Publié le : 4th mai 2021

soulevement-iran

CSDHI – Les protestations augmentent en taille et en ampleur en Iran. Cela conduit de nombreuses personnes du système au pouvoir et de l’opposition à spéculer sur l’arrivée d’un nouveau soulèvement.

Le peuple iranien continue ses actes de défi

En effet, c’est quelque chose que le gouvernement craint depuis que les premières manifestations nationales ont éclaté en décembre 2017. Mais malgré les tentatives de réprimer les protestations, le peuple a continué ses actes de défi dans le cadre d’une campagne pour un changement de régime, même pendant toute la pandémie.

En mars, Maryam Radjavi, leader de l’opposition, a déclaré que les niveaux inférieurs de protestation ne dureraient pas longtemps. Et le gouvernement avait espéré qu’un échec dans le contrôle de la pandémie empêcherait tout soulèvement et assurerait leur maintien au pouvoir. Pourtant, les responsables ont plus qu’assez d’argent pour aider le peuple à travers la pandémie. A condition que les autorités cessent de se remplir les poches ou de soutenir les terroristes.

Les récentes protestations

Des personnes de tous horizons sont descendues dans la rue pour protester contre la politique économique des mollahs. Elle a porté préjudice aux gens ordinaires, en particulier pendant la pandémie. Voici un petit aperçu de ceux qui ont manifesté en masse en 2021 :

Les retraités, qui ne sont pas assez payés pour vivre.

Les investisseurs, contre un système gouvernemental qui a permis aux initiés d’escroquer le peuple.

Les agriculteurs ruraux, qui dénoncent la façon dont les relations du régime avec le secteur privé ont abouti à la marginalisation des droits des agriculteurs.

La Résistance iranienne a écrit : « La relative accalmie de l’année dernière suggère que la pandémie était la seule chose qui pouvait fournir au régime une couverture contre l’indignation publique. Mais les protestations constantes des retraités et les nouvelles manifestations des investisseurs, des agriculteurs et d’autres groupes suggèrent que cet effet est en train de s’épuiser. Maintenant, avec le simulacre d’élection présidentielle du régime iranien qui se profile, les expressions de griefs économiques commencent à prendre des messages politiques plus larges, un peu comme ils l’ont fait au début de 2018. »

Les manifestants se font l’écho des appels de la Résistance à boycotter les élections

Les manifestants se sont fait l’écho des appels de la Résistance au boycott des élections pour montrer que la théocratie au pouvoir est illégitime. Les unités de la Résistance font connaître cet appel dans tout le pays. Elles affichent des posters de Mme Radjavi et des graffitis comportant des slogans. Elles dénoncent les élections et affirment que les autorités ne peuvent pas mettre fin aux problèmes qu’elles ont causés.

Le slogan le plus populaire est « Mon vote est pour le changement de régime. » Il a fait le tour du pays en février 2020, avant les élections législatives que la Résistance a également appelé à boycotter. Ces élections ont connu le plus faible taux de participation de l’histoire de l’Iran.

Source : Iran Focus (site anglais)