qui concerne l'argument de la cour concernant l'accusation de M. Amini, la source informée a déclaré « La raison de ces accusations est le contenu des livres de Touraj ... qui expliquent comment un génocide (celui des Bahaïs) a été perpétré pendant la période Qajar. Et comment il s'est poursuivi même pendant l'ère Pahlavi. La seule différence est que ce ne sont pas les responsables iraniens qui ont perpétré le harcèlement mais par des fanatiques religieux ... pour harceler les Baha'is. En fait, même si les livres sont de la propagande contre le régime, il s'agit de propagande contre les périodes Qajar et Pahlavi liées aux Bahaïs. Aucune propagande n'a été faite contre la République islamique parce que les livres sont écrits sur la période précédant la République islamique. » « Le jour où les gens sont venus fouiller ma maison », a écrit Touraj Amini dans une partie de sa défense, obtenue par IranWire et Journalism Is Not A Crime, « je leur ai demandé : Pourquoi prenez-vous les livres ? Ils ont répondu que les livres sont des outils criminels. ... Je ne comprends vraiment pas ce comportement qui consiste à prendre des livres personnels qui ... n'ont même pas de pertinence pour prouver le crime [présumé]. » Amini a lu sa défense au tribunal. Il a déclaré que les agents avaient confisqué tous les livres de sa bibliothèque, y compris sa Bible et son Ancien Testament, bien qu'ils aient laissé le Coran et la Mafatih al-Janan. « Sur mon étagère, le Saint Coran, l'Ancien Testament, la Bible, le Mafatih al-Janan et les livres de prières bahaïs étaient côte à côte. Et je ne sais pas pourquoi, en plus des livres de prières bahaïs, ils ont confisqué l'Ancien Testament, qui était précieux, ainsi que la Bible. Mais ils ont laissé le Coran et le Mafatih al-Janan ? Les livres de la Bible, de la Torah ou les livres de prières bahaïs, qui doivent adorer Dieu, sont-ils des instruments de crimes ? » La source ajoute qu’ils n’ont encore rendu aucun des livres. L'épouse d'Amini souffre de sclérose en plaques aiguë. Amini, qui s'occupe d'elle, va maintenant être emprisonné pendant six mois. « La femme de Touraj a besoin de soins particuliers et le plus inquiétant pour lui en prison est l'état de sa femme en son absence », a déclaré la source. Le neveu d'Amini, Iqan Shahidi, lors de l'annonce en ligne du transfert de son oncle en prison, a tweeté le 30 janvier. Il a écrit : « Quand ils m’ont libéré de prison après avoir donné des années, ils ont arrêté mon père, ma mère et ma tante. Puis, ce fut le tour de mon oncle et ma tante. Aujourd'hui, mon oncle, Touraj Amini, un historien du Qajar et du Mouvement constitutionnel, est allé en prison. L'histoire de notre famille est l'histoire de la plupart des familles bahaïs en Iran. » Critiquant les accusations, Shahidi a ajouté : « Touraj, qui était accusé de propagande contre le régime, avait dit au tribunal : Je suis un historien et mes livres et articles sont liés aux questions historiques de la période Qajar. Qu'est-ce que le pouvoir judiciaire a à voir avec l'exactitude de ce qui est pertinent pour l'histoire de Qajar ? Quel est le but de m'accuser de propagande contre le régime dans le cadre de mes recherches ? M. Shahidi a également déclaré que les actions du gouvernement visaient à éradiquer les Bahaïs d'Iran. « La pression croissante sur les Bahaïs d'Iran a plusieurs aspects : privation de l'enseignement universitaire, confiscation des biens, arrestations et emprisonnements généralisés, propagation de la haine dans les médias, réduction des pensions et refus de tous les emplois administratifs du gouvernement et de nombreux emplois de free-lance, etc. L'objectif est d'éradiquer la communauté Baha'i en Iran », a-t-il déclaré. La détention de citoyens bahaïs sur la base de fausses accusations est un fait récurrent dans la République islamique. Mais le procès d'un Bahaï pour avoir écrit des livres historiques qui n'ont rien à voir avec la République islamique est une nouvelle tournure d'une vieille tragédie. Source : Iran Press Watch

CSDHI – Touraj Amini est un écrivain et chercheur iranien de l’époque du Qajar et du mouvement constitutionnel. Il est également bahaï.

Le chercheur en prison

Le régime l’a incarcéré le 29 janvier, pour purger une peine de six mois de prison. Les mollahs l’ont accusé de « diffusion de propagande contre le régime » par ses livres et ses recherches.

Selon une source informée, depuis deux jours, la famille d’Amini ne sait pas où on l’a emmené : « Touraj est convoqué au tribunal judiciaire et révolutionnaire de Karaj le 29 janvier et transféré en prison à partir de là. Néanmoins, sa famille ne sait pas dans quelle prison. Elle suppose qu’ils l’ont transféré à la prison centrale de Karaj, la ville où il vit. »

Les agents du régime ont emmené le chercheur en prison car l’épidémie du coronavirus se développe à nouveau dans la ville. Amini n’a pas eu le droit de prendre ses effets personnels avec lui.

« Nous pensons que les responsables iraniens ont imposé de telles restrictions à cause de l’épidémie du coronavirus. Ne prendre aucun effet personnel signifie que les prisonniers doivent tout acheter au magasin de la prison, qui est souvent au prix du marché », a déclaré la source à IranWire.

Accusé de diffusion de propagande à cause de ses livres

Amini a écrit plusieurs livres dont « Documents from Contemporary Iranian Zoroastrians », « Reopening the Relationship between Babi and Baha’i Religions with Iranian Intellectuals », et « The Relationship Between Religious Minorities and the Iranian Constitutional Revolution. » Les autorités iraniennes l’ont condamné pour diffusion de propagande à cause de ces livres. Ces derniers concernent principalement les époques Qajar (1789 à 1925) et Pahlavi (1925 à 1979) et ils n’ont rien à voir avec les 42 ans d’histoire de la République islamique.

Touraj Amini est né en 1968, à Karaj. Il est marié et a une jeune fille. Comme les autres Bahaïs, il n’avait pas droit à l’enseignement supérieur, tout comme sa fille de 23 ans. Aujourd’hui, le régime lui interdit l’université.

Les bahaïs sont interdits dans les universités iraniennes officielles

Les bahaïs iraniens poursuivent des études supérieures par le biais d’une université non officielle ou « clandestine » qu’ils ont organisée et qui s’appelle l’Institut bahaï pour l’enseignement supérieur.

Mais Amini s’intéresse depuis longtemps aux bourses d’études et à la recherche.

Son livre « Documents from Contemporary Iranian Zoroastrians », publié en 2001 par l’Organisation iranienne des documents, examine les documents zoroastriens depuis le règne de Nasser al-Din Shah Qajar jusqu’au milieu du règne du Shah Muhammad Reza Pahlavi. Ses deux autres livres ont été publiés en dehors de l’Iran.

Le 5 août 2019, lors d’un incident précédent, des agents du ministère du renseignement se sont rendus à la maison d’Amini à Karaj.  Ils ont fouillé sa maison pendant des heures puis ils ont confisqué son ordinateur portable, la plupart de ses livres et ses manuscrits.

Plus tard, en juillet 2020, le tribunal révolutionnaire de Karaj, a condamné Amini à un an de prison et deux ans d’exil pour ses recherches. Le tribunal s’est basé sur l’article 500 au sujet de la propagande contre le régime.

Mais la cour d’appel de la province d’Alborz a réduit la peine à six mois de prison et a levé les deux ans d’exil.

L’historien contre le génocide des Bahaïs pendant la période Qajar

En ce qui concerne l’argument de la cour concernant l’accusation de M. Amini, la source informée a déclaré « La raison de ces accusations est le contenu des livres de Touraj … qui expliquent comment un génocide (celui des Bahaïs) a été perpétré pendant la période Qajar. Et comment il s’est poursuivi même pendant l’ère Pahlavi. La seule différence est que ce ne sont pas les responsables iraniens qui ont perpétré le harcèlement. Ce sont des fanatiques religieux qui l’ont fait … pour harceler les Baha’is. En fait, même si les livres sont de la propagande contre le régime, il s’agit de propagande contre les périodes Qajar et Pahlavi liées aux Bahaïs. Il n’y a aucune propagande contre la République islamique. Tout simplement, parce que les livres traitent de la période précédant la République islamique. »

« Le jour où les gens sont venus fouiller ma maison », a écrit Touraj Amini dans une partie de sa défense, obtenue par IranWire et Journalism Is Not A Crime, « je leur ai demandé : Pourquoi prenez-vous les livres ? Ils ont répondu que les livres sont des outils criminels. … Je ne comprends vraiment pas ce comportement qui consiste à prendre des livres personnels qui … n’ont même pas de pertinence pour prouver le crime [présumé]. »

Seul face au tribunal, il interroge ses juges

Amini  a lu sa défense au tribunal. Il a déclaré que les agents avaient confisqué tous les livres de sa bibliothèque. Sa Bible et son Ancien Testament en faisaient partie. Pourtant, ils ont laissé le Coran et la Mafatih al-Janan. « Sur mon étagère, le Saint Coran, l’Ancien Testament, la Bible, le Mafatih al-Janan et les livres de prières bahaïs étaient côte à côte. Et je ne sais pas pourquoi. En plus des livres de prières bahaïes, ils ont confisqué l’Ancien Testament, qui était précieux, ainsi que la Bible. Mais ils ont laissé le Coran et le Mafatih al-Janan ? Les livres de la Bible, de la Torah ou les livres de prières bahaïs, qui doivent adorer Dieu, sont-ils des instruments de crimes ? »

La source ajoute qu’ils n’ont encore rendu aucun des livres.

L’épouse d’Amini souffre de sclérose en plaques aiguë. C’est Amini, qui s’occupe d’elle. Il va maintenant être emprisonné pendant six mois. « La femme de Touraj a besoin de soins particuliers et le plus inquiétant pour lui en prison est l’état de sa femme en son absence », a déclaré la source.

Le neveu d’Amini, Iqan Shahidi, lors de l’annonce en ligne du transfert de son oncle en prison, a tweeté le 30 janvier. Il a écrit : « Quand ils m’ont libéré de prison après avoir donné des années, ils ont arrêté mon père, ma mère et ma tante. Puis, ce fut le tour de mon oncle et ma tante.  Aujourd’hui, mon oncle, Touraj Amini, un historien du Qajar et du Mouvement constitutionnel, est allé en prison. L’histoire de notre famille est l’histoire de la plupart des familles bahaïs en Iran. »

M.Shahidi a critiqué les accusations. Puis il a ajouté : « Touraj, que le régime accusait de propagande, avait dit au tribunal : « Je suis un historien et mes livres et articles sont liés aux questions historiques de la période Qajar. Qu’est-ce que le pouvoir judiciaire a à voir avec l’exactitude de ce qui est pertinent pour l’histoire de Qajar ? Quel est le but de m’accuser de propagande contre le régime dans le cadre de mes recherches ? »

Eradiquer les Bahaïs

M. Shahidi a également déclaré que les actions du gouvernement visaient à éradiquer les Bahaïs d’Iran.

« La pression croissante sur les Bahaïs d’Iran a plusieurs aspects. Il y a la privation de l’enseignement universitaire, la confiscation des biens, les arrestations et les emprisonnements généralisés. Il y a aussi la propagation de la haine dans les médias, la réduction des pensions et le refus de tous les emplois administratifs du gouvernement et de nombreux emplois de free-lance, etc. L’objectif est d’éradiquer la communauté bahaïe en Iran », a-t-il déclaré.

La détention de citoyens bahaïs sur la base de fausses accusations est un fait récurrent dans la République islamique. Mais le procès d’un Bahaï pour avoir écrit des livres historiques qui n’ont rien à voir avec la République islamique est une nouvelle tournure d’une vieille tragédie.

Source : Iran Press Watch